Dépaysement, voyage exotique et suspense sont garantis avec ce polar d’Olivier Truc, journaliste français couvrant les pays nordiques. Il poursuit sa série de romans sur la police des rennes.

Les chiens de Pasvik peuvent se lire sans connaître les trois histoires précédentes. On se retrouve dans le Grand Nord, près de l’Arctique, dans cette zone frontière entre la Norvège, la Finlande et la Russie de la péninsule de Kola (Mourmansk). C’est le pays erronément appelé Laponie qui est en fait le territoire sami.

Peuple des neiges

Les Sami sont un peuple des neiges, du grand froid, des nuits sans fin et des paysages magnifiques et glacés, avec le riche lichen blanc dont raffolent les rennes qui y vivent librement sous l’œil de leurs propriétaires circulant aujourd’hui en motoneiges.

Les Sami d’origine vivent encore souvent de l’élevage des rennes et suivent leur transhumance (il reste près de 800 000 animaux disséminés sur les différents pays). Mais "les traces des frontiè res successi ve s e t les conflits, jusqu’à la Deuxième Guerre mo nd iale, avaient dé f i ni tivement tron ç onné toute la région et quasiment éradiqué ce qui restait de l’ ancienne culture sam i", écrit Olivier Truc.

On y retrouve Klemet de la police des rennes chargée de prévenir les conflits liés à l’élevage des rennes, et son ancienne collègue Nina. Ils se retrouvent plongés dans un incident diplomatique qui risque d’envenimer les choses : 50 rennes ont passé la frontière vers la Russie qui proteste mais ne veut pas les rendre au grand dam de l’éleveur. La police des frontières s’en mêle.

Commerce de langue

On découvre, au même moment, un commerce illicite de langues de rennes, un mets dont raffolent les Chinois. Et pour corser le tout, des meutes de chiens errants sauvages traversent, eux aussi, la frontière créant la désolation.

© TWITTER

Olivier Truc fait de ces incidents dans la vallée de la rivière Pasvik qui sert de frontière, une illustration des conflits mondiaux et des désastres écologiques. La Russie, sa police, sa corruption fait face à un autre monde. Il dresse les portraits d’Oleg le mafieux sans scrupule qui a un secret : il déterre les cadavres gelés des combattants oubliés de la guerre. Pavel l’inspecteur du FSB (ex-KGB), a, lui, sa fille chérie en crise d’adolescence. En face, il y a Piera Kyrö, éleveur de rennes depuis des générations au bord de l’Océan Arctique et qui n’en peut plus de voir ses rennes fuir en Russie et finir dans des frigos clandestins. Renson est, lui, un député sans scrupule qui fait de l’agit prop pour obtenir un Etat sami.

Fascinant voyage

Olivier Truc nous fait voyager dans ces étendues désertes, comme dans la ville de Nikel et ses usines et le port de Kirkenes sur la mer de Barents pour un voyage fascinant dans une zone oubliée du monde et un suspense que l’auteur entretient jusqu’au bout.

  • Olivier Truc | Les chiens de Pasvik | roman noir | Métailié | 428 pp., 21 €, version numérique 13 €