© Louis Joos

Livres & BD

La magie de Carl Norac

Laurence Bertels

Publié le - Mis à jour le

Très inspiré ces derniers mois, Carl Norac, l’un de nos grands auteurs jeunesse, vient de signer trois livres avec trois illustrateurs différents dont, bien entendu, son fidèle compagnon de route, le talentueux Louis Joos. Ce Montois de souche désormais basé à Olivet près d’Orléans, publie également pour les adultes, comme en témoigne le recueil de poésies "Dimanche aux Hespérides" qui lui vaut une franche reconnaissance. Fils de l’auteur Pierre Coran, Carl Norac semble être né dans l’écrit et ne cesse, pour l’instant, de plonger sa plume dans l’encre enfantine. Trois histoires, donc, d’amour, de tendresse et d’affection entre une fillette et son papa, une mère et son fils, une renarde et son loup

L’intrigue commence à la plage, sous les illustrations ensoleillées de Magali Bardos dont les personnages arborent souvent le regard de ceux de Matisse. Peintures grasses et généreuses, fraîches et originales, Magali Bardos a le don de traduire, en un coup de pinceau, un bel univers, tel celui imaginé ici par le tandem Norac-Grousset. Une fillette se persuade au fil des pages que son papa, qu’elle découvre bedonnant sur le sable, attend un bébé. Puisque, c’est bien connu, les papas font des petits frères et les mamans, des petites sœurs. Tout, dès lors, semble confirmer son impression telle l’envie de son père de glace aux fraises. Un peu vexée qu’on ne l’ait pas prévenue, la future grande sœur veille cependant sur son père et s’insurge, de retour en ville, qu’on ne lui cède pas une place dans le métro. "Dans le ventre de Papa" emmène surtout le lecteur dans l’imaginaire de l’enfant et lui démontre les joies du parti pris, voire de la mauvaise foi. Juste, drôle et intattendu.

Pour "Mère Magie", le grand voyageur Carl Norac a fait appel à Louis Joos, son illustrateur de prédilection lorsqu’il s’agit d’élargir ses horizons. Les deux artistes nous emmènent dans le grand Nord, là où les enfants ont le ventre qui parle. Attuk et Itiak réclament à manger mais leur mère, Ama, ne sait plus quoi inventer. Elle n’a rien à leur donner, rien à cueillir, rien à chasser. Tous les animaux sont cachés. Il ne reste plus qu’à les distraire, à jouer la Mère Magie pour leur faire oublier leurs misères. Alors, le fils Attuk danse avec le feu, des ombres apparaissent et les peurs provoquées calment les ventres creux. Entre peintures, rêves et réalités, l’enfant risque de s’en aller mais la magie de l’amour d’une mère peut encore le sauver. Rien n’est désespéré au pays du grand froid, dans un récit où chaque mot est choisi avec soin, chaque sonorité étudiée pendant que les crayonnés de Louis Joos trahissent la peur et racontent la nature avec tendresse ou désespoir.

Joyeuse et optimiste, la troisième histoire de Carl Norac met en scène le loup Willie et la renarde Yvonne. Le premier est amoureux de la renarde mais celle-ci file toujours comme une ballerine. Jusqu’à ce jour inattendu où elle lui donne rendez-vous sous la lune. Willie n’a plus qu’à se laver, s’habiller, choisir des fleurs, bref, se préparer, avant de se mettre en route et de réaliser qu’il ne sait pas exactement ce que la belle Yvonne entend par "sous la lune". Il ne reste plus qu’à espérer que les amoureux parlent la même langue dans cet album vif et tendre qui respire déjà le printemps, une saison de circonstance. Léger et joyeusement tendre, "Rendez-vous sous la lune" est soutenu par des illustrations décalées, lumineuses et un brin fantastiques.

A lire également

Facebook

Cover-PM

cover-ci