Une exposition d'une quinzaine de planches de la bande dessinée belge "Les crocodiles" (initialement publiées sur le blog "Projet Crocodiles"), qui aurait dû se tenir mardi à Toulouse dans le cadre de la Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes, n'a finalement pas eu lieu en raison d'une décision de la commission en charge du projet, pouvait-on lire dans différents médias en début de semaine. L'exposition avait été envisagée il y a deux mois, selon le quotidien Le Monde. L'auteur belge, Thomas Mathieu, avait alors été contacté et certaines de ses planches, tirées de la bande dessinée "Les crocodiles" et traitant du sexisme ordinaire, avaient été sélectionnées pour être exposées.

La semaine dernière, l'idée était revenu sur la table de la commission et celle-ci avait décidé d'enterrer le projet, jugé notamment "vulgaire" par une élue, précise encore Le Monde.

A Toulouse, la non-tenue de l'exposition prend aujourd'hui un tournant très politique entre la majorité UMP et l'opposition socialiste qui dénonce un acte de "censure" lorsque la mairie de Toulouse assure qu'aucune décision définitive n'avait été prise.

Censure ou non, Thomas Mathieu n'a en tout cas jamais été prévenu de la non-tenue de l'exposition. C'est en visionnant un reportage consacré au sujet par France 3 Aquitaine lundi que sa maison d'édition, Le Lombard, a appris la nouvelle.

Si l'auteur n'a pas souhaité réagir mardi, il fait néanmoins l'actualité chez nous puisque ses dessins ont été choisis par la Fédération des centres de planning familial des FPS (FCPF-FPS) pour illustrer son "Petit guide illustré du respect dans la rue (ou ailleurs)" publié ce mardi.