Si l’on souhaite parler des femmes en tant qu’auteures de livres, mieux qu’une explication sociologique, une énumération absolument non exhaustive est suffisamment éloquente. S’il ne fallait en citer qu’un exemple, on dira qu’avec un milliard d’exemplaires vendus, Agatha Christie est très vraisemblablement l’un des quatre ou cinq écrivains les plus lus de tous les temps. Et Barbara Cartland ne doit pas courir loin derrière...

Essayistes, romancières, poétesses, dramaturges, elles touchent à tous les territoires de la littérature avec un succès qui ne cesse de s’accentuer. Sans remonter au déluge - Mary Shelley, la mère spirituelle de "Frankeinstein", George Sand, Colette, Anne Rice -, on n’a que l’embarras du choix parmi les plus ou moins contemporaines qui ont compté leurs lectrices et lecteurs par milliers de milliers.

Ainsi, une Danielle Steel est aujourd’hui l’une des romancières les plus lues du monde et chacun sait que le domaine du polar ou du thriller est depuis longtemps conquis par les femmes, Fred Vargas, bien sûr, mais aussi P.D. James, Ruth Rendell, Patricia Highsmith, Elizabeth George, Mary Higgins Clark et autres Patricia Cornwell. De même, la littérature érotique a vu cartonner une Dominique Aury, une Emmanuelle Arsan, une Catherine Millet et bien d’autres. Et où classer Anaïs Nin, Simone de Beauvoir, Virginia Woolf, Marguerite Duras, Margaret Mitchell, Françoise Sagan, Marguerite Yourcenar, Françoise Sagan, Anna Gavalda, Amélie Nothomb ?

En littérature jeunesse également, les femmes ont leur mot à dire. A commencer par J.K.Rowling et son "Harry Potter" vendu à 350 millions d’exemplaires dans le monde et traduit dans 65 langues. Le tout en 10 ans, du jamais vu dans le monde de l’édition. Au point de susciter des vocations telles celle née récemment chez Stephenie Meyer, l’auteure américaine de la série "Twilight" ("Fascination", 34 millions d’exemplaires) dont les 4 tomes caracolent en tête des ventes. Plus près de chez nous, les auteurs féminins tiennent le haut du pavé, dans la foulée de la comtesse de Ségur ou d’Enid Blyton du "Club des cinq". Rien qu’à L’école des loisirs, Marie-Aude Murail ("Oh, Boy !") et Anne Fine ("Mrs Doubtfire") comptent parmi les auteurs "les plus vendeurs". Du côté des albums et de la Belgique, saluons le talent de Gabrielle Vincent dont les héros, Ernest et Célestine, font rêver les enfants du monde entier et seront bientôt au cinéma (cf.p. 23).

Et pour montrer la place qu’elles ont universellement acquise, rappelons qu’au cours des vingt dernières années, cinq écrivaines ont obtenu le Nobel de Littérature : la Sud-Africaine Nadine Gordimer en 91, l’Américaine Toni Morrison en 93, la Polonaise Wislawa Szymborska en 96, l’Autrichienne Elfriede Jelinek en 2004 et l’Anglaise Doris Lessing en 2007.