C'est l'homme sans qui les fans d'Harry Potter ne diraient pas "Poudlard", "Moldu" ou "Severus Rogue". Alors qu'un nouveau volume des aventures d'Harry Potter vient de sortir ( lire ici), penchons nous un instant sur le travail de Jean-François Ménard, le traducteur francophone de J.K. Rowling.

Agé aujourd'hui de 68 ans, cet écrivain a eu la lourde tâche d'adapter la saga en français pour les éditions Gallimard. C'était en 1997, à une époque où personne ne pouvait imaginer le succès phénoménal que cette série connaîtrait quelques années plus tard. Comme l'explique Jean-François Ménard dans une vidéo parue en 2013 (à voir en intégralité ci-dessus), ce fut parfois un casse-tête. " La crainte que je pouvais avoir c'est qu'une chose écrite dans un nouveau volume vienne contredire une traduction que j'avais faite. Par exemple un nom de personnage que j'aurais traduit en français et qui se serait retrouvé dans un autre contexte où il n'aurait pas collé", se souvient-il.

Pour l'auteur, il a donc fallu faire preuve de créativité lexicale... tout en prenant le risque de décevoir certains fans préférant les termes en anglais à leur transposition bricolée en français. Il n'empêche, ce travail d'étymologie, qui a d'ailleurs fait l'objet d'un mémoire universitaire à l'UCL en 2008, regorge de trésors d'inventivité et d'imagination.   

Moldu ("Muggle en anglais): " Ça n'a pas de sens précis. Je pense que c'était l'intention de l'auteur d'avoir un mot bizarre qui désigne une catégorie très importante de gens. J'ai cherché en français une sonorité approchante commençant par un 'm'. J'avais toute une liste de possibilités. J'ai choisi les 'Moldus' qui étaient pour moi un peu mous du cerveau, des mous du bulbe. Le mot avait une consonance semblable à celle de 'Muggle' qui évoquait leur incapacité à comprendre la sorcellerie."

Poudlard ("Hogwarts en anglais): "A l'origine, c 'est une inversion de 'warthog', qui veut dire 'le phacochère', littéralement 'le cochon avec des verrues'. Hogwarts jouait sur ce mot. J'ai essayé d'approcher de quelque chose de pas très ragoûtant pour évoquer les verrues. Je suis arrivé à 'pou' et le cochon s'est transformé en 'lard'."