C’est Camille Laurens qui a rendu publiques les premières sélections pour le prix Femina, qui comptent seize romans français et onze titres étrangers. Les romans français retenus sont : Le ciel par-dessus le toit de Nathacha Appanah (Gallimard), Quand la parole attend la nuit de Patrick Autréaux (Verdier), Un dimanche à Ville-d’Avray de Dominique Barbéris (Arléa), Un autre Eden, de Bernard Chambaz (Seuil), Un pur d’Isabelle Desesquelles (Belfond), Scrabble de Michael Ferrier (Mercure de France), Les grands cerfs de Claudie Hunzinger (Grasset), La chaleur de Victor Jestin (Flammarion), Chronique d’une station-service d’Alexandre Labruffe (Verticales), La tentation de Luc Lang (Stock), Le bal des folles de Victoria Mas (Albin Michel), Avant que j’oublie d’Anne Pauly (Verdier), Par les routes de Sylvain Prudhomme (Gallimard), Opus 77 d’Alexis Ragougneau (Viviane Hamy), Eden de Monica Sabolo (en photo) (Gallimard) et Les choses humaines de Karine Tuil (Gallimard).

Proclamation le 5 novembre

Quant aux onze titres étrangers sélectionnés, il s’agit de : La fracture de Nina Allan, traduit par Bernard Sigaud (Tristram), Je ne reverrai plus le monde d’Ahmet Altan, traduit par Julien Lapeyre de Cabanes (Actes Sud), Borgo Vecchio de Giosuè Calaciura, traduit par Lise Chapuis (Notabilia), Le grand royaume des ombres d’Arno Geiger, traduit par Olivier Le Lay (Gallimard), La fabrique des salauds de Chris Kraus, traduit par Rose Labourie (Belfond), Les hommes d’août de Sergueï Lebedev traduit par Luba Jurgenson (Verdier), Bleuets de Maggie Nelson, traduit par Céline Leroy (Sous-Sol), L’ami de Sigrid Nunez, traduit par Mathilde Bach (Stock), Girl d’Edna O’Brien, traduit par Aude de Saint-Loup et Pierre-Emmanuel Dauzat (Sabine Wespieser), Appia de Paolo Rumiz, traduit par Béatrice Vierne (Arthaud) et Ordesa de Manuel Vilas, traduit par Isabelle Gugnon (Sous-Sol).

Les prochaines sélections seront dévoilées les 8 et 23 octobre. Quant à la remise des prix, elle est prévue le 5 novembre.