Dans le huis clos violent d’une famille russe

Laura Poggioli entremêle l’enfer vécu par les sœurs Khatchatourian et sa propre expérience dans le pays de son cœur.

Dans le huis clos violent d’une famille russe
©Shutterstock
"Le père gît sur le ventre […], le crâne éclaté sur le sol émaillé." Elles n'avaient pas le choix. Question de survie. Krestina, 19 ans, Angelina, 18 ans, et Maria, 17 ans, ont tué leur père, le 27 juillet 2018, dans leur appartement de la chaussée Altoufievo à Moscou. Mikhaïl Khatchatourian, ogre éructant, violent, imbu de lui-même,...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité