Livres & BD Les chroniques de Patrick Rambaud nous offrent de mieux saisir toute la complexité d’un homme qui - arrogant ou maladroit ? - mélange les tortueuses ambiguïtés d’un ancien élève des jésuites. Et l’on y voit mieux comment "Sa Majesté Electrique", surnommée Jupiter, avait bel et bien une conception verticale de son autorité. Et la solitude du pouvoir lui apparut plus crûment lorsque des barons du régime vinrent à quitter le navire.