Eve Ensler : "Brisons les tabous"

Livres & BD

Camille Perotti

Publié le - Mis à jour le

Eve Ensler : "Brisons les tabous"
© Reporters
Rencontre

Aujourd’hui, les cheveux d’Eve Ensler ont un peu repoussé. Elle a battu le cancer qui l’a presque terrassée l’année passée. Finis les complexes et l’insatisfaction liés à l’apparence physique qu’elle décrivait dans sa pièce "The Good Body" (2005) : "Mes défauts se sont envolés. Je suis simplement heureuse d’être vivante. Cela m’a vaccinée, j’adore mon corps tel qu’il est. "

Depuis l’immense succès des "Monologues du vagin" - créée en 1996, la pièce a été représentée dans 140 pays, traduite en 48 langues et est jouée en continu depuis dix ans à Paris et Mexico : "Un miracle !" -, Eve Ensler consacre sa vie à lutter pour les femmes victimes de violence. Poignets et cou ornés de bijoux africains, elle nous explique les raisons de son engagement au coin de sa table de dédicaces à la Foire du livre. "Quand j’ai joué Les Monologues du vagin , beaucoup de femmes sont venues se confier à moi. Je pensais qu’elles allaient me parler de sexualité, de plaisir, que ce serait très excitant mais en réalité, la majorité des histoires relataient de la violence, des viols, des femmes battues, en souffrance. C’était terrible. Je ne me rendais pas compte que la violence faite aux femmes était une immense épidémie. Il fallait que je fasse quelque chose : j’ai fondé V-Day en 1998."

La fondation "V-Day" - pour "Vagina" mais aussi pour "Voice" - a récolté pas moins de 80 millions de dollars (environ 60 millions d’euros) pour protéger et aider les femmes et petites filles victimes de violence. Parmi les amis d’Eve Ensler soutenant le mouvement, Jane Fonda, Charlize Theron, Brooke Shields, Glenn Close "V-Day est un mouvement global pour arrêter la violence. Nous sommes présentes dans 140 pays et chaque année plus de 5000 productions des Monologues du vagin permettent de récolter des fonds car les actrices doivent jouer gratuitement. Nous devons briser les tabous, rompre le silence, arrêter les violences ! Nous avons des projets dans de nombreux pays. La Cité de la Joie vient d’être inaugurée au Congo, c’est un lieu où l’on protège les femmes, où on les soigne mais aussi où on les informe par Internet et la radio sur la justice et on les aide à ne pas rester dans un statut de victime mais à devenir des leaders."

Une dizaine de comédiennes et écrivaines ont lu les "Monologues du vagin" dimanche après-midi à la Foire du livre. L’occasion pour Eve Ensler d’évoquer le regard que les femmes portent sur leur corps et les tabous qui tombent un à un. "Quand j’ai commencé à jouer la pièce il y a quatorze ans, à la télévision américaine, on ne pouvait même pas dire le mot "vagin" alors que maintenant, on l’entend tout le temps. On a fait beaucoup de progrès et c’était absolument nécessaire. La législation change également, malheureusement il y a encore beaucoup de violence donc beaucoup de travail."

Depuis quelques années, Eve Ensler ne cherche pas seulement à briser le silence concernant la sexualité des femmes mais aussi à lutter contre la dictature du corps qu’elles s’imposent. "Beaucoup de femmes veulent absolument être minces. Elles se créent des obsessions et gaspillent beaucoup d’énergie et d’attention en faisant une fixation sur cela au lieu de se tourner vers le monde. Je suis passée par là. Nous imaginons que si nous arrangeons ce qui ne nous plaît pas physiquement, nous serons en harmonie avec nous-mêmes. Mais cette idée est fausse."

Si elle voyage beaucoup dans le monde entier pour "V-Day", Eve Ensler vit désormais à Paris. Cette année paraîtra la traduction française de son dernier ouvrage, "I am an emotional creature : the secret life of girls around the world" : "Il s’agit de secrets de femmes qui m’ont été confiés dans de nombreux pays et que j’ai rassemblés."

Malgré les femmes blessées qu’elle rencontre chaque semaine, Eve Ensler croit profondément en la solidarité des hommes et des femmes et en le pouvoir du rassemblement. "Je suis résolument optimiste. Le monde est très difficile mais il y a d’incroyables mouvements. Pour l’ouverture de la Cité de la Joie au Congo, 300 000 personnes sont venues. Les femmes avancent, prennent du pouvoir, de l’assurance et, même s’il existe encore tant de violences, les choses changent."

Infos : "V-Day" www.vday.org

Reprise des "Monologues du vagin" mis en scène par Nathalie Uffner au Théâtre de la Toison d’or, Bruxelles, du 25 mai au 18 juin. Infos & rés. : 02.510.0.510, www.ttotheatre.be

A lire également

Facebook

Cover-PM

cover-ci

Immobilier pour vous