Jacqueline Harpman, Prix triennal

Fr.M. Publié le - Mis à jour le

Livres - BD

Dans le cadre de la Foire du Livre, les prix littéraires de la Communauté française ont été remis, vendredi, par Richard Miller, ministre des Arts, des Lettres et de l'Audiovisuel.

Le Prix triennal du roman, d'une valeur de 7500 €, a été décerné à Jacqueline Harpman pour «La Dormition des amants», paru chez Grasset. Sur l'ensemble de la production romanesque publiée entre janvier 2001 et décembre 2003, le jury (présidé par Jean-Marie Klinkenberg) a tenu à également distinguer «Faire l'amour» de Jean-Philippe Toussaint (Editions de Minuit).

Notre plus grand plaisir

Existant dans sa forme actuelle depuis 1925, le Prix triennal du roman a couronné par le passé des écrivains tels que André Baillon, Franz Hellens, Charles Plisnier, Albert Ayguesparse, Alexis Curvers, Charles Bertin, Henry Bauchau, Pierre Mertens, Eugène Savitzkaya, Marcel-André Adamek et Jean-Claude Pirotte.

Née à Bruxelles le 5 juillet 1929, l'auteure du «Temps est un rêve» avait déjà obtenu plusieurs distinctions, dont le prix Rossel en 1959 (pour son premier roman, «Brève Arcadie»), le «Point de Mire» (l'actuel Prix des Auditeurs de la RTBF) pour «La Plage d'Ostende» (1991), et le Médicis pour «Orlanda» en 1996. De «La Dormition...», qui raconte l'histoire d'une princesse espagnole qui deviendra reine de France, Guy Duplat écrivait dans «La Libre Culture» du 27 mars 2002 que l'on devine que son auteure a dû le rédiger «avec la plus grande jouissance pour notre plus grand plaisir». Car l'histoire, se déroulant à la Renaissance, «lui permet de manier ses doux passé simple et imparfait du subjonctif qu'elle affectionne tant et qui, sous sa plume, coulent de source». Un roman dont «les liaisons des corps, des sexes et des identités» sont la trame.

Première oeuvre

D'autre part, le Prix de la première oeuvre (5000 €) récompense Diane Meur pour «La vie de Mardochée de Löwenfels écrite par lui-même», roman paru en 2002 à Paris, aux éditions Sabine Wespieser. Née à Bruxelles en 1970, Diane Meur met en scène, dans ce récit d'initiation, un petit prince féodal du XIVe siècle allemand, d'origine juive. Dans la livraison du quatrième trimestre 2002 de la revue «Le Carnet et les instants», notre confrère Michel Paquot dit qu' «on reste stupéfait devant la maturité d'écriture et de réflexion» de ce (premier) roman de plus de 600 pages.

Rayonnement des lettres

Enfin, le Prix du rayonnement des lettres (de 3750 €) a été attribué à Donald Flanell Friedman, éditeur chez Peter Lang (à New York) de la collection «Belgian Francophone Library» dans laquelle ont été publiés treize ouvrages relatifs aux lettres belges de langue française qui célébrent des auteurs tels que Paul Willems, Guy Vaes, Michel de Ghelderode, Franz Hellens, Neel Doff ou Dominique Rolin. Les prix de la première oeuvre et du rayonnement des lettres à l'étranger sont décernés par la Commission des Lettres, que préside Jacques De Decker, secrétaire perpétuel de l'Académie royale de langue et de littérature françaises.

© La Libre Belgique 2003

Fr.M.

A lire également

Ailleurs sur le web

Les + consultés de la semaine

cover-ci

Cover-PM

Facebook