La programmation culturelle de la prochaine édition a été dévoilée.

C’est au centre culturel marocain Darna, à Bruxelles, que Gregory Laurent a présenté à la presse la prochaine édition de la Foire du livre, la dernière sous son pilotage puisque, ainsi que La Libre l’a annoncé, c’est Marie Noble qui lui succédera en tant que commissaire dès le 1er mai prochain. Ému et fier du chemin parcouru - la gratuité d’accès restera sa plus belle avancée -, il a promis de nouer d’autres liens entre les projets de la Foire et sa future mission en tant que responsable culturel à l’ULB.

Du 5 au 8 mars, pas moins de 800 auteurs (la liste s’allonge de jour en jour) rencontreront leurs lecteurs sur le site de Tour&Taxis. La thématique retenue cette année est "Livre ensemble", qui synthétise plusieurs lignes de force chères à l’équipe de la Foire : la démocratie, la liberté d’expression, l’engagement citoyen, l’inclusion et la reconnaissance. Trois invités d’honneur seront présents : Leïla Slimani (prix Goncourt 2016 pour Chanson douce), Alessandro Baricco (lire son portrait en page 2) et l’opposant chinois Liao Yiwu. On le sait depuis la clôture de la précédente Foire du livre : c’est le Maroc qui est cette année à l’honneur, avec une délégation annoncée de quelque cent auteurs, vivant au Maroc ou issus de la diaspora. Parmi eux, et outre Leïla Slimani, citons Rachid Benzine, Mohamed Berrada, Faoud Laroui et Tahar Ben Jelloun. Pour Mohammed Ameur, l’ambassadeur pour la Belgique et le Luxembourg, ce rendez-vous permettra de mettre en valeur "les efforts faits par le Maroc dans le secteur culturel, important levier de progrès, de modernité, de développement".

Création d’un marché des droits

Du côté des rendez-vous installés, signalons la présence du Carrefour de l’Europe, du Palais des Imaginaires (qui proposera plusieurs sessions live et deux expositions), de la 5e journée de la traduction (jeudi 5/3), de la nocturne polar (vendredi 6/3), de plusieurs expositions (dont Que portais-tu ce jour-là proposée par Amnesty International). Journée du 8 mars oblige, la femme (sa place dans la société, son écriture, la question du genre…) sera au centre de plusieurs débats. À noter encore que les familles seront particulièrement attendues pendant le week-end pour des activités adaptées (animations, rencontres, spectacle) et qu’un programme spécifique à destination des enseignants a été élaboré. Enfin, et c’est une nouveauté : un marché des droits internationaux sera initié, voulu comme une "rencontre professionnelle d’envergure" qui permettra à la Foire du livre de Bruxelles d’accroître sa notoriété et, qui sait, un jour peut-être, de rivaliser en la matière avec Londres ou Francfort.

Pour clôturer les hommages et les remerciements propres à toute passation de pouvoir, Marie Noble a brièvement pris la parole pour partager sa joie à l’idée du défi qu’elle s’apprête à relever, mais surtout pour tracer les axes qu’elle entend défendre : la transversalité et le lien (avec le quartier, les voisins de Tour & Taxis et la ville de Bruxelles), et une volonté de fédérer les forces des différents opérateurs culturels. Et de donner rendez-vous à chacun lors de la prochaine Foire du livre, qu’elle ne manquera pas de sillonner avec envie et curiosité.