Les cahiers d’une intimité adolescente

À partir de dessins de François Matton réalisés depuis qu’il a quinze ans, Lise Charles tisse une prodigieuse toile.

"C'est marrant, c'est comme si mes cheveux étaient couverts de sang."
"C'est marrant, c'est comme si mes cheveux étaient couverts de sang." ©François Matton
Feuilleter La femme sans bouche suffit à se laisser convaincre de découvrir la proposition que cosignent la romancière Lise Charles et le dessinateur François...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité