Troisième opus de la collection des aventures de Spirou et Fantasio ressortie à l’occasion des 75 ans du petit groom de Marcinelle… et d’ailleurs. Car une fois de plus, dans cet album, le grand Franquin embarque ses lecteurs loin, bien loin, des corons carolos.

Cap sur la savane pour tenter de mettre la main sur un microfilm caché dans la corne d’un rhinocéros. Lequel ? Allez savoir ! Que contient ce mystérieux microfilm ? Les plans d’une voiture révolutionnaire : la turbotraction. Spirou et Fantasio ne sont pas les seuls à s’être lancés dans cette quête, une bande d’affreux gangsters est aussi sur le coup.

Une nouvelle aventure rebondissante et rafraîchissante, un album incontournable pour tous les amateurs du IXe art. Ce tome voit aussi apparaître un personnage qui va s’accrocher au duo de héros : la pétillante Sophie, mieux connue sous le sobriquet de Seccotine. Un vrai pot de colle, cette reporter, comme l’indique son pseudonyme.

En effet, si la référence est aujourd’hui, largement oubliée, Seccotine fut pendant des années une marque de colle célèbre pour tous les écoliers. Même Fernandel avait utilisé, en 1940, le nom de cette colle pour une de ses chansons : “On l’appelle Seccotine parce qu’elle à la peu tout comme un plat de gélatine…”. Avec une telle marque de fabrique, il était évident que la reporter allait s’inviter très régulièrement dans cette saga.

Franquin : La corne du rhinocéros, Ed. Dupuis. 7,99€.