Qui sont les auteurs incontournables qui seront présents à la Foire du livre ? La Libre a retenu cinq noms. 


Richard Ford 

Né en 1944 à Jackson (Mississippi), il est le père de Frank Bascombe, apparu en 1986 dans “Un week-end dans le Michigan” et dont il nous donne la suite des aventures tous les dix ans tout en s’autorisant d’autres nouvelles ou romans. A travers le parcours de ce citoyen ordinaire, ancien écrivain et ancien journaliste sportif devenu agent immobilier, divorcé et séparé de ses deux enfants, Richard Ford nous parle de l’Amérique, de ses mythologies, de son histoire, de ses travers. Dernier titre paru : “En toute franchise” (L’Olivier).


Mathias Énard 

Reconnu comme vrai raconteur d’histoires, Mathias Enard a obtenu le prix Goncourt en 2015 pour “Boussole” (Actes Sud), des pages qui demandent du souffle et de la persévérance tant l’écrivain – qui a étudié le persan et l’arabe – nous entraînent dans un torrent d’érudition, un tsunami de faits historiques et géographiques. Tout y est prétexte à une longue ballade hypnotique, fourmillant de détails sur cet Orient qui fascina des générations d’Européens. On y perd facilement pied, on se fatigue, mais on reste accroché.


Philippe Claudel

Enseignant, scénariste, réalisateur, romancier et membre de l’académie Goncourt, il a obtenu le prix Renaudot pour “Les Ames grises” en 2003 et le Goncourt des lycéens pour “Le rapport de Brodeck” en 2007. Dans “L’Arbre du pays Toraja” (Stock), qui vient de paraître, il nous parle de la mort, du corps qui finit toujours par nous trahir, des surprises de l’amour, d’une précieuse amitié. Ceci, en rendant un bel hommage à un producteur, Eugène, sous les traits duquel se cache en réalité Jean-Marc Roberts, son cher éditeur disparu.


Frédéric Lenoir 

Brillant philosophe, historien, ancien directeur du “Monde des religions”, romancier et essayiste, il a signé plusieurs ouvrages en lien avec la thématique à l’honneur cette année : le bonheur. Ainsi de “Du bonheur. Un voyage philosophique” (Le Livre de Poche) et de “Petit traité de vie intérieure” (Pocket), mais aussi, peut-être moins directement, de “L’Ame du monde” (Pocket) – soit la force bienveillante qui maintient l’harmonie de l’univers – et de son dernier titre, qui est déjà un best-seller : “La puissance de la joie” (Fayard).


Jacques Higelin

Artiste entier toujours funambule, à la recherche de l’équilibre sur son fil, du “beau” geste, l’auteur-compositeur-interprète de “Tombé du ciel”, “Pars”, “Champagne”, “Tête en l’air” et “Amor Doloroso” n’a jamais cherché le succès. “Frère humain” avant tout, poète sans cesse à la recherche de l’aboutissement de son art, celui qui est aussi comédien vient de publier ses mémoires, “Je vis pas ma vie, je la rêve” (Fayard), un texte écrit en collaboration avec Valérie Lehoux, journaliste à “Télérama”.