Franquin, assisté de Roba, revient alors dans le monde marin - et même sous-marin - dont il est si friand, notamment depuis la lecture du Monde du silence de Cousteau. 

Spirou, Fantasio et Champignac découvrent que la Murène s’est évadée et que le sous-marin de poche inventé par le Comte a été volé. Champignac ne s’en laisse pas conter et sort du placard les trois autres sous-marins de son invention. Malgré les sabotages en série, Spirou parvient à plonger au fond de l’océan à la recherche de l’épave du Discret dont les cales doivent être gorgées d’or.

Là-bas, à des profondeurs abyssales, Spirou pense avoir des hallucinations quand il découvre une vache. 


Foin de vision excentrique, tout a une explication qu’il faut aller chercher chez monsieur Oups, grand amateur de silence ! Un album tout en finesse qui, une fois encore, permet à Franquin d’étaler toute sa maestria graphique et de plonger dans un de ses univers de prédilection.


Franquin : Spirou et les hommes-bulles, ed. Dupuis, 7,99€.