A maintes reprises, nous avons salué l’honnête homme qu’est Pierre Daix, né en 1922, qui fut l’un des intimes d’Aragon et d’Elsa Triolet auxquels il consacra plusieurs ouvrages extrêmement documentés. Avec l’immense poète, Daix codirigera l’hebdomadaire "Les Lettres françaises" jusqu’en 1972. Infatigable historien des arts et de la littérature, Daix avait contribué avec Picasso, dès le début des années 60, à l’établissement du catalogue raisonné de l’œuvre de jeunesse et du cubisme du plus important artiste du XXe siècle, à la fois peintre, sculpteur, dessinateur, graveur et céramiste. En 1995, dans la collection "Bouquins", il publia ce "Dictionnaire Picasso" dont il nous livre aujourd’hui une version mise à jour, aux plus de deux mille entrées.

Daix aura ainsi relevé "le défi de réunir tout ce qu’on peut savoir des lieux, des amis, des amours qui ont compté dans la vie de Picasso, mais aussi de l’his toire de ses œuvres importantes et de leurs expositions". Cette nouvelle et bienvenue édition (qui ne contient ni reproductions ni photos) est enrichie de ce qui a été publié des archives du formidable peintre des Demoiselles d’Avignon, du Rêve et de Guernica depuis une quinzaine d’années ainsi que de ce qu’ont révélé les expositions internationales et les études. Par ailleurs sont réhabilitées les œuvres érotiques de l’artiste. Ainsi, cet excellent ouvrage examine-t-il l’enfance de Pablo Ruiz Picasso (né à Malaga le 25 octobre 1885), son adolescence (1895-1901), sa formation (1901-1906), son passage à l’avant-garde (1906-1908), le cubisme (1908-1916), les réévaluations et le mariage (1917-1923), le surréalisme et la crise du mariage (1923-1936), la guerre et l’occupation nazie (1936-1944), l’après-guerre (1945- début 1954), le temps du "pouvoir tout dire" (1954-1965) et la période finale, restée "jusque-là méprisée". Picasso est mort à Mougins le 8 avril 1973. Soleil sans fin s’incendiant.

Le nouveau dictionnaire Picasso Pierre Daix Robert Laffont, collection "Bouquins" 1024 pp., env. 30 €