Un influent responsable musulman indien a demandé mardi au gouvernement d'interdire à Salman Rushdie d'assister à un festival littéraire ce mois-ci dans son pays d'origine, en invoquant le caractère selon lui blasphématoire des "Versets sataniques", publiés en 1998.

Le maulana Abdul Qasim Nomani, qui dirige le séminaire de Darul Uloom, a déclaré que le gouvernement devait respecter les sentiments des musulmans en empêchant l'écrivain de participer au Festival littéraire de Jaipur, qui commence le 21 janvier. Le séminaire, fondé il y a quelque 150 ans, prêche une pratique austère de l'islam adoptée par des millions de musulmans dans le monde, dont les talibans.

Salman Rushdie a passé plusieurs années dans la clandestinité et s'est exilé pour protéger sa vie après que l'ayatollah Ruhollah Khomeini au pouvoir en Iran l'a condamné à mort pour blasphème avec "Les Versets sataniques". Le livre a été interdit en Inde. L'écrivain a depuis acquis la nationalité britannique.