Plus de 400 nouveaux mots ont rejoint le dictionnaire Petit Robert 2008 par rapport à la précédente édition. Un travail spécifique a été mené dans des domaines particuliers comme ceux de la médecine, du droit européen, de la musique, du sport ou encore de la cuisine, a-t-on appris vendredi au cours d'une conférence de presse.

Le Petit Robert 2008 met à l'honneur le français de Belgique, du Luxembourg, de l'Afrique et des Antilles après celui du Québec et de la Suisse lors de la précédente édition. Les mots 'brol', 'carabistouille', 'guindaille' ou encore 'péket' ont fait leur apparition dans le Petit Robert. Au total, l'édition 2008 contient 345 mots ou sens illustrant le français en usage en Belgique.

Par rapport au précédent millésime, 225 mots ou sens ont été revus dont 40 ont été supprimés. Et 160 autres mots ou sens ont été ajoutés. Ce travail a été mené par le centre de recherche Valibel, fondé en 1998, qui réunit notamment des socio-linguistes et spécialistes de l'étude du français oral et de la linguistique.

Le choix des mots retenus ou ajoutés a été opéré à partir d'une enquête menée en Wallonie et à Bruxelles auprès de 300 personnes. Un classement de 3.000 belgicismes recensés dans la littérature antérieure a été dressé en fonction non seulement du taux de reconnaissance des mots et sens sélectionnés mais aussi du taux de leur usage. Seuls les mots et sens dont les taux de reconnaissance et d'usage dépassaient respectivement les seuils des 90 pc et 75 pc ont été retenus dans le Petit Robert édition 2008.

Précédemment les belgicismes étaient sélectionnés par des lexicographes en fonction de leurs lectures ou de leurs connaissances du terrain.

Pour Michel Francard, vice-recteur de l'UCL et directeur du centre Valibel, l'objectif n'était pas de rendre le Petit Robert plus belge mais plutôt de rendre compte de la diversité de la langue française.

Si certains belgicismes liés par exemple à la gastronomie ne sont pas menacés, d'autres en revanche qui se rapportent notamment à des objets ou des usages courants risquent de disparaître ou du moins d'évoluer, estime Michel Francard. La moquette, préférée par les publicitaires au tapis plain, apparaît plus luxueuse aux yeux des Belges, selon M. Francard. Les mots 'décauser' (dénigrer) ou approprier (dans le sens de nettoyer) ont ainsi été supprimés faute d'usage.

Le mot 'minimex', pourtant modifié en 'revenu d'intégration sociale', a, lui, fait son entrée au Petit Robert 2008. Pour M. Francard, le mot qui figure dans des documents notamment administratifs a sa place dans le dictionnaire. Ce dernier doit servir de clé de lecture notamment pour des mots qui ne sont plus utilisés mais qui figurent dans la littérature, comme le mot 'estaminet', un autre belgicisme, estime-t-il.