Livres & BD Dans "La nuit, j’écrirai des soleils", Boris Cyrulnik se penche sur les destinées d’écrivains qui se sont emparés des mots pour retrouver le goût du monde. "Le manque invite à la créativité", constate le neuropsychiatre. Entretien.