Livres & BD En expert, Didier Decoin a façonné une fascinante héroïne.

Avec "Le Bureau des Jardins et des Etangs" (Stock, 385 pp., env. 20,50 €), Didier Decoin occupe un rayon rare en littérature française : celui de l’imaginaire - la plupart de ses compagnons de plume préférant se centrer sur eux-mêmes, quelle que soit la manière. "Ce n’est pas neuf", explique le secrétaire de l’Académie Goncourt. "J’ai toujours été étonné que l’une des pièces les plus importantes du château de Versailles soit la galerie des glaces : un endroit où on va pour être vu du roi mais aussi où l’on se voit être vu." Son goût pour l’imaginaire, lui le cultive depuis l’adolescence. "Les livres que j’aimais alors étaient ceux qui m’emportaient loin, Jules Verne, Stevenson…" De là vient le lien naturel avec la terre où il situe son dernier roman. "Le Japon a longtemps été cher, loin, compliqué : ce qui était séduisant et a nourri le fanstasme."