Paul Rosenberg, le grand-père d’Anne Sinclair

Paul Rosenberg, le grand-père d’Anne Sinclair
© AFP

Livres & BD

Monique Verdussen

Publié le

Ceux qui, pourtant, attendent quelques révélations sur ses états d’âme à propos de "l’affaire" seront déçus. La journaliste qui fut longtemps la préférée des Français a écrit, mêlant passé et présent, souvenirs et documents, un livre sur son grand-père maternel, marchand d’art célèbre qui reprit la galerie de son père en 1905, se passionnant pour les artistes qui n’étaient pas encore dans l’air du temps, Matisse, Sisley, Picasso, Braque, Léger

Si, dépouillant lettres, photos, articles de presse, elle se livre à un patient travail de recherche à propos de ce Paul Rosenberg qu’elle connut peu, elle déborde largement le cadre du portrait intimiste. Elle évoque, certes, un homme au flair rare qui eut le goût des grands créateurs de l’Impressionnisme et de l’art moderne qu’il fit connaître de Paris à New York où ses galeries étaient fréquentées pour la qualité des œuvres proposées. Mais elle met aussi en scène tout un milieu de marchands d’art et d’artistes. Elle s’insinue dans le débat français sur l’identité nationale. Elle pointe le doigt sur ceux qui sympathisèrent avec le régime nazi. Elle souligne les questions que se pose un exilé ayant fui la France occupée

A la mort de sa mère il y a cinq ans, ouvrant tiroirs et cartons, elle éprouve le besoin de reconstruire son histoire autour de la rue La Boétie où se situait la galerie qu’investirent les Allemands en 1941 pour y établir l’Institut d’étude des questions juives après s’être autorisés à piller ou brûler - parce que jugés décadents - des Renoir, Miro, Klee, Picasso et bien d’autres Elle évoque les œuvres ainsi perdues, parfois mises à l’abri ou retrouvées après la guerre. Elle souligne combien le goût des gens évolue avec le temps et combien la passion d’un homme pour l’art peut lui faire négliger la passion qu’il éprouve pour sa femme.

Renouant avec son métier de journaliste, Anne Sinclair a l’art de susciter l’intérêt pour un homme et une époque à travers une écriture claire, rapide, parfois répétitive mais toujours directe.

A lire également

Facebook

Cover-PM

cover-ci

Immobilier pour vous