Livres & BD

Alain Finkielkraut s'efforce à la nuance. S'il ne prétend évidemment pas militer pour un soutien inconditionnel à la politique d'Israël - `bien sûr que non´ -, il pense que la critique qui en est faite relève des catégories les plus éculées du `progressisme, voire du stalinisme´

Quel procès intentez-vous à la Belgique?

Je lui reproche la mise en cause d'un `Etat fasciste, colonial´, tout entier résumé d'ailleurs par le crime imputé à Sharon en 1982 à Sabra et Chatila. Or c'est une façon de ne pas tenir compte justement de la réalité démocratique d'Israël, ni du fait que des révoltes peuvent être barbares. A partir du moment où on oublie la barbarie de ces révoltes, et où l'on oublie la différence entre un Etat démocratique et des Etats totalitaires ou autoritaires, on commet des contresens grossiers et c'est ce qui est en train de se produire aujourd'hui. La Belgique, hélas, joue un rôle là-dedans.

Expliquez-vous...

La manière dont les Belges sont si fiers de leur `compétence universelle´, c'est une des choses les plus ridicules que notre époque ait pu produire. Il n'y a pas de compétence universelle, Dieu en a une certes... Justement, la leçon du totalitarisme, c'est bien ça: qu'arrive-t-il à l'homme quand il se prend pour Dieu? Alors que cette ubris, cette démesure s'incarnent dans le droit, alors que le droit consiste à poser des limites, voilà un paradoxe renversant et je crois que c'est jouer un très mauvais tour à la paix que de vouloir durcir les choses ainsi. Si l'on peut impliquer un Etat tout entier, à travers son Premier ministre, dans un crime contre l'humanité, on va nécessairement aux extrêmes. Avec un criminel contre l'humanité, nulle transaction, nul compromis n'est possible. Seule l'est la lutte à mort. Dans une époque comme la nôtre, une telle attitude ne s'impose pas.

D'ailleurs, la compétence universelle est une notion qui a été élaborée dans le cadre de la piraterie. On peut alors arraisonner un bateau de pirates même s'il n'aborde pas un pavillon de votre pays, mais l'idée pour les juges d'exercer une compétence absolument tous azimuts à propos de crimes qui se sont produits partout sur la terre, ça ne peut se concevoir. La preuve, c'est que Sharon a déjà été jugé dans un Etat démocratique et qu'en plus il est inculpé alors que les véritables auteurs du crime ont été laissés tranquilles depuis 1982. Maintenant que le principal protagoniste est mort, un député belge en profite pour aggraver l'inculpation en Israël, alléguant que les Israéliens l'ont tué parce qu'il se préparait à parler...

Vous venez à Bruxelles avec un fameux pétard sanglé au corps...

Lorsque j'ai reçu cette invitation et que j'ai choisi mon sujet, celui-ci a soudain rencontré une réalité. Je me suis dit qu'il serait absurde de l'esquiver pour faire un exposé consensuel. Si en effet la Belgique incarne à mes yeux la démesure, alors je vais parler de cette incarnation.

Rés.: 02.627.10.21.

E-mail gcc@dalvel.be

© La Libre Belgique 2001