Pour remercier un lion de lui avoir sauvé la vie, un rat promet de lui rendre la pareille . Une cigale affamée demande l’aumône à des fourmis, une tortue supplie tant un aigle de lui apprendre à voler qu’il cède Voici une sélection de vingt-huit fables d’Esope adaptées par notre compatriote Jean-Philippe Mogenet, philologue classique, et illustrées par Jean-François Martin. Edité chez Milan, "Fables d’Esope" affiche élégance et modernité. Aussi aiguisées qu’élancées, les illustrations de Jean-François Martin attirent d’emblée le regard. Dont celui, très précieux, du jury des Bologna raggazzi award décernés au Salon du livre jeunesse de Bologne. Lauréat dans la catégorie "Fiction", l’album "Fables d’Esope" a été considéré comme "un chef-d’œuvre typographique dont les illustrations revisitent l’univers de Félix Vallotton". Le jury a également souligné "un mélange subtil de tons gris et ocre, une luminosité surréaliste captivante et des visages intrigants d’une grande beauté". Très heureux de cette formidable reconnaissance, Jean-François Martin répond à nos questions lors de la traditionnelle remise des Bologna ragazzi award.

Quelle est la genèse de ce projet ?

L’éditrice m’a contacté et m’a proposé d’illustrer les fables d’Esope pour la collection "Albums classiques". J’ai d’abord traînassé. Il m’a fallu un certain temps de maturation. Cela me tentait car j’aime anthropomorphiser les animaux. Je m’y suis finalement mis pendant les vacances à la fin desquelles j’avais fait la majorité des dessins au crayon, en tout petit. A partir de septembre, j’ai travaillé en numérique. Quand je fais des livres, je m’occupe aussi de la maquette et du graphisme. J’ai créé un collectif de graphistes et on s’est amusés à trouver une maquette en fonction de la taille de la fable. Il y a donc eu un travail cohérent entre le texte et le graphisme. C’était jouissif de survoler l’ensemble et de ne pas être déçu par une mise en page qu’on n’aime pas.

Qu’appréciez-vous dans ces fables ?

La cruauté d’Esope, la bêtise des personnages. La Fontaine a délayé. Ici, le texte est succinct. Nous avons pu revenir aux sources de l’Antiquité. Rien n’a changé. Tous ces textes ont survécu à l’épreuve du temps. Certes, il était un peu risqué de s’y atteler car ils ont été souvent traités mais je suis heureux de la très belle reconnaissance octroyée à notre travail.

Fables d’Esope Jean-Philippe Mogenet et Jean-François Martin Milan, coll. "Albums classiques" 64 pp., env. 16,50 €. Dès 7 ans