Tintin détective bruxellois

Livres & BD

Guy Duplat

Publié le

Tintin détective bruxellois
© Johanna de Tessières

Malgré son lourd travail d'avocat et de professeur à l'ULB, spécialiste du droit d'auteur, Alain Berenboom prend le temps d'écrire, pour notre plus grand plaisir. Car comment qualifier autrement que de "délicieux" son dernier roman, "Périls en ce royaume"? Un livre sans prétention outrancière mais qui se lit comme une BD de Tintin. Un roman policier, comme les meilleurs du genre, plein d'atmosphère et de rebondissements.

Au centre, il y a Michel Van Loo, ancien fonctionnaire de l'Etat belge, devenu détective au lendemain de la Seconde Guerre. Rouletabille un peu paresseux, pas trop brillant, porté sur la gueuze-grenadine, il est quand même malin comme un zinneke bruxellois. Il n'est pas indécrottable célibataire comme Tintin car il a Anne à ses côtés pour éviter qu'il ne dérape. Il a aussi Frederico, sa Castafiore, un coiffeur napolitain avec l'accent en prime, qui partage son immeuble et emploie Anne comme shampooineuse. Il a aussi ses sages : Hubert, le pharmacien juif, sa femme Rebeka et leur bébé.

SOVIET AU SUD ?

Michel Van Loo ne s'occupe en général que des voleurs de pommes et des divorces au rabais. Mais le voici, dans "Périls en ce royaume", immergé dans une enquête qui le mènera au coeur des soubresauts belges de l'époque.

Loin d'être une Libération joyeuse, on s'étripait entre Léopoldistes et anti-Léopoldistes. La gauche communiste qui avait tant oeuvré dans la Résistance à la fin de la guerre se déchirait entre groupuscules trotskystes et staliniens sur un fond déjà de guerre froide. Berenboom évoque aussi la menace d'éclatement du pays. Déjà, pourrait-on dire, 60 ans avant les ennuis de Leterme-Reynders-Milquet et De Wever. "L'instauration d'une république sonnerait la fin de la Belgique, fait-il dire à un protagoniste. Flamands et Wallons se sont tant éloignés les uns des autres pendant le conflit que la fin de la monarchie entraînerait l'éclatement du pays : un soviet au sud et une entité catholique conservatrice au nord".

Avec Alain Berenboom, on retrouve les Beigelbrot, une riche famille habitant le quartier Fond'Roy à Uccle, leur fils Yann, mystérieusement disparu et que le détective doit retrouver, le cimetière d'Ixelles, la place de Brouckère, les grands boulevards et le café du Métropole, la victoire de la Royale union saint-gilloise sur le FC de Malines.

Michel Van Loo n'a de cesse de sauter sur la plate-forme que les trams d'alors avaient encore ou de découvrir de nouveaux troquets bruxellois.

Mais vite, il se rend compte qu'il joue dans un jeu de colin-maillard. On lui cache la vérité, celle des conflits entre anciens de Londres et planqués de Bruxelles, entre les profiteurs du marché noir et les résistants. Il s'interroge sur la mystérieuse Rosa et la belle Madeleine. Il louvoie entre les officines gauchistes, il se perd, et risque sa vie.

On n'en dira pas plus car le suspense est au coeur de ce roman fringant.

LA LIGNE CLAIRE

Un livre écrit par un écrivain adepte de "la ligne claire". En plus d'une intrigue bien menée, il évoque l'atmosphère de l'époque, les concerts de Memphis Slim au Blue Note, le nouveau film d'Humphrey Bogart, la sortie d'Autant en emporte le vent. Il ne faut pas oublier qu'Alain Berenboom est aussi un fan de cinéma et siège au conseil d'administration de la Cinémathèque. Son roman est non seulement une BD littéraire mais a aussi le rythme d'un film policier.

Si "Périls en ce royaume" est délicieux, il a le mérite, aussi, de rappeler, par le divertissement, comme sans y toucher, certaines racines de notre divorce communautaire actuel. Une incompréhension entre les Communautés qui n'a fait que croître alors que les souvenirs de l'occupation et des lendemains de la Libération sont largement oubliés.

Lire les premières pages sur lalibre.be

A lire également

Facebook

Cover-PM

cover-ci

Immobilier pour vous