Voilà une fillette qui ne ressemble pas aux autres mais qui risque bel et bien d’avoir déjà trouvé la clé du bonheur. C’est qu’elle ne croit pas aux contes; cette petiote-là préfère mille fois s’accommoder de la réalité au lieu d’attendre éternellement un prince charmant qui ne viendra jamais, qui sera ou prince, ou charmant, mais rarement les deux. Elle n’aime pas les contes non plus car on y croise toujours des animaux qui ne sont pas contents d’être des animaux, des objets qui ne sont pas contents d’être des objets et même des humains qui ne sont pas contents d’être des humains. Elle, en revanche, est ravie d’être une fille, de s’appeler Agathe, d’avoir un grand nez et des cheveux courts. Dans les contes, il y a toujours aussi un garçon qui ne veut pas grandir, une princesse qui ne veut pas se marier ou un crapaud qui est enchanté. Sans oublier ce loup qui se fait passer pour une grand-mère, cette Cendrillon pour une princesse et cette bergère qui tombe amoureuse d’un ramoneur. Dans les contes, surtout, on raconte beaucoup d’histoires et Agathe aimerait savoir combien de temps elle doit encore attendre pour plonger la main dans la terre de son jardin et en retirer son chat vivant. Belle leçon de philosophie à travers "Peau d’âne", "Le Petit Chaperon rouge" ou "Les trois petits Cochons" et bien d’autres classiques observés avec les lunettes de la clairvoyance dans un album rose et joyeux qui en fera assurément sourire plus d’un(e).

Les princesses en prennent décidément pour leur grade, ces temps-ci. Le caddie déjà bien rempli, face à un stock de papier WC en soldes, une jeune fille habillée tout de long s’extasie. Ainsi commence le livre d’une princesse qui va dévoiler son intimité, ses manies cachées et ses secrets inavouables. Chouette alors… On y apprendra peut-être que certaines princesses rêvent d’être célibataires, que la princesse sale est prête à tout pour échapper à son bain et que celle qui part en vacances n’emporte que le strict nécessaire et tire sa caravane perso, c’est-à-dire un château coiffé de quatre tours, derrière sa décapotable rose. Entre l’économe qui achète son prince en promo, la cyber qui commande tout sur Internet et la myope qui réussit à épouser un vrai crapaud, le lecteur ne saura plus, en cette véritable galerie de portraits, quelle princesse courtiser et se tournera peut-être vers sa voisine de palier, tout simplement. Un album tonique et humoristique qui désacralise les contes de fées et revisite l’archétype de la princesse sous le trait inspiré de la tradition du dessin d’humour.

S’il est malin de désacraliser le conte, il est sage aussi, parfois, de rappeler qu’il en dit plus qu’un long discours. Surtout lorsqu’il est écrit et, dans le meilleur des cas, raconté par Henri Gougaud, un des plus grands conteurs de notre époque, à la plume élégante et au verbe généreux. Ses "Petits contes de sagesse pour temps turbulents" révèlent la grandeur de l’océan lorsqu’il envahit la terre pour retrouver le conteur qu’on aurait fait taire ou de l’homme qui, en l’étranger, reconnaît son frère. On sait alors que le jour se lève. Du côté du scandale, un peu à la Brassens, Gougaud raconte l’histoire de ce singe venu pisser à la mosquée et menacé d’être transformé en limace, en statue de sel ou en chacal mais rassuré lorsqu’il apprend qu’en homme, oh non, il ne sera pas. Au fil des pages, on en saura plus sur le sultan, la fille du désert ou la naissance du diable, autant de contes pour petits et grands dans un recueil à poser sur la table de chevet et à feuilleter au gré des insomnies les nuits de solitude car "les contes sont des vieillards immémoriaux et bienveillants. Ils savent tout de la musique du cœur du monde".

Laurence Bertels

J’aime pas les contes Hélène Lanscotte et Amandine Laprun Albin Michel Jeunesse 44 pp., env. 10 €. Dès 4 ans

Attention aux Princesses ! Cédric Ramadier et Clément Devaux Albin Michel Jeunesse 80 pp., env. 13,50 €. Dès 3 ans

Petits contes de sagesse pour temps turbulents Henri Gougaud Albin Michel 242 pp., env. 19,50 €. Dès 8 ans