Virile comme un garçon…

Devient-on violent parce qu’on a été élevé selon des préceptes de violence ?

Monique Verdussen
Virile comme un garçon…
©inimafoto/pexels
À six ans, elle voulait épouser son père. Un gars du sud, sanguin, sympathique, qui en avait vu de toutes les couleurs et se plaisait à en ajouter d’insolites aux histoires qu’il lui racontait avec une fougue contagieuse. Leurs imaginaires étaient en osmose. Leurs complicités étaient évidentes par-delà les différences qu’il s’appliquait à gommer. Ce n’est...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité