L’académie Goncourt qui délivre chaque année son prix avait déjà perdu Bernard Pivot qui annonçait il y a un mois sa démission pour « retrouver un libre et plein usage de son temps ». 

Voilà un second académicien qui part, tant le travail de lecture des romans en lice est lourd: la benjamine du jury, Virginie Despentes, 50 ans. Son arrivée il y a 4 ans avait apporté un vent frais et audacieux dans le jury. Mais celle qui avait succédé à Régis Debray jette l’éponge. L’auteure de Vernon Subutex (roman que le grand metteur en scène Thomas Ostermeier va monter à la Schaubühne en mai) explique dans sa lettre qu’elle manque de temps pour écrire, « j’avais surestimé mes capacités de travail et sous estimé l’engagement que le jury requiert ». Elle veut avoir le temps de se replonger dans l’écriture et s’est réinstallée pour cela à Barcelone.