La puissance des mères, par-delà les générations

Avec "Miss Josephine", Margaret Wilkerson Sexton signe une palpitante saga féminine ancrée dans la mémoire de l’esclavage.

La puissance des mères, par-delà les générations
©Shutterstock
En trois temps d'une lignée de femmes noires liées par des éléments plus puissants que le sang, Margaret Wilkerson Sexton continue, après Un soupçon de liberté (2020), son exploration de la mémoire de l'esclavage. Dans Miss Josephine (The Revisioners), tout commence avec ce personnage. Nous sommes en 1855. Née esclave, Josephine a appris à lire, et a noué un lien d'amitié avec Miss...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité