La lauréate de la deuxième édition du Prix Première Victor du Livre Jeunesse est Marie Colot pour son roman "Jusqu’ici tout va bien" publié chez Alice Jeunesse.

Huit cents jeunes de 12 à 15 ans ont participé à cette deuxième édition et ils ont littéralement plébiscité ce roman d’une autrice belge publié par une maison d’édition belge.

Marie Colot a reçu le Prix ce samedi 7, à la Foire du Livre de Bruxelles, des mains de Patricia Vergauwen (la maman de Victor) et Laurent Dehossay (La Première – RTBF). Eric-Emmanuel Schmitt rehaussait la remise du Prix de sa présence, manifestant ainsi son soutien au Fonds Victor et soulignant l’importance de la lecture des jeunes et de la littérature jeunesse.

Le Prix est doté d’un montant de 2.500 euros offerts par le Fonds Victor et d’une campagne de promotion offerte par La Première sur toutes ses plateformes (linéaire et digitales).

Qui est Marie Colot ?

Née à Namur en 1981, cette enseignante de formation publie son premier roman en 2012, "En toutes lettres", chez Alice Jeunesse. Le roman est sélectionné pour la Bataille des livres et cinq autres Prix Jeunesse. Depuis, elle écrit pour les adolescents - on se souvient de "Deux secondes en moins" - et pour les plus jeunes avec "Le jour des premières fois", "Quand les poissons rouges auront des dents", "Les dimanches où il fait beau". Elle anime aussi des ateliers de lecture pour les enfants.

De quoi parle "Jusqu’ici tout va bien" ?

Jozef vient d’être arrêté par la police. Ce petit voyou multiplie les délits, mais cette fois, c’est plus sérieux : l’attaque à main armée d’une supérette. Son complice l’a balancé et le centre fermé l’attend. Or, Jozef a rendez- vous avec la jolie Amel. Il va tenter de s’en sortir et multiplier les décisions hasardeuses...

Marie Colot raconte 24 heures de la vie d’un petit délinquant dans un Bruxelles difficile. Avec ce roman haletant, on passe sans cesse de l’indignation à la compassion. Le garçon nous met en colère, mais il nous touche aussi par son courage et son amour indéfectible pour ses proches et, en particulier, pour sa petite sœur... Si bien que l’on n’a qu’un souhait : que, finalement, tout aille bien !

Huit cents lecteurs et lectrices

Ce second Prix Première Victor du Livre Jeunesse est le résultat du choix de 800 lecteurs et lectrices répartis en 38 groupes de lecture dans des écoles, des bibliothèques et des maisons de jeunes dans toute la Wallonie et à Bruxelles. Tous ont répondu à l’appel à candidatures lancé en août 2019 par La Première (RTBF) et le Fonds Victor. Pendant toute l'année scolaire, ces groupes ont bénéficié d’animations de comédiens professionnels (théâtre, impro, lectures à voix haute, etc.) et de rencontres avec des auteurs, traducteurs et éditeurs.

Le Prix propose une sélection de cinq livres de qualité aux jeunes de 12 à 15 ans. Ceux-ci sont invités à les lire et à voter pour celui qu’ils préfèrent. La sélection porte sur des livres d’auteurs, traducteurs et/ou éditeurs belges francophones. Le Prix veut en effet valoriser la création et la production de qualité de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

© Francis Van de Woestyne

Les cinq ouvrages en lice pour cette deuxième édition du Prix étaient :

  • Ceinture Blanche de Lola Mansour (Ker Édition).

  • Hope de Xavier Deutsch (Éditions Mijade).

  • Jusqu’ici tout va bien de Marie Colot (Alice Jeunesse).

  • Spinder de Simon Van der Geest, traduit du néerlandais par Maurice Lomré (Éditions la Joie de lire).

  • Terre de Brume, de Cindy Van Wilder (Éditions Rageot).

Qu’est-ce que le Fonds Victor ?

Victor Van de Woestyne était curieux, adorait voyager et surtout lire : lire des livres, des BD, des magazines... Lire était une de ses passions. Il avait toujours un livre à portée de mains. Il est décédé accidentellement le 4 novembre 2016 à l’âge de 13 ans.

Pour donner un sens à ce qui n'en a pas et en souvenir de Victor, ses parents, Patricia Vergauwen et Francis Van de Woestyne, ont créé le Fonds Victor dont l'objectif principal est d'inciter les jeunes à la lecture. 

En plus du Prix Première Victor du Livre Jeunesse, le Fonds Victor développe d’autres actions concrètes, ludiques et participatives destinées à promouvoir le plaisir de lire.

Il finance chaque année plusieurs projets scolaires (5 en 2018, 9 en 2019, 16 en 2020) proposés par des enseignants, réalisés dans les trois premières années de l’enseignement secondaire, tous réseaux confondus, en Wallonie et à Bruxelles, et sélectionnés sur base d’un appel à projets.

Le Fonds organise aussi une Journée Victor de la Littérature dans le domaine provincial de Chevetogne. Cette journée qui mêle harmonieusement littérature et nature est née à l’initiative du directeur du domaine, Bruno Belvaux. La prochaine Journée Victor de la Littérature aura lieu le 25 avril prochain.