Livres - BD

Hervé Bourhis tient le cap, ou presque. Chaque année, depuis 2014, il nous invite à suivre le parcours singulier de Guy Farkas, ancien représentant de commerce en produits phramaceutiques campé sous les traits d’un Jean-Pierre Marielle, franchouillard et fort en gueule. Hervé Bourhis ("Comix Remix", "Ingmar", "C.R.A.S.H.", "Le petit livre de la black music"...) a dû céder, pour ce troisième opus, le dessin à Grégory Mardon, qui, comme lui, a cette capacité de mettre en scène les travers et les excès de notre société et de ses concitoyens.

Dans le premier tome du "Teckel", Hervé Bourhis avait planté le décor et jeté les bases de ce personnage fort en gueule, sorti tout droit des seventies. Un anachronisme sur pattes. Dans le deuxième volume, il enfonçait encore le clou avec délectation dans un récit qui mixait le thriller et l’étude de mœurs humoristico-cynique.

Cette fois, pour le troisième volet des aventures de ce personnage hors nome, il nous propulse dans une France en pleine campagne présidentielle.