Du Palais royal à Maggie De Block en passant par de nombreuses personnalités des mondes économique et culturel, découvrez les réponses de 100 personnalités à la question "Que souhaitez-vous lire dans La Libre en 2015?".


Message du Palais royal à la Libre

"Depuis 100 ans, La Libre offre un regard ouvert et critique sur le monde contemporain. Elle éveille l’intérêt de ses lecteurs aux aspects les plus divers de la vie en société.

Au cœur du débat public et des défis d’aujourd’hui, l’équipe rédactionnelle de La Libre ouvre des fenêtres de réflexion sans tabous. De cette manière, elle contribue à placer toujours plus au centre de notre société les valeurs fondamentales que sont le respect et la réciprocité.

Nos encouragements aux collaborateurs de La Libre Belgique pour les 100 années à venir.”


© BELGA


Par ordre alphabétique:


Manuel Abramowicz, Rédacteur en chef de RésistanceS.be

Un article qui démontrerait que pour mettre fin aux exclusions sociales, à la délinquance, au racisme, à l'extrême droite, aux intégrismes, au repli identitaire, au burn-out, à l'égoïsme, au défaitisme, à la morosité... la seule solution réside dans une réelle alternative au système économique actuel. Parce qu'il est, force est de le constater, le « géniteur » de ces calamités qui ravagent notre société.


Mateo Alaluf, Sociologue à l'ULB

Je vous propose 2 assiettes pour votre menu de l'année.

D'abord un retour en arrière. Nous sommes en plein dans les commémorations de la guerre 1914-18. La conférence de Zimmerwald qui s'est réunie du 5 au 8 septembre 1915 dans un petit village suisse et a rassemblé les socialistes restés fidèles à l'internationalisme qui s'étaient dissociés des partis socio-démocrates officiels, risque de passer inaperçue dans le flot des commémorations. Ce serait une occasion de rappeler cet épisode qui marquera d'ailleurs d'une certaine manière toute l'après guerre.

Ensuite un regard vers l'avenir. Je crois que l'éclosion de plate-formes associatives et citoyennes comme Hart boven Hard, Toute Autre Chose, Acteurs des temps présents, Alliance D 19-20, réunissant des acteurs très diversifiés en opposition aux politiques austéritaires, représente un fait neuf et susceptible de peser à l'avenir sur la vie sociale et politique. En Flandre en particulier le succès de Hart boven Hard contraste avec les comportements électoraux. Ainsi pourrait-on voir l'émergence de dynamiques nouvelles. J'aimerais que ce champ soit couvert par votre journal.


André Antoine, Président du Parlement wallon (CDH)

"Ce que j'aimerais lire chez vous en 2015 c'est sans conteste, tout ce qui concerne l'Europe de la croissance par la relance des investissements"


Hafida Bachir, Présidente de Vie Féminine

2015, c’est la Marche Mondiale des Femmes qui tous les 5 ans donne l’occasion aux femmes du monde entier de se mobiliser pour éliminer les causes qui sont à l’origine de la pauvreté et des violences à l’égard des femmes. J’aimerais que La Libre fasse une série d’articles qui mettent en avant non seulement ce qui aujourd’hui encore oppresse les femmes mais également tous les élans de solidarité que les femmes tissent entre elles ici et ailleurs


Mahmoud Barimani, Ambassadeur d'Iran en Belgique

According to Will Durant, “the civilization is the common heritage of Humanity”. What we are witnessing in Europe and elsewhere today, is a hate driven attempt by forces of darkness, to divide this common asset into “ours and theirs”. The best use of “La Libre” 100-year maturity in media business is to hold firm against this division.


© BELGA


Albert Baronian, Directeur de la galerie Baronian, à Bruxelles

1. article dénonçant le braconnage des animaux sauvages en Afrique

2. article dénonçant la corrida

3. article constatant l'inculture des jeunes du XXI é siècle


Henri Bartholomeeusen, Président du Centre d’Action Laïque

L'article qui traiterait de l’universalité des droits humains, des libertés fondamentales et de la citoyenneté face aux défis de la mondialisation.


Wouter Beke président du CD&V

"J'aimerais bien lire dans La Libre que notre économie va mieux. Car cela voudra dire que davantage d'emplois seront créés et que nous pourrons sauvergarder la sécurité sociale. C'est l'objectif du CD&V."


Alain Berenboom
Avocat et écrivain

J’attends avec impatience le réveil de la caméra de la sonde Rosetta. Quelle image va-t-elle nous révéler ? Celle d’un double de la ville de Seraing fonçant vers le soleil ? Le cimetière des dinosaures dont on a perdu la trace sur la terre ? Ou la présence là-haut, saisis en pleine discussion, un verre à la main, de Groucho Marx, de Simon Leys et de George Orwell en train de refaire le monde ?


Dominique Biarent Pediatric Intensive Care Hôpital Universitaire des Enfants

« Quand j’ouvre le journal j’aime y circuler en diagonale en lecture rapide avant de jeter mon dévolu sur certains articles. Je choisis souvent ce qui me permet d’apprendre sur un sujet que je connais peu ou mal. Le bon article est celui où le journaliste croise ses sources. Philosophie, politique, éthique, nouvelles de la bourse, immobilier, critiques de films ou de livres, médecine, interviews……même le sport parfois…. Il n’y a pas de sujet tabou si l’intelligence, la liberté d’expression et l’envie de partager les connaissances y sont. »


© Reporters


Cédric Blanpain chercheur de l'ULB en cellules souches et cancer

Le premier sujet que j’aimerais bien lire est quelle est la vision et les plans pour y arriver que les politiques de la FWB sont en train d’imaginer pour promouvoir le développement de la recherche et développement pour arriver au fameux 3% du PIB qu’il faudrait investir pour relancer l’innovation dans notre région. Comment stimuler au mieux l’excellence dans notre région?

L’autre question pour laquelle j’aimerais avoir des réponses est pourquoi l’enseignement primaire et secondaire et la science se portent tellement mieux dans le Nord du pays et quelles sont les réponses que les francophones comptent apporter pour rattraper notre retard.


Thierry Bodson Secrétaire général de l'Intérgionale wallonne de la FGTB

« Le plein emploi n’existera plus et l’économie numérique va en supprimer. Pourquoi la réduction du temps de travail n’est-elle pas déjà au centre d’une réforme ? »


Johan Bonny évêque d'Anvers

Il existe un lien fort entre l’Église de Belgique et la société belge, qui est présent depuis la naissance de notre pays. Ensemble, l’Église et la société ont apporté du bien au vivre ensemble, au bien public, à l’intérêt général, en dépassant les frontières linguistiques et culturelles. Tout cela n’est pas seulement un héritage du passé, mais surtout, un appel pour le futur. Comment pourra-t-on revitaliser notre société, ainsi que notre Europe vieille et fatiguée, selon les propos du pape François ? Voilà quelques défis majeurs auxquels la Libre pourrait contribuer.


Willy Borsus Ministre des Classes moyennes, des Indépendants, des PME, de l'Agriculture et de l'Intégration sociale
En 2015, j'aimerais que la diminution des bénéficiaires du revenu d'intégration soit si spectaculaire que les CPAS reversent une partie de leur dotation à l'Etat fédéral... et que, dans le même temps, le club de Virton monte en D1 !


Eric Boschman sommelier

j'aimerai voir un article qui reprendrait la thématique du "Tout est pardonné" et tenterait de remettre en lumière, hors le fait divers, la problématique de la rupture du contrat social de JJ Rousseau. Un article qui expliquerait que le XVIIIème siècle humaniste s'est terminé en janvier 2015 et qu'il faut reposer absolument les fondements de notre société si l'on veut continuer à vivre ensemble, quels que nous soyons.

Je ne sais pas si c'est très clair, mais voilà, c'est ce à quoi je pense en ce moment. J'aimerai aussi que la Libre parle de mon spectacle "Ni Dieux, Ni Maîtres, mais du rouge" et de mon recueil de nouvelles, à paraître chez Lamiroy "Parfaites". ;-) ;-) ;-) ;-) ;-) mais si le premier existe, je préfère.


© Reporters


Siegfried Bracke président de la Chambre (N-VA)

" J'aimerais que La Libre Belgique soit le journal des curieux. Avec des journalistes qui veulent connaître la vérité, sans préjugés; avec des lecteurs et des lectrices étonné(e)s chaque jour parce que leur journal leur a vraiment offert quelque chose de nouveau. "


Denise Campbell Bauer Ambassadeur des Etats-unis en Belgique

“President Obama’s historic announcement of a U.S.-Chinese climate accord underscored the need for cooperative work to successfully battle climate change. As a Californian, a state that has always championed the environment and is a recognized leader in renewables and the fight against climate change, I hope to soon read an article reporting that the world has reached an agreement to protect the only planet we’ve got.”


Pascal Chabot philosophe

L’article de presse le plus précieux est celui qui fait connaître un livre ou un film susceptible de modifier durablement et profondément notre manière de comprendre le sens de notre résidence actuelle sur une terre si fascinante et troublée, tant il est vrai qu’à l’inverse des lieux communs qui soutiennent que tout a été dit et pensé, l’essentiel reste toujours à découvrir et à formuler.


Gérard Chaliand géostratège et spécialiste des conflits internationaux:

J'aurai plaisir à lire, en marge du politique, un article sur la poésie en langue française, qu'elle soit de Belgique, du Québec, de Suisse ou de France. Un peu de fraîcheur, même grave, dans ce monde brutal et tragique.


Patrick Charlier Directeur-adjoint f.f. du Centre interfédéral pour l'égalité des chances

« J’aimerais lire cette année dans La Libre que les autorités ont décidé de supprimer le Centre interfédéral pour l’égalité des chances parce que la discrimination, la participation inégale, les actes et les discours de haine, l’exclusion sont devenus des problèmes marginaux dans une société pacifiée, de respect et de bien-être. »


© BELGA


Tahar Cherif ambassadeur de Tunisie en Belgique

Je voudrais souligner l’excellent travail de vos envoyés spéciaux aux différents coins du monde et émettre l’espoir de lire en 2015 davantage de reportages, car ils aident, à mon sens, énormément à la compréhension et au rapprochement entre les peuples.


Nathan Clumeck " c'est quoi le bonheur ?"
C'est vrai que la réponse est individuelle mais il serait intéressant de situer la question sur un plan " philosophique" et de le confronter à ce que notre civilisation consumériste véhicule comme message ; posséder ,s'enrichir au détriment des valeurs . De plus la question d'un bonheur " sur terre " ou dans un "au delà " est aussi d'actualité sans parler de ceux qui veulent faire le " Bonheur " des autres à n'importe quel prix .


Bruno Coppens humoriste

Ce qui me plairait de lire dans la Libre cette année, c’est un regard décalé (en texte, dessin ou photo) placé juste à côté des articles sur l’actualité. Celle-ci est tellement anxyogène que découvrir, en vis-à-vis de l’info sérieuse, une autre vision des choses me semble être la bouffée d’oxygène indispensable pour ne pas « ingurgiter » que de l’angoisse. Prendre du recul par l’humour, développer un point de vue, une réflexion, c’est ça aussi être citoyen.


Hilde Crevits vice-ministre présidente du gouvernement flamand, ministre de l'Enseignement

"J'attendrais avec impatience une interview de Malala Yousafzai, prix Nobel de la Paix en 2014. Elle se bat depuis des années en faveur de l'éducation de tous les enfants. Cela pourrait bien entendu être une double interview. ;-)"


Daniel Cohn-Bendit

Le système institutionnel belge. "J'aimerais que lors des prochaines élections les électeurs wallons puissent voter pour des politiques flamands et vice-versa. Le principe de la circonscription fédérale, en résumé.

Cela permettrait de créer du lien entre les communautés plutôt que de les placer dans une logique d'antagonisme comme c'est le cas aujourd'hui. Au-delà de la problématique belgo-belge, seule cette approche apaisée des relations de communauté à communauté permettra d'aborder le combat contre l'islamo-fascisme de façon efficace et dans des conditions dignes de la démocratie.


© Véronique Vercheval


René Collin
ministre francophone des sports (CDH)

Je souhaiterais lire au mois de juillet le titre suivant "Gilbert vainqueur au Mur de Huy et Monfort endosse le maillot jaune"


Bruno Colmant économiste

Le modèle de solidarité belge d'après-guerre succombe sous son propre coût et la crise économique. De surcroît, la digitalisation de l'économie risque de faire disparaître de nombreux métiers sans qu'on identifie ceux qui vont se créer. Quel est le rôle de l'Etat dans cette nouvelle formulation ? Faut-il plus d'Etat ou, au contraire, se reposer sur la spontanéité de l'économie privée.


Jef Colruyt CEO de Colruyt

J'aimerais lire une interview d'Otto Scharmer sur la U-théorie et ses applications. Otto Scharmer a continué à développer ses idées dans un nouveau livre "Diriger depuis l'avenir; de l'égosystème à l'écosystème" (1). Actuellement, quelque 25 000 candidats au changement dans le monde entier suivent un cours en ligne à ce sujet. Ce livre est également disponible en néerlandais (ISBN 9789060386606) et est à recommander.

(1) L'essence du leadership est la liaison avec un comportement lié à l'évolution de l'avenir. La question cruciale est: comment élever votre leadership au niveau de l'entrepreneuriat collectif, càd ce qui se concentre sur le bien-être de tous les participants dans l'écosystème (clients, fournisseurs - par exemple à partir du Tiers monde - résidents locaux ... "


Emmanuel Cornu Avocat et Président des Grandes Conférences Catholiques

Jacques de Lacretelle écrivait : « la radio marque les minutes de la vie, le journal les heures, les livres les jours ». Il en va de même pour moi. « La Libre » est une fidèle compagne de ma vie. Au quotidien et grâce à sa version en ligne, je la consulte parfois plusieurs fois par jour, mais ce que je préfère, c’est la version « papier » que tôt le matin je découvre chez moi. C’est aussi une vieille amie de la famille, laquelle lui est fidèle depuis plusieurs générations. Elle alimente parfois ses conversations lors du déjeuner dominical et si à l’occasion on la critique, c’est parce qu’avant tout on l’apprécie et que l’attente que l’on a d’elle est élevée.

Qu’attend-on au juste de « La Libre » ?

Sans doute une information, voire quelques nouvelles, encore que dans la recherche de celles-ci, la radio et la télévision ont l’avantage (et la faiblesse) du « direct ». Collationner de simples dépêches ne nous apprend toutefois pas grand chose. « Homère est nouveau ce matin et rien ne peut être aussi vieux que le journal d’aujourd’hui » écrirait avec humour Charles Péguy dans ses « Cahiers de la Quinzaine ».

Plus que de l’information, c’est surtout un recul par rapport à celle-ci, une analyse et même une opinion que l’on attend de son journal : le citoyen moyen, tout comme la ménagère de moins de quarante ans et moi-même également sommes souvent de l’opinion de notre journal.

Personnellement, j’en attends toutefois encore davantage : une plume et un style qui forgent cette analyse. Un journal se doit d’être un vecteur de communication et d’information, mais également une école de culture. C’est ce qui lui permet d’ailleurs de se distinguer des autres médias. Dans « Le fil de l’épée », Charles de Gaulle soulignait que « la véritable école du commandement est celle de la culture générale. Par elle, la pensée est mise à même de s’exercer avec ordre, de discerner dans les choses l’essentiel de l’accessoire, (…) de s’élever à ce degré ou les ensembles apparaissent sans préjudice des nuances. Pas un illustre capitaine qui n'eût le goût et le sentiment du patrimoine et de l'esprit humain. Au fond des victoires d'Alexandre, on retrouve toujours Aristote … »

Peut-être devrait-on parler davantage d’Aristote dans « La Libre » ?


Marc Coudron président de l'Association Royale Belge de Hockey

Mettre en lumière et m’expliquer si la disparition alarmante des abeilles n’est pas plus dramatique pour la survie de l’humanité que la menace terroriste

- M’expliquer si je fais partie de la dernière génération des êtres humains plus ou moins non modifiés, avant l’arrivée des nano-sciences et des robots humanoïdes, qui provoquerait à court terme la disparition d’une race ( la nôtre ) inutile pour des robots ( qui contrôleraient le monde, cfr St Hawkings )

- M’expliquer comment le sport de demain pourrait être grandement amélioré par le développement des nano-sciences … ou gravement menacé par ces mêmes nouvelles technologies

- Enfin, m’expliquer où s’arrête ma liberté d’expression : va-t-on bientôt juger que violer une femme relève de ma liberté d’expression ? J’exagère le trait, à dessein, bien entendu …

D’où vient ce sentiment en Belgique que nous sommes un petit pays ? Pourquoi nous justifions-nous systématiquement, principalement dans le domaine sportif, en disant que « c’est déjà pas si mal pour un petit pays comme la Belgique », « que c’est normal pour un pays comme la Belgique » ? Pensons-nous que les All Blacks viennent d’un petit pays ? Pourtant on a presque deux fois plus d’habitants qu’en NZ ! Disons-nous que la Suède de Borg, Wilander, Waldner ou Ibrahimovic est un petit pays ? Pourtant ils ont aussi quasi deux fois moins d’habitants ? Pourquoi utilisons-nous cette excuse de « loser », de perdant ? Par manque d’ambition ? De confiance ?


© BELGA


Philippe Courard Président du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles

Je souhaiterais découvrir dans vos pages plus d'articles ayant trait à la francophonie. Récemment à la tête de notre assemblée francophone, j'en découvre jour après jour toutes ses richesses.

La francophonie, ce sont des femmes et des hommes qui partagent une langue commune, le français. En 2014, on estime leur nombre à 274 millions de locuteurs répartis sur les cinq continents.

Je reçois régulièrement, à Bruxelles, de nombreuses délégations issues de cette francophonie. Ils viennent du Québec ou encore du Burundi. Tous connaissent l'importance de cet espace linguistique partagé, propice aux échanges et à l’enrichissement mutuel. Nous devrions tous en être plus conscients et fiers.


Alain Courtois Sénateur (MR), ancien secrétaire général de l'Union Belge

"J'aimerais lire qu'on a posé la première pierre du nouveau Musée d'art contemporain le long du canal de Bruxelles. Et qui sait, je n'ose y penser, la première pierre du nouveau stade national ! Le plateau du Heysel pourrait abriter dans le futur le nouveau centre d'entraînement national du hockey, il y a de la place pour construire trois terrains."


Veronique Culliford, fille de peyo et CEO de IMPS (Schtroumpfs)

Un sujet qui me tient à cœur : l’Unicef.

Nous sommes tous de passage (plus ou moins long) sur notre planète bleue, il est donc très important pour moi d’être engagée, dans la mesure de mes compétences,

pour des causes humanitaires qui aident ceux qui ont moins de chance que nous.

Etant très attachée à l’Unicef, je souhaiterais que le 100ème anniversaire de la Libre Belgique relaye quelques-unes de leurs belles actions de par le monde !


Eckart Cuntz ambassadeur d'Allemagne en Belgique

Comment et dans quelle mesure est-ce que la Belgique coopère avec ses pays voisins dans le cadre d’un travail transfrontalier dans les domaines d’économie, d’énergie, mobilité/trafic et sécurité ?

Comment est-ce qu’il se présente et se structure la co-opération entre la Belgique et l’Allemagne sur le plan artistique et créative, par exemple par rapport au théâtre, l’art moderne, l’architecture, la danse, la musique et la mode ?


Francis Dannemark - Véronique Biefnot écrivains

1/ Un article sur le rôle véritable de l'art dans la société. Autrement dit, un texte qui permettrait à tout chacun de prendre conscience du fait que l'art n'est pas une distraction mais l'une des plus précieuses nourritures de l'esprit, en particulier en ces temps extrêmement matérialistes ou extrémistes. Nous sommes si attentifs à ce que nous mangeons et si peu à la façon dont notre esprit est nourri...

2/ Un petit article quotidien à la une qui donne aux lecteurs une raison de ne pas désespérer du monde et des humains.


© Reporters


Louis Danvers

J'aimerais bien lire, en pages "culture", un reportage sur un tout neuf (et encore à inventer) festival belge des films récents interdits ou censurés ailleurs dans le monde. Un festival non compétitif, qui se serait déroulé sans le moindre incident, sans la moindre menace,sans protection policière et dans une atmosphère sereine d'échanges d'idées comme il est normal et légitime dans une démocratie... Il n'est pas -encore- interdit de rêver.


Claude Daoust administrateur délégué de Daoust et ancien président de la FEB

aimerait lire un article où "l'on affirme que le taux de chômage est de 7 ou 8 % en Belgique en 2015. Et pas plus tard. On n'attire jamais assez l'attention sur cette problématique."


Jean-Pierre Dardenne réalisateur

J'ai toujours attendu d'un journal qu'il m'informe sur notre aventure humaine avec des articles documentés , un point de vue et une écriture qui parvient à donner corps aux faits relatés , analysés. Voilà mon souhait de lecteur de quotidiens .


Luc Dardenne réalisateur

J'ai envie d'être informé, d'avoir de bons articles d'information, pas forcément des opinions. On demande l'avis de tout le monde , maintenant : et plus vous êtes connu plus vous êtes autorisé à parler de ce que vous ne connaissez pas. Moi, je veux de l'information politique, culturelle, sociale, internationale… Pas forcément autre chose que ce qui est proposé par les bons quotidiens.


Hakima Darmouch

«Un article sur les femmes qui secouent la Belgique dans le bon sens du terme. Des femmes de pouvoir, des femmes dans le business, des femmes qui œuvrent pour la liberté, le vivre ensemble et le respect. Des femmes qui soutiennent l'innovation et la créativité. Des femmes inspirantes. Des femmes peut-être encore trop peu nombreuses ? »


© Reporters


Hugues Dayez critique de cinéma

"Un aussi bel anniversaire, c'est aussi l'occasion de jeter un coup d'oeil dans le rétroviseur... Je serais curieux de lire dans La Libre un florilège d'interviews très anciennes avec des cinéastes ou des acteurs illustres (Audrey Hepburn? Orson Welles à l'Expo 58?) que mes vénérables prédécesseurs comme Théodore Louis auraient pu rencontrer..."


Princesse Esmeralda de Belgique, fille de Léopold III

En ce qui me concerne, je voudrais lire un article sur la situation des changements climatiques en cette annee charniere avant la conference de Paris. Ce qu'il en est, ce que les gouvernements doivent décider en urgence et ce que, nous, les citoyens, nous pouvons faire. Le President Obama ne vient-il pas de déclarer que le rechauffement climatique pose le plus grand danger a l'humanite?

Eric De Beukelaer Chanoine, Doyen de Liège rive-gauche

Une antidote aux jeunes djihadistes : Que des élèves de cours de religion catholique, juive, musulmane,… et de morale laïque, soient – avec leur professeur – rédacteur d’un jour à La Libre. Afin de nous expliquer avec leurs mots en quoi la religion ou la spiritualité humaniste, les aide à entamer les 100 ans à venir avec confiance.


Maggie De Block ministre des Affaires sociales et de la Santé

"J'aimerais lire une article qui explique qu’on travaille à des réformes afin de réaliser des soins de santé qui sont les meilleurs et qui sont en même temps abordables pour le patient et pour l’État."


François de Brigode présentateur du JT de la RTBF

L'article que j'aimerai lire s'intitule "Aujourd'hui, tout va bien... et demain ça ira encore mieux!"

Nous venons en effet d'apprendre en toute dernière minute qu'une vague d'optimisme est en train de s'abattre sur la Belgique, du Nord au Sud et d'Est en Ouest. Vu la place centrale de la Belgique sur l'échiquier européen, cette vague devrait toucher l'ensemble des pays européens incessamment sous peu."


Etienne de Callataÿ chief economist Banque De Groof

"Il ne faut pas se regarder le nombril à longueur de journée mais, tout comme les financiers ont eu et ont encore à réfléchir sur leur responsabilité sociétale, il serait intéressant que les journalistes enquêtent sur la manière dont leur comportement professionnel peut parfois réduire le débat. En s'interrogeant de la sorte, en progressant sans attendre que les autres avancent, chacun apportera sa contribution à rendre la société meilleure."


© BELGA


Stéphane De Groodt comédien

J’aimerais lire dans La Libre que Daech est dans la dèche, que l’atomium n’a pas perdu la boule, que la Belgique est toujours un Etat d’esprits et que Brel nous revient avec un nouvel album.


Christine Defraigne présidente du Sénat (MR)

Le bien-être animal doit revenir au cœur des débats. En France, une loi vient de reconnaître les animaux comme des êtres vivants. Chez nous, ils sont toujours un objet de droit. Même si la législation évolue dans le bon sens, la route est encore longue. Se préoccuper de la question animale, c’est nous renvoyer à notre humanité.


Jozef De Kesel, évêque de Bruges

Un journal qui s’engage

Il y a cent ans, c'était un journal clairement identifié qui représentait et incarnait un courant particulier dans la société.Aujourd'hui, c'est beaucoup moins ou plus du tout le cas. Le journal rapporte comme il sied et éclaire les faits et les événements. Mais lorsqu'il s'agit de tendances plus profondes ou de questions aux conséquences éthiques, l'ultime jugement revient au lecteur.Le quotidien publie de plus en plus des textes d'opinion, deux voire davantage sur une même question. Le lecteur est donc confronté à des points de vues différents et on lui laisse le choix de l'interprétation finale. Le journal ne s'engage pas. On peut se demander si c'est une bonne chose. Ceci n'est évidemment pas un plaidoyer pour retourner à la situation d'il y a un siècle. Un journal d'aujourd'hui peut-il êtrte vraiment un journal engagé sans être le porte-parole d'un groupe idéologique? Voilà une question intéressante à éclairer à l'occasion du centenaire de La Libre Belgique.


Elsa De Lacerda violoniste

Plus de culture encore et toujours. Plus de réflexion et de fond. La culture n'est pas un divertissement, elle est une nourriture indispensable à la société. Elle rend chacun d'entre nous meilleurs: moins cons, moins raciste, individualiste,...Elle est le garant d'une société en évolution et non en décadence.

Pourquoi ne pas prendre le contre-courant de la crise: créer un espace "anti-crise" qui redonne le moral et qui fait l’echo des plus belles initiatives du moment: projets d’enseignants, portrait d’une compagnie de théâtre, collectifs de quartier, le bénévolat, les mouvements de jeunesse,….


Edouard Delruelle

« Qui sont les jeunes pro-Coulibaly, pro-Dieudonné ? Quel est leur profil ? Qu’ont-ils en tête ? Quelles sont leurs aspirations, leurs peurs, leurs frustrations ? »

« On célébrera en 2015 les 100 ans du génocide arménien, ce qui relancera le débat au sujet de l’extension de la loi de 1995 sur le négationnisme (je suis partisan de cette extension) ».


© Reporters


Philippe Delusinne CEO RTL Belgium

« La phrase » qui mettra tout le monde d’accord en matière de vivre ensemble

« Le chiffre » qui traduira la nécessaire relance de l’économie de notre pays

« La personnalité » qui m’étonnera par sa liberté de ton

Une page « Débats » où il y aurait une unité de langage de nos politiques sur des sujets indiscutables

Et en « zoom du jour », le rôle citoyen des médias


Fabienne Delvigne Créatrice de chapeaux et accessoires de mode

Ce que j’aimerais lire dans "La Libre Belgique" ces prochaines années est un message d’espoir pour les générations futures. Aujourd’hui, les jeunes ont peur de créer leurs propres sociétés et de prendre des risques. Il est important de leur rappeler qu’entreprendre est quelque chose de magnifique et primordial. Il faut insuffler une confiance chez nos jeunes pour qu’ils réalisent leurs rêves et pas qu’ils ne s’arrêtent à l'imaginaire.


Jean-Pierre Delville évêque de Liège

Plus largement, j’aimerais que LLB soit « libre » dans une information qui ne soit pas exclusivement rivée à l’événement. On a souvent l’impression qu’on donne l’info quand il y a un drame ; mais ensuite on retombe dans les brumes de l’ignorance. Ainsi quand Kobané (Syrie) a été sous le feu de Daech pendant des semaines, on en a parlé avec un sentiment dramatique. Maintenant que la ville a été libérée par les Kurdes, on fournit à peine l’information. Je suggérerais qu’on fasse chaque jour de l’année le point sur un pays différent. À chaque jour, son pays ! Ainsi les multiples histoires inachevées pourraient recevoir un suivi ! Et les bonnes nouvelles auraient aussi une place à côté de l’actualité brûlante !


Rudy Demotte ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles

"Je souhaiterais pouvoir lire une interview en exclusivité d Albert Frère qui reconnaîtrait la valeur ajoutée de la solidarité et la juste perception de l'impôt. Bref la production de richesses ET sa redistribution comme étant les seules pistes véritablement efficaces au redressement de l 'économie belge."


Didier de Neck co-directeur artistique du Théâtre de Galafronie

"Mon rêve? 100 ans, c'est un anniversaire fameux.
Je vous en souhaite au moins autant dans le futur.
Vous m'avez accompagné toute ma vie. Pas que vous bien sûr mais je vous ai bien souvent consulté.
L'article dont je rêve?
C'est plutôt une campagne!
Il y a chez vous bon nombre d'humanistes.
Ensemble, nous sommes plus forts.

C'est une bonne occasion pour un signe fort. Une solidarité avouée autour d'une thématique vitale.
Je rêve donc.
Je rêve qu'ensemble avec le Soir, le Morgen, le Standart peut être même l'Echo de la Bourse vous vous associez dans une campagne pour l'éducation et la culture.
Nous vivons dans une période cruciale de notre existence d'état démocratique.
Nous devons tabler sur l'investissement dans l'éducation et la culture.
Une vaste enquête conjointe et récurrente sur la nécessité d'INVESTIR désespérément dans ces secteurs. INVESTIR en terme intellectuel, imaginatif et financier.

Pourquoi pas, nous associer avec Libération, Le Monde etc...dans cette campagne. Je pense que si vous revendiquez la dénomination de "POUVOIR LIBRE", vous devez en assumer le statut en tant que pouvoir d'influence responsable de la pensée . Il est urgent d'être ambitieux bien au-delà des enjeux de concurrence. Si la presse veut jouer son rôle unique, essentielle et indispensable, elle doit être porteuse des alternatives de combats contre l'élitisme et la mainmise de l'économique sur l'humanisme. Elle doit éclairer les politiques et les aiguillonner. Chez nous comme ailleurs, il existe de nombreux philosophes, pédagogues, sociologues, psychologues, enseignants, artistes et autres acteurs de la société qui ne demandent qu'à être associés à un mouvement fédérateur dont vous seriez l'initiateur. Une présence de la pensée complexe et contradictoire dans toute la presse. Les mêmes articles dans chacun des journaux. Votre position de jubilaire est unique. Usez en de manière audacieuse, folle, artistique, généreuse....Soyez prophétique!
C'est le rêve que je nous fais.
100 ans, c'est une existence.
Votre liberté est au prix de la nôtre."


© Reporters


Amaury de Solages directeur de la Maison particulière

A cette époque troublée, un article concernant :

La liberté d’expression artistique est le témoin de la liberté dans notre société.


Eric de Staercke dramaturge, comédien et metteur en scène, directeur du centre culturel des Riches Claires

"L’inauguration du nouvel aéroport national vient d’avoir lieu à La Panne, là où Léopold 1er a posé pour la première fois le pied en Belgique. Re baptisé pour la circonstance, aéroport de Zavenkerk, en effet, La Panne, pour un aéroport, paraissait un nom peut enclin à rassurer les voyageurs… Tous les riverains semblent conquis, à part quelques mouettes qui s’indignent devant le décollage de ces drôles d’oiseaux face à la Mer du Nord. La Libre était présente et a salué le baptême de notre nouvel aéroport en compagnie de la fanfare de Mourcourt qui entonna en guise d’hymne: « Le Plat Pays » de Jacques Brel. »


Xavier Deutsch écrivain

"Des éruptions solaires d'une ampleur puissante et rare ont neutralisé toutes les connexions internet sur Terre! Pendant sept jours, plus rien, plus aucun signal... Et quelle paix!"


Bernard Devos délégué général aux droits de l'enfant

J’aimerais lire un article qui parlerait de jeunes engagés dans des actions solidaires et citoyennes. Des jeunes de tous horizons, de toutes origines, de toutes confessions, de tous niveaux scolaires qui donnent gratuitement de leur temps et de leur énergie pour une passion commune : leur monde.


Jean-Michel De Waele vice-recteur de l'ULB

J'aimerais lire un article sur comment s'engager en 2015 quand on a 20 ans. Mes fonctions de vice-recteur aux affaires étudiantes et mes longues discussions avec ma fille de 21 ans me démontrent combien cette génération peut vouloir se mobiliser pour faire bouger notre monde. Mais comment ? Des micros combats ? Changer le monde oui mais vers quoi ? Comment recevoir l'information nécessaire ? Comment ne pas être récupéré ? Comment y comprendre quelque chose à ce monde en transition. Pas facile....


© Johanna De Tessières


John-John Dohmen Capitaine de l'équipe nationale de hockey

"J'aimerais lire qu'il y a plus d'athlètes qualifiés pour les Jeux de Rio que prévu. Avec bien entendu les deux équipes nationales belges, masculine et féminine."


Eric Domb patron du parc d'attraction Pairi Daiza

Mon rêve serait de lire chaque jour en première page de La Libre: "les bonnes nouvelles du monde et d'ici"


Christos Doulkeridis député bruxellois Ecolo

"Lire chaque jour en page 2 un article consacré à ces femmes, ces hommes, ces associations, ces entreprises, ces collectivités qui mettent leur énergie à créer des solutions innovantes basées sur plus de respect, de solidarité, de prise en compte de notre empreinte écologique, de soutien à notre économie réelle... "


Denis Ducarme chef de groupe MR à la Chambre.

« Pourquoi le PS belge, l’un des bastions du socialisme les plus conservateurs en Europe, se convertit-il à la social-démocratie et soutient, finalement, les mesures du Gouvernement Michel visant à garantir la sécurité sociale, à valoriser le travail et à créer davantage de richesses partagées ? »


Philippe Dutilleul documentariste de la RTBF: "Strip Tease", "Tout ça" (dont la très spéciale “Bye bye Belgium”)

Ecoutez, même si c'est un sujet bateau, je pense que des articles originaux et didactiques sur le réchauffement climatique seraient les bienvenus dans la mesure où trop peu de personnes se sentent encore concernés ou pire n'y voient que propagande de bobos bourgeois....

Autre sujet: les finances wallonnes dont je ne suis pas sûr qu'on ait vraiment tout écrit sur le montant réel de la dette....


© Reporters


François Emmanuel écrivain

"Exit la curie romaine, le pape redevient un pèlerin pauvre."

"Le lobbying des multinationales n'a désormais plus droit de cité à Bruxelles"

"Fin du déni écologique: l'Europe prend enfin la mesure du désastre causé par les néonicotinoïdes."

"Les oiseaux reviennent dans nos jardins"

"La population des abeilles est en hausse"

"Bart de Wever commet à son tour le terrible lapsus: il entonne la Marseillaise"


Ehab Mohamed Mostafa Fawzy Ambassadeur d'Egypte en Belgique

Je souhaite que dans les pages de votre journal on puisse lire un article avec le grand imam d'Al Azhar, sheikh Ahmed el Tayeb, qui mettrait en valeur le vrai message de l’islam, cette religion qui prône la paix, la tolérance, la clémence et la cœxistence de toutes les confessions; l'islam dont l’ image a été ternie et métamorphosée par l’extrémisme existant de nos jours.


Arnaud Feist CEO de Brussels Airport

"La croissance économique européenne a dépassé les prévisions les plus optimistes de la Banque Centrale Européenne, et David Goffin remporte Roland Garros”.


Jean-Pierre Filiu professeur des universités à Sciences Po (Paris) et spécialiste du jihadisme:

Je serais heureux de lire un reportage sur les jihadistes repentis, car ils sont nombreux à revenir de Syrie écoeurés par les horreurs perpétrées par Daech et prêts à témoigner pour dissuader d'autres jeunes de tomber dans ce piège.


Catherine Fonck cheffe de groupe CDH à la Chambre

"Tous les obstacles sont levés pour permettre à chaque élève de bénéficier de l’immersion linguistique pendant toute sa scolarité : un atout majeur pour l’avenir de nos enfants! "


© Reporters


Paul Furlan ministre wallon (PS)

Mon souhait: Un véritable débat, une vraie confrontation d’idées entre la gauche et la droite sur la question : « Quel monde voulons-nous laisser aux générations futures ? Tombons les masques … »

Quel est pour chacun l’idéal à atteindre ? Le chemin à emprunter pour y arriver ?

Quel y serait le rôle de l’État, des citoyens, de la solidarité ?

Quelles visions pour l’organisation du « vivre ensemble » en matière de logement, de santé, d’éducation ?

Quels modèles économiques ? Comment envisager la répartition du travail avec quelles sources de financement ?

Bref un débat qui clarifierait la soupe idéologique qui nous est trop souvent servie actuellement.


Jacqueline Galant ministre de la Mobilité

Je souhaiterais lire dans vos colonnes que les clients de la SNCB trouvent entière satisfaction dans l’offre ferroviaire proposée et que la modernisation de l’entreprise publique est une totale réussite.


Jean Galler chocolatier

La Belgique est réputée pour la dentelle, la bière, la bande dessinée et le chocolat.

Encore trop de gens ignorent que nous avons tous les éléments pour produire de grands vins.

Dans quelques années, la Belgique sera-t-elle réputée également pour son vignoble ? C’est possible.

Pour y arriver, il faut évidemment que les vignerons produisent de grands vins mais il faut également que les médias supportent la démarche. Si « La Libre » y apporte sa touche, je serai très heureux de le lire !


Sven Gatz ministre flamand de la Culture, des Médias, de la Jeunesse et de Bruxelles

"J'aimerais lire un article sur la force de Bruxelles comme incubateur de jeunes talents, aussi bien dans le domaine culturel, des médias que de la jeunesse."


Malou Gay co-directrice du CIRÉ (Coordination et initiatives pour réfugiés et étrangers)

Un article qui invite à changer le regard sur les migrations. Elles ont toujours existé et existeront toujours… Elles ne sont ni un problème, ni une solution, mais la conséquence des fractures du monde. Et si on s’intéressait aux véritables causes ?


© BELGA


Nadia Geerts écrivain belge et militante laïque

Comment la Libre est-elle passée d’un journal plutôt catholique et conservateur au quotidien beaucoup plus pluraliste qu’il est aujourd’hui, souvent plus ouvert que ses concurrents à des regards laïques sur la société ?

J’aimerais que La Libre profite de son centenaire pour proposer à ses lecteurs un historique de cette évolution, qui n’a pas dû se faire sans heurts, à-coups et autres hésitations.


Dominique Gérard, président du tribunal de première instance de Namur

“Mon souhait est de voir La Libre évoquer des pistes de rapprochement entre la justice et le citoyen, analyse comment les juges peuvent assumer le service public de la justice au profit des justiciables, comment il est possible de travailler à une amélioration de l’accessibilité au justiciable, à une meilleure lisibilité des décisions ainsi qu’à une information plus transparente des procédures".


Karin Gérard vice-présidente de la cour d’appel de Bruxelles, présidente de cour d’assises:

“Il me plairait que La Libre mène campagne pour que l’on sorte le délit de presse de la compétence de la cour d’assises, pour que l’on confie à des juges professionnels le soin de juger les crimes terroristes et pour que le jury et la cour délibèrent ensemble sur la culpabilité et sur la peine aux assises.”


Albert Guigui Grand Rabbin

J’aimerais beaucoup lire dans la Libre un article qui « vise à jeter les ponts entre les gens de différentes religions et de différentes cultures. Un article qui vise à les unir dans la défense des valeurs démocratiques et dans le respect de l’identité de chacun. Un article qui mette l’accent sur l’amour du prochain et du lointain, non pas un amour platonique mais un amour basé sur le partage : le partage des richesses, le partage des connaissances, le partage des expériences. »


Camille Grange acteur, metteur en scène et acteur, membre de la compagnie Art & tça

Je souhaiterais lire un sujet sur l'union européenne, le tafta, l'inexistence de véritable citoyenneté européenne et le retour du nationalisme au sein de ses pays qui la composent.


© Johanna de Tessières


Eric Gillet avocat (CMS-DeBacker)

« J'appelle de mes vœux un article ou un dossier qui correspond à une préoccupation profonde, en ces temps troublés où nous cherchons à redonner un sens à la marche de nos sociétés. Comment assurer de manière accélérée la transition vers un univers collaboratif, en politique, dans l'entreprise et dans l'organisation de la société, comme outil de résolution des fractures sociales et sociétales révélées aujourd'hui notamment par le radicalisme religieux, à l'échelle locale comme à l'échelle planétaire ? Le paradigme collaboratif émerge sur le plan économique. Mais il pourrait imprégner tous les rouages de la société, et remplacer les modes de fonctionnement clivants qui dominent aujourd'hui par des pratiques sociales innovantes. »


Roland Gillet Professeur de finance à la Sorbonne et à la Solvay Business School

Je serais ravi de lire un article mettant l'accent sur la réussite de jeunes courageux et audacieux, artisans ou intellectuels, sur leurs mérites et leurs apports à la société, de manière à ce qu'ils servent d'exemples à nos futurs talents et redonnent au goût d'entreprendre ses lettres de noblesse.


Marc Goblet Secrétaire général de la FGTB

La réduction collective du temps de travail avec maintien du salaire et embauche compensatoire comme solution pour créer de l’emploi, augmenter les recettes de l’Etat, garantir une meilleure répartition des richesses et sortir de la crise…


Bernard Gustin

« Ebola : l’Afrique a gagné son combat » (mardi, 28 juillet 2015) Le continent africain peut à nouveau envisager l’avenir après une crise sanitaire majeure.

Le travail acharné des milliers de médecins, infirmiers, militaires et membres d’associations a porté ses fruits. Certes, des leçons sont à tirer de part et d’autres - au niveau international et aussi du côté africain -, mais à ce stade-ci ce qui compte, c’est que depuis plusieurs semaines aucun nouveau cas de contamination au virus Ebola n’a été recensé. Les citoyens peuvent enfin reprendre le cours normal de leur vie. Mais le combat est-il vraiment terminé ? Malheureusement non ! Il faut reconstruire la confiance des investisseurs, consommateurs et touristes vis-à-vis du continent africain, car même si le virus a été vaincu, un autre défi reste à surmonter : prouver que l’Afrique est un continent fascinant de par ses richesses, sa diversité culturelle et son offre touristique inégalée.

Pendant la crise, ce ne sont pas uniquement les trois pays les plus touchés par le virus qui ont souffert. L’économie et le tourisme de tout le continent africain ont été impacté. Selon une analyse de la Banque Mondiale, la région de l’Afrique de l’Ouest a à elle seule connu une perte économique de près de 15 milliards de dollars en 2015.

Un chose est certaine, l’Afrique n’arrivera pas à elle seule à retrouver le chemin de la croissance et sachant que le continent africain héberge 16% de la population mondiale et est un des continent avec la croissance la plus forte au monde, ne vaut-il pas la peine de s’y intéresser davantage?

Comme dit un proverbe africain : « Si tu veux aller vite, fait le tout seul. Si tu veux aller loin, il faut le faire ensemble. »


Guy Haarscher professeur de philosophie à l'ULB

"Ma proposition de sujet à investiguer? Que l'on s'intéresse aux élèves qui ont refusé la minute de silence pour "Charlie". Ils vivent dans un autre monde que celui des médias. Ils ont leurs propres "faits". Est-il désormais impossible de se mettre d'accord sur ce qui est, quitte à nous opposer sur ce qui devrait être."


© BELGA


Jean-Marc Harion (Mobistar)

L'évolution des usages télécoms en Belgique dans les dix prochaines années, avec la mutation sociologique des familles et l’explosion de la mobilité.

Comment notre système éducatif doit-il évoluer pour permettre la prochaine génération de Belges de répondre aux challenges économiques et culturels qui l’attendent, vis-à-vis de l’Europe et du monde ?

La Belgique peut-elle transformer ses actifs artistiques et culturels en centre de profit ? »


Laurent Haulotte, directeur de la rédaction RTL Belgium

J’aimerais lire un article sur l’avenir de notre pays.

«La Libre a 150 ans » partirait des 100 années d’histoire du pays que la Libre a traversé pour établir une sorte de projection de ce que sera la Belgique (ou ce qu’il en restera) dans 50 ans. Ce serait aussi l’occasion de donner la parole à des jeunes et à des anciens pour qu’ils parlent de leurs espoirs et de leurs craintes.


Philippe Hensmans Directeur Amnesty international Belgique francophone

En Belgique:

— interview de la responsable de SOS Viol, Joelle Delmarcelle

— portrait d'un bénévole de Lire et Ecrire

— interview de Jenny Vanderlinden, coordinatrice Amnesty pour la Turquie (observatrice notamment de procès en Turquie, bénévole), ancienne cadre chez Swift

— portrait du garde-forestier du Bois de Lauzelle, à Ottignies

— portrait de la jeune littérature italienne par Pietro Pizutti

A l'étranger:

— portrait et interview de Gégé Katana, formidable responsable d'une association de femmes à Uvira et dans la région du Sud Kivu, la SOFAD

— Interview de Saloum Traore, directeur d'Amnesty Mali, sur la situation actuelle au Mali.


Patrick Henry avocat, président de l'Ordre des barreaux francophone et germanophone

"J’aimerais que la Libre Belgique fournisse la définition de “l’homo sapiens 2.0” et enquête sur l’homme de demain, qui se verra augmenté, physiquement (prothèses...) et intellectuellement (intelligences artificielles). Je voudrais qu’elle réponde à la question: dans quels cénacles pourrons-nous réguler cette évolution?”.


Marc Herman humoriste

« J’aimerais lire un article traitant du sujet de la démocratie et surtout de la façon dont ce terme, a été, et est toujours galvaudé.

J’ai toujours été très surpris de la décision de certains dirigeants politiques d’adjoindre le mot « démocratique » au nom de leur « nouveau » pays pas démocratique du tout. Les anciennes RDA en Allemagne de l’est ou RDA en Afghanistan et ça continue avec la RDC au Congo ou la République démocratique de Corée (du Nord).

D’une vraie valeur humaniste, la démocratie sera finalement devenu un outil de marketing politique, du bluff ! »


© Reporters


Emily Hoyos co-présidente d'Ecolo
Accord historique à Paris pour le climat.

Dans la foulée, l’Europe mobilise 100 milliards d’euros pour l’énergie renouvelable et le développement du rail européen.


Stefan Jacobs chef au Va doux vent:

1. un sujet ou une rubrique sur les cuisines de rue du monde, quelles influences ont ces cuisines sur les populations qui les consomment.
2. Comment manger et s alimenter sainement de nos jours, la vérité sur le local et le bio...


Hervé Jamar ministre du Budget, chargé de la Loterie Nationale

"Le Refuge" à Geer, un service de jour pour adultes handicapés mentaux, est une de ces initiatives qui donnent chaud au cœur. C’est une petite structure qui accueille chaque jour une quarantaine de personnes et leur propose des activités qui vont de l’artisanat à l’hippothérapie, en passant par le jardinage dans le but de leur permettre de s’épanouir ensemble.


Jali chanteur

"Pas plus tard qu'hier soir, j'avais une conversation avec des amis musiciens, et on se demandait comment cela se faisait qu'il n'y avait pas une réelle industrie musicale du disque en Belgique francophone. Quel rôle les médias jouaient encore dans la diffusion de la musique? Sur la RTBF, Décibels on stage est la dernière émission musicale. Il y a bien les télécrochets (comme The Voice), mais certains artistes (de niche) n'ont pas spécialement envie d'aller y chanter leurs propres chansons ou n'y sont pas conviés.


Jean-Jacques Jespers Professeur à l’École universitaire de journalisme de Bruxelles (ULB) ; vice-président du Conseil de déontologie journalistique.

Une image du public comme communauté capable de produire des changements. Les initiatives citoyennes (rencontres, actions) et comment y prendre part. Les réalisations, les solutions, des nouvelles positives autres que des anecdotes. Un débat public impliquant de façon équilibrée toutes les catégories (sexuelles, ethniques, de statut social, d’âge, etc.). Une information qui ne dédaigne pas nos besoins en flattant nos pulsions.


© Reporters


Armel Job écrivain

Une curieuse demande d’adhésion à l’AIA (Association Internationale des Athées)

« L’AIA vient de rendre publique une curieuse demande d’adhésion. La lettre est signée d’un certain « Dieu » qui ajoute : « Je vous fais grâce des multiples pseudonymes dont mes adeptes me gratifient. » Dieu affirme qu’il préfère penser qu’il n’existe pas plutôt que de servir d’alibi à de prétendus serviteurs qui commettent des horreurs aux quatre coins de la planète. La demande se conclut par ces mots : « Je promets de m’en tenir à une totale discrétion, je me ferai invisible, je tiendrai ma langue, je ne me mêlerai pas de vos affaires. Je serai juste là sans que personne ne le sache. C’est ce que j’ai toujours voulu. »


Jean-Claude Juncker président de la Commission européenne, lit la Libre depuis 1972:

"Des articles de fond sur les multiples réalités belges".


Michel Kacenelenbogen comédien et metteur en scène

1.UN JOURNAL QUI POSE LES PROBLÈMES INSOLUBLES

Nos habitudes, nos fêtes, nos morales, nos priorités, nos tenues, nos moeurs….posent problèmes. Osons parler des problèmes intéressant…même s’ils paraissent insolubles

2 UN JOURNAL QUI RACONTE POUR ELARGIR L’HORIZON

Elargir sans conquête ni guerre ni deuil…qu’on le veuille ou non, nous sommes tous embarqués sur une même planète. Nous sommes tous d’ici ET d’ailleurs. Nous avons besoin de récits pour exister. Ni vous, ni nous, ni personne n’existons sans exprimer nos abandons, nos lâchetés, nos attentes, nos aventures, nos souvenirs… racontons nous sous peine d’accentuer nos incompréhensions et se trouver monstrueux les uns les autres en raison de nos gestes, nos couleurs de peau, nos coutumes étranges, nos préjugés barbares

3.UN JOURNAL POUR RACONTER AUSSI

La vie, les expériences de vie de celles et ceux pour qui la générosité humaine va de soi et prime toute autre considération. Pour stimuler et éclairer un avenir collectif possible, un futur sans ghettos et sans miradors

4. UN JOURNAL POUR NOUS FAIRE SAVOIR

Qu’il est possible de penser autrement qu’on ne pense et percevoir autrement qu’on ne voit….parce que la pensée dominante et le coup de génie du consumérisme a été de rentabiliser notre peur de manquer de tout et notre insatisfaction de ne posséder jamais assez. Il nous est indispensable pour continuer à croire à d’autres possibles et ainsi sans peur «tendre la main au futur pour qu’il ne tremble pas » D Niangouna

5. UN JOURNAL QUI NOUS STIMULE

parce qu’on meurt par inertie, qu’on ne vit réellement qu’en se recréant chaque jour

6. UN JOURNAL QUI NOUS DIT

qu’on a raison d’être en colère et qu’on aurait tort de n’en rien faire…et qu’il faut travailler à mieux répartir les richesses et se ré approprier les moyens de production.


Kamagurka dessinateur

J’aimerais lire un reportage sur le traitement des crevettes grises pêchées sur la Côte belge.

Ces petites bêtes sont pelées au Maroc voire même en Chine avant d’être rapatriées vers la Belgique, où elles sont vendues, notamment à la Côte.


Hadi Kamouh directeur Belgique et Luxembourg du Club Med

Quelles sont les réussites et les succès belges à l’étranger, que ce soit au niveau culturel, artistique, musical, cinématographique, gastronomique mais aussi économique, social et politique ?

Et par conséquence, comment la Belgique est perçue par des pays lointains, qui nous connaissent moins, comme par exemple l’Amérique du Nord, du Sud, l’Asie ou l’Australie. Qu’est-ce qu’ils connaissent de la Belgique ? Quelle est notre image à travers ces différents domaines ?

Est-ce que ça leur donne envie de venir visiter et découvrir le pays ?

Bref, l’image et la notoriété de notre pays dans le monde et son attraction.


© AFP


Safia Kessas responsable de "Tout ça (ne nous rendra pas le Congo)" sur la RTBF.

Le retour de l'Etat providence dans nos sociétés. L'Union européenne revoit sa politique d'austérité, à la suite de l'arrivée de Syriza.
Conséquence: les subsides pleuvent dans l'enseignement, à la culture, à la santé, ... L'Europe devient enfin
une Europe sociale.
Le syndrome d'Asperger, la maladie invisible enfin prise en compte dans l'enseignement.
De vraies mesures d'accompagnement pour aider ces enfants à l'école et dans leur vie sociale.
Aujourd'hui, rien n'est prévu. Que ce soit les centres pédo psy spécialisés dans l'autisme ou les associations d'aides aux familles, tous sont surchargés et ne peuvent offrir qu'une aide limitée. Pourtant d'autres voies sont possibles, à l'instar de ce qui se passe au Canada. Ces enfants sont trop
souvent harcelés, rejetés. Et le phénomène n'est pas rare.
Des cours de décodage de l'actualité à l'école. Comment aborder les RS, valider l'info, recouper ses sources.
Aujourd'hui tout le monde dispose de toutes sortes d'info, il faut aussi donner les moyens à ces jeunes de gérer ce flot qui les submerge et crée une fausse perception du réel.


Julien Klener Président du Consistoire Central Israélite

Est-ce utopique ? Peut-être…. Mais je rêve de lire sous peu, dans votre quotidien, un article annonçant au monde que toute l’humanité s’est ressaisie et cherche à donner un sens à notre vie, quelles que soient les convictions de tout un chacun car après des siècles et même des millénaires de sang et d’incompréhension, confrontés au manque d’amour de l’autre, les hommes dans leur riche diversité, ont officiellement décidé d’affronter de commun accord les problèmes de notre condition terrestre et métaphysique.


Christophe Lacroix ministre wallon du Budget, de la Fonction publique et de la Simplification administrative

« Je souhaiterais qu’il y ait davantage de portraits de femmes et d’hommes qui enrichissent la Belgique et la Wallonie par leurs professions, leurs engagements pour des causes humanitaires au sens large… Faire ressortir les talents de cœur de notre pays ».


Philippe Lacroix Manpower Belgium

Un article qui montre le rôle social de l’entreprise et des chefs d’entreprise

Le rôle social de l’entreprise

Les moteurs du chef d’entreprise

Le chef d’entreprise, créateur de valeur et d’emploi

Prendre des risques et créer de la valeur

L’entreprise et les chefs d’entreprise souffrent souvent d’un problème d’image. On les décrit souvent uniquement sous leur dimension ‘financière’ . Et pourtant , ce sont avant tout des hommes et des femmes passionnés par leur métier, l’innovation et le bien être. La dimension sociale de l’entreprise est aussi important que sa dimension financière.


Hadja Lahbib

En fait je rêverais d’un article qui parle de projets qui vont changer le monde, notre façon de vivre dans les 10 prochaines années.

Des projets ambitieux concernant la planète, l’environnement. Notre façon de nous déplacer, de consommer…

Qu’est ce que les nouvelles technologies nous préparent…


© Reporters


Caroline Lamarche écrivain

Menu du centenaire de la Libre :

(Entrée) Le 28 mars 2015, un grand article sur le cinquième centenaire de la naissance de la très grande Thérèse d'Avila.

(Plat principal) À partir d'avril, et ce jour après jour, que soit remémoré par un signe graphique, un carré noir "je suis Hrant Dink" ou simplement le drapeau de leur nation, le centenaire du génocide des Arméniens.

(Dessert) Et fin décembre, que l'inévitable palmarès des "Belges de l'année" ne soit plus dominé de manière aussi écrasante par les hommes…


Steven Laureys Directeur de Recherches FNRS, Coma Science Group, CHU et Université de Liège

Je lirai des choses surprenantes et super fascinantes, …

Je lirai plein d’articles sur les nouvelles découvertes scientifiques !

En langage simple mais pas simpliste… vive la section science de la libre centenaire!!


Thomas Lavachery écrivain

« D'après les sources autorisées, Hergé s'est contenté de dire qu'il ne voulait pas qu'un autre reprenne sa série légendaire. L'article de mes rêves révélerait qu'on s'est trompé là-dessus, que le grand homme avait en fait pris toutes les précautions légales imaginables. Tintin et Milou seraient vraiment protégés d'une deuxième vie nécessairement décevante, et le fan que je suis dormirait sur ses deux oreilles. »


Olivier Leborgne comédien

Je dirais « le vaccin pour contrer le virus de la connerie enfin découvert »

Tout les cons ne pourrons pas être sauvés malheureusement , il en faut encore quelques uns histoire qu’on rigole un peu !

Mais certains seront sauvés avec quand même un traitement à suivre


Alain Leempoel comédien

À l’ère de l’image et de la technologie, après 100 ans de bons et loyaux services, la mutation du journal papier est inéluctable mais heureusement rien ne pourra remplacer l’effet tactile d’avoir un journal papier en main à la place d’ une tablette « tactile » froide et rigide.

L’évolution à laquelle je souhaiterais assister serait qu’à la fin de chaque article du journal papier, un code barre nous renvoie sur nos tablettes , smartphones ou autres gadgets technologiques non inventés encore , pour y voir ,lire ou entendre, un complément d’information sur l’article qui nous a interpellé et y découvrir un dossier plus complet .

Adieu dès lors, les critiques culturelles partisanes, d’un seul journaliste pensant détenir le bon ou le mauvais gout artistique d’une œuvre proposée et bonjour les avis , présentations , bandes annonces, visuels , sons ou interviews … nous éclairant sur le bien fondé d’aller voir ou non les offres culturelles qui nous intriguent.

Vive la liberté de jugement.

Votre slogan : aujourd’hui la Libre a 100 ans , maintenant la Libre s’entend


Guy Lemaire animateur

Voici une piste que j'aimerais que le meilleur de nos quotidiens aborde. Pourquoi les idées reçues (en tout cas par les gens de ma generation qui ne sont pourtant pas des fossiles - si?) sont-elles battues en brèche en matière d alimentation supposée saine? Du genre : boire un jus d'orange le soir (déconseillé pendant toute mon enfance). Le lait qui n a plus aucune vertu. Le beurre qui en retrouve...La règle des cinq fruits et/ou legumes quotidiens. Les surgelés préférés aux légumes frais. La liste est longue. A quoi riment ces vérités successives? La Libre -qui porte de mieux en mieux son nom- ne manquera pas d y répondre...


Isabella Lenarduzzi

Les femmes peuvent-elles sauver l’économie ?

L’OCDE estime que si le taux de participation des femmes à l’économie était identique à celui des hommes, le PIB augmenterait de 16% en 10 ans (même Goldman Sachs est d’accord …) !
Dans les pays nordiques il y a désormais une corrélation positive entre le temps de travail d’une femme et le taux de natalité. Donc plus une femme travaille et plus elle fait des enfants. C’est un phénomène vertueux qui accentue encore davantage l’impact du travail des femmes sur l’économie. D’un point de vue micro économique , toutes les études prouvent que plus une entreprise est mixte à ses postes de décisions et plus la totalité de ses indicateurs de performance sont élevés. Et enfin, d’après le Harvard Business Review, les femmes représentent un pouvoir d’achat 2 fois supérieur à la totalité de la Chine et de l’Inde mises ensemble mais elles estiment que les produits et services qui leur sont proposés ne sont pas à la hauteur de leurs attentes. Cet ensemble d’éléments est ce que l’on appelle « The Female Economy ».
Questions :
- Si les femmes ont un tel impact sur l’économie en terme de force de travail et de consommation, pourquoi n’en parle-t-on presque pas ?

- La France est sur le point de rejoindre les pays scandinaves au niveau du cercle vertueux entre le travail des femmes et le taux de natalité. Et la Belgique ?

- Les économies des finances publiques affectent davantage les femmes que les hommes et les empêchent de travailler autant qu’elles le voudraient. A-t-on seulement analysé toutes les décisions d’un point de vue du genre et de leur impact macro-économique ?

- Si les femmes doivent investir davantage la sphère du travail rémunéré, les hommes doivent plus partager les tâches non rémunérées portées actuellement à 80% par les femmes. Les hommes sont-ils les alliés du travail des femmes ?


Hugues Le Paige directeur de la revue Politique

"Enfin la grève générale au finish, on l'attendait depuis longtemps face à l'intransigeance patronale et la réaction gouvernementale.... ( Edito LLB en ...3015)


André-Joseph Léonard Archevêque de Malines-Bruxelles

Nous apprenons que l’Église catholique et les Églises orthodoxes ont trouvé un accord pour, à l’avenir, toujours célébrer la fête de Pâques à la même date. Pour échapper aux problèmes, pratiquement insurmontables, liés à la différence entre le calendrier grégorien et le calendrier julien, les plus hauts responsables ont décidé, de commun accord, de renvoyer dos à dos les deux calendriers et de s’en remettre au jugement des astronomes. C’est à ceux-ci qu’il incombera de déterminer pour chaque année à venir le moment de l’équinoxe de printemps (le point vernal), quel que soit le nom donné à cette date dans les divers calendriers, de définir en second lieu le moment de la pleine lune qui suit (en prenant comme point de repère la longitude de Jérusalem) et de désigner enfin le dimanche suivant comme étant, pour toutes les Églises et communautés ecclésiales chrétiennes, la solennité de Pâques. Beaucoup espèrent que la pleine communion de tous les chrétiens se réalisera, dans la foulée de l’unification de la date de Pâques, à une échéance plus ou moins longue, qu’il appartiendra à l’Esprit Saint (et non aux astronomes) de déterminer, en tenant compte, probablement, de l’intensité du désir qu’en auront tous les disciples du Christ.


Jean-Paul Lespagnard Designer de Mode Belge

"ce qui est quand même assez bien avec la presse écrite journalière, c'est d'avoir un vrai résumé de ce qui se passe tous les jours. On l'a vu, avec cet evénement de "Charlie Hebdo", c'était des infos non confirmées non stop, non stop, là c'était le sensationnel au lieu de l'information vérifiée.

mais en fait, on veut des bonnes nouvelles, les gens ont besoin de cela aussi. Des infos positives qui boostent. Les médis plombent l'ambiance, enfin même si c'est pas les journalistes qui cherchent à plomber l'ambiance.Il faut donner un peu d'espoir par rapport à ce qu'on communique sur ce qui se passe dans le monde. Des titres un peu violents, dans leur côté raccoleur, ca aussi ce serait intéressant".


© Reporters


Dominique Leroy CEO Proximus

« J’aimerais lire un article optimiste donnant espoir à nos jeunes, leur permettant d’orienter leurs études vers les métiers d’avenir ou vers la réalisation de leur passion. J’aimerais y découvrir des témoignages de réussite, d’optimisme, d’espoir afin de leur donner confiance en l’avenir de notre société et surtout la volonté d’y jouer un rôle actif pour créer un monde meilleur et inclusif. »


Myriam Leroy Journaliste et auteur

Dans ma Libre, je voudrais lire « comment les gens vivent ». Ceux avec qui je prends le bus, femmes voilées, ouvriers, étudiants (...), tous ceux que je suis pas et que je ne connais pas. Passer du temps long avec eux, dans leur vie, savoir ce qu'ils mettent sur leur pain et pour qui ils votent, la musique qu'ils écoutent, la raison de leur colère et la couleur de leurs joies. Les comprendre enfin.

Dans ma Libre, je rêve d’une rubrique Sexe. Pas sexo, je laisse ça aux féminins. Pas porno, je laisse ça à Youporn. Mais Sexe comme sous-culture, et comme lieu d’émancipation. Pour que la sexualité soit enfin le terrain de jeu de tous (et pas seulement des hommes jeunes), et un champ d’investigation philosophique pris au sérieux. Et puis ça aurait de la gueule, dans La Libre, une page récurrente qui causerait de sadomasochisme, de polyamour (…) et de plaisir!


Marc Lits professeur de communication à l'Université catholique de Louvain en Belgique et directeur de l'Observatoire du récit médiatique

Des chercheurs auraient réinventé le papier

Février 2115. Ce matin, au réveil, la première info activée dans mon cerveau par mon programme neuro-cervical auto-connecté m’a bouleversé. Vous devez savoir que j’ai désactivé l’appli NewsKookleWorld installée d’office dans mes rétines au profit d’une petite plateforme locale, en français, un peu désuète mais à laquelle je trouve un certain charme, LeLibreNet. C’est sans doute mon côté résistant qui refuse d’être entraîné dans le flux mainstream.

Bref, ils m’annoncent que des savants auraient réussi à reconstituer l’ADN d’un support qu’on pensait totalement disparu, le papier. Vous savez qu’il y a juste cinquante ans, en 2065, l’OMS avait décidé de détruire le papier, ou du moins ce qu’il en restait puisqu’il était déjà devenu obsolète comme tous les autres supports physiques de données. Les livres, les journaux s’auto-détruisaient, victimes d’une sorte de maladie auto-immune qu’on n’arrivait pas à guérir, mais des savants découvrirent alors que cette maladie risquait de s’étendre à l’homme, comme une sorte de grippe aviaire (celle qui avait déjà amené à l’éradication de toutes les espèces aviaires et bovines). Ce n’était pas démontré, mais le principe de précaution avait prévalu. Le gouvernement mondial décida de détruire sur le champ tous les supports papier dans les bibliothèques, chez les particuliers. Il ne s’agissait en rien d’une forme de censure, comme dans le roman Fahrenheit 451 de Ray Bradbury, puisque depuis longtemps tous ces supports vétustes avaient été numérisés par Bigsoft. C’est du moins ce que prétend NewsKookleWorld.

Mais les savants pourraient aujourd’hui reproduire du papier synthétique, donc sans danger pour l’homme. Et LeLibreNet annonce qu’il sortira dans quelques jours une version papier de 8 pages de son édition matinale. J’ai repensé à ce que me racontait mon grand-père. Quand il était jeune, son premier plaisir quotidien était d’entendre le facteur déposer le journal dans sa boîte aux lettres (je vous expliquerai plus tard le sens de ces mots disparus), et de lire les informations de ce qui s’était passé la veille en buvant son café.

Je commande immédiatement un exemplaire par un clin d’œil vers mon interface bancaire et imagine déjà ce que ce sera de lire des lignes de lettres sur le papier, de regarder des photos imprimées, de toucher ce support physique. Du moins si j’ose, si j’y arrive. Nostalgie, me direz-vous, peur du virtuo-réel, fuite vers un passé perdu. Peut-être, je vous télépartagerai mon expérience en direct dans quelques jours.


Benoît Lutgen président du CDH

Je rêve de lire dans La Libre Belgique en 2015 que la Wallonie et Bruxelles sont les régions les plus créatrices d’emplois dans l’Union européenne… et chaque jour : je suis Char’Libre !


Jean-Pierre Lutgen CEO de Ice-Watch

« Nous ne sommes pas les seuls dans l’univers »


© David Martin


Jean-Marc Mahy ex-detenu, "éducateur", qui joue son propre rôle dans la pièce "Un homme debout".

Cette année, il faudrait plus d'articles ou on donne la parole aux jeunes. Qu'ils s'expriment davantage sur tous ces sujets qu, de plus en plus, ne parlent que de peur de l'autre, de répression, de beaucoup de choses qui vont mal dans ce monde. Je fréquente beaucoup de jeunes; ils voudraient qu'on parle davantage de choses positives, d'amour, d'amitié, de solidarité. Voilà ce que moi j'aimerais lire dans une des "Libre" de cette année.


Paul Magnette ministre président wallon (PS)

La Wallonie, nouveau modèle de démocratie participative et inclusive.


Olivier Maingain président du FDF

Un article qui traite de la sensibilisation à la protection de l’environnement auprès des enfants dans les écoles souvent mis à mal par le modèle consumériste prôné par la publicité auprès de ces mêmes enfants, « Je consomme donc je suis ».


Dominique Michel Directeur de Comeos, Fédération du commerce et des services

"Quand j'étais petit, j'ai commencé à lire le journal en me plongeant dans "La Libre Junior", le supplément hebdomadaire de La Libre pour les enfants, qui publiait entre autres des bandes dessinées. Pourquoi ne pas envisager une résurrection de La Libre Junior, mise au goût du jour? Mes enfants apprécieraient, j'en suis certain! Sinon, je rêve en tout cas d'une bonne bande dessinée dans La Libre!

Sur un autre plan, j'aimerais des mises en perspective historique sur les événements économiques et politiques, notamment internationaux.


Jean-Claude Marcourt vice-président wallon, Vice-Président, Ministre de l'Economie, des PME, du Commerce extérieur, des Technologies nouvelles et de l'Enseignement supérieur (PS)

‎"Enfin l’Europe comme on la rêvait : un an après sa désignation, la Commission Juncker lance l’Europe à la chasse au dumping social et fiscal et remet la politique industrielle au cœur de son développement.‎"

‎Dans un tout autre registre :

"Des enregistrements inédits d’Otis Redding retrouvés près de 50 ans après la mort accidentelle du chanteur. La soul plus que jamais musique de l’âme.‎"


© Christophe Bortels


Marie-Christine Marghem ministre fédérale de l'Énergie, de l'Environnement et du Développement durable

« Tout va bien… Electrabel joue la transparence : les députés Jean-Marc Nollet et Kristof Calvo quittent la politique pour entrer au conseil d’administration d’Electrabel. La garantie pour un pacte énergétique durable ».


Ezio Mauro rédacteur en chef du quotidien italien "La Repubblica"

Je voudrais lire une enquête sur la façon dont a évolué l'opinion publique dans les différents pays européens concernant les institutions européennes et l'euro. Mais également le pourquoi de cette évolution.


David Meyer Rabbin

Le sujet importe peu car l’essentiel est ailleurs : lire des mots déstabilisants et provocants, heurtant par le rire ou la révolte qu’ils provoquent, mes convictions profondes. Car c’est en se confrontant à ce qui dérange qu’un pas décisif vers un peu de sagesse devient possible. Si écrit avec subtilité et intelligence, publiez donc ce qu’intuitivement je n’ai pas du tout envie de lire !


Stéphane Moreau Stephane Moreau CEO de Nethys (ex Tecteo)

Une régulation identique pour les opérateurs locaux et les OTT (over-the-top en jargon audiovisuel, il s'agit des opérateurs non-classiques du type de Netflix)


Philippe Muyters ministre flamand du travail, de l'Economie, de l'Innovation et des Sports

"Nous aimerions bien lire un article sur Competent, le système innovant du VDAB qui permet de relier les aptitudes et les compétences des demandeurs d'emploi aux offres d'emploi. Ce système est depuis lors imité partout en Europe et pourrait renforcer la mobilité des travailleurs entre les régions. Fons Leroy, le fonctionnaire dirigeant du VDAB, fait la promotion de Competent dans toute l'Europe."

Thierry Neyens Président de la fédération HoReCa Wallonie

1/ Les métiers « techniques » et/ou d’artisans = l’avenir de demain , pour une« vraie » économie

Mais aussi un vrai challenge en privilégiant une excellente formation avec des stages suffisants mais aussi une fiscalité adaptée, des charges acceptables …., alors l’emploi suivra

2/ Sensibiliser le « grand public » à acheter « local /pays» avec des témoignages entre producteur/consommateurs (en ce et y compris les restaurateurs / artisans vis-à-vis des clients) Booster Notre économie sous forme de tour des régions

3/Créer une rubrique « jeunes » sur La Libre en ligne axée sur les partages d’expériences positives (création d’entreprises, crowdfunding, groupement d’employeurs, ….) avec « interactivité ?


Jean-Marc Nollet, chef de groupe Ecolo-Groen à la Chambre

" Après avoir constaté l'échec des politiques d'austérité, le Gouvernement fédéral lance enfin un plan d'investissement dans le rail, l'isolation des bâtiments et les énergies vertes. Objectif : 250 000 emplois ! "


Colette Nys-Mazure écrivaine

Je réponds sans hésiter : une chronique poétique hebdomadaire voire quotidienne. Un poème bref présenté sobrement qui permette de respirer dans notre monde à feu et à sang.

Au moment où l'on commémore le souvenir des camps d'extermination, je relis Le mort qu’il faut de Semprun (Gallimard, 2001) : Outre la promenade, il n’y avait qu’un autre moyen de tromper l’angoisse gluante de la promiscuité perpétuelle : c’était la récitation poétique à voix basse ou à haute voix.(…)Aux chiottes, quelle que fût la pestilence et le bruyant soulagement des viscères autour de vous, rien ne vous interdisait de murmurer la consolante mélodie des quelques vers de Paul Valéry « Calme, calme, reste calme/connais le poids d’une palme/portant sa profusion… »

Il est permis de rêver.


Claude Pérignon président de l'ABTO, l'association belge des tour-opérateurs:

Un sujet qui me préoccupe, en ces temps économiques et financiers très exceptionnels ( je pense à la décision de BCE d'injecter 1140 mlds d'Euros dans l'économie européenne, et les conséquences sur l'épargne): beaucoup d'Européens ne comprennent pas ce qui se passe, ni comment réagir. Mon sujet serait alors axé sur l'intégration dans les études secondaires de cours élémentaires sur le fonctionnement des instutions financières (bourses, banques, etc.).


Jean-Paul Philippot administrateur général de la RTBF:

En 2015, j’aimerais que la Libre me parle, m’interpelle, m’informe sur la création et la créativité dans le monde audio-visuel et plus largement digital. Aujourd’hui, j’ai la conviction que beaucoup de choses se passent dans cet univers où de nombreux belges francophones innovent en explorant de nouvelles voies ou en développant des projets. Qui sont-ils ? Comment fonctionnent-ils ? Quel est le lien qui les unit et l’ambition ou les valeurs qui les animent ? Comment leur création trouve-t-elle à se développer dans une économie nouvelle ? Je suis curieux de savoir les motivations de ceux et celles qui, aujourd’hui, se lancent dans l’écriture de séries belge, le web-documentaire ou l’animation 3D. J’ai envie de mieux connaître encore ce secteur de la création constitutif de la culture d’aujourd’hui et de demain. Et je compte sur la Libre pour qu’il en soit ainsi.


© Reporters


Martine Piccart Professeur en Oncologie ULB et Chef de Service du département de Médecine à l'Institut Jules Bordet

J’aimerais lire un article qui discuterait comment nos pays de l’Union Européenne vont se préparer pour l’épidémie « cancer » du 21e siècle et à l’augmentation importante des couts liés au developpement de très nombreuses nouvelles thérapies anti-cancéreuses.


François Pirette humoriste

Considérant l’article premier de la déclaration universelle des droits de l'homme « Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits…» j’attends depuis longtemps que l’on confronte à cet axiome étalon de l’ensemble des pays démocratiques revendiqués la condition de la Princesse Elisabeth de Belgique, première dans l’ordre de succession au trône de Belgique, élevée et éduquée dans ce seul but, tout comme le fut son père avant elle et comme le sont la plupart des enfants nés dans un berceau princier et appelés par naissance à régner et, subséquemment, à ne pas vivre librement leur vie terrestre, jusqu’ici, la seule existence avérée. La notion de liberté n’est-elle donc pas dans ce cas purement et simplement bafouée au nom de l’intérêt supérieur de la nation, en l’occurence ici, la nôtre, pour ce qui concerne cette bien jeune fille ?


Jean-Pol Piron président du Brussels Exclusive Label

"Il serait intéressant d'avoir un article de fond sur le commerce du luxe, synonyme de qualité, de liberté et de valeur trop souvent mal perçus en période économique morose. »


Pietro Pizzuti auteur, scénariste, comédien et metteur en scène

Les articles que j'aimerais lire dans la libre cette année seraient intitulés: "Date historique, signature des premiers accords pour une paix mondiale"

"Découverte majeure par une équipe de chercheurs internationale : l'hormone de l'amour"

"À Bruxelles comme à Londres, les musées deviendront gratuits à partir de demain"

"La recherche contre le cancer à fait un pas historique vers la mise au point d'un vaccin"

"Une équipe d'astrophysiciens vient de confirmer l'existence d'un espace-temps autre que celui que nous habitons"

"Le G20 s'est engagé à éradiquer la pauvreté dans le monde sur le cinq prochaines années"

Tu me diras que je rêve...

Mais que serions-nous sans nos rêves?


Peter Praet (BCE)

* Pourquoi le Belge n'ose pas prendre plus d'initiative et attend que le gouvernement résolve les défis (et problèmes). Ou, comment stimuler la prise de "risque" - l'entrepreneuriat en Belgique

=> sujets possibles: enseignement, structures ("les groupes de pressions", les intérêts établis,...), des exemples non réussis (L&H, ...)

=> attitude ? Est-ce que le Belge est jaloux du succès ? Petit pays, petite ambition (est-ce que la taille de l'aquarium détermine la taille max du poisson ?)

=> est-ce que nous cultivons assez (ou pas) nos exemples de "entrepreneurs " (Solvay, Cockerill, Paul Janssen, EVS,...).

=> est-ce que les universités jouent leur rôle comme dans d'autres pays (Etats-Unis, Pays-Bas,...).


Isabelle Praile Ex-vice-présidente de l'Exécutif des musulmans de Belgique

- en prenant comme point de départ les résultats des élections en Grèce où les citoyens grecs ont exprimé leurs déceptions à l'égard de l'Union européenne, une analyse avec le plus d'objectivité possible sur quelle place y-t-il pour les réelles préoccupations humaines dans le système économique européen ?

- sous le couvert d'une société sécularisée, quelle place et quel droit des parents pour transmettre leurs valeurs issues de leurs convictions et croyances à leurs enfants, sachant la confusion entretenue autour du terme laïcité (séparation entre le religieux et le politique, reconnaissance de la pluralité des convictions philosophiques dont le droit de croire ou de ne pas croire, ou encore pour certains un combat de l'athéisme contre le religieux avec le risque de remplacer le religieux par la croyance en la laïcité...) alors que les enfants perdent leurs repères identitaires dans un système sociétal du culte du veau d'or ou du consumérisme ?

- le paradoxe de ce que certains accusent comme étant l'échec des politiques "d'intégration" des citoyens belges de confession musulmane avec les dérives telles le djihadisme et le fait de recourir aux investissements du pétrodollars provenant de l'Arabie saoudite et du Quatar qui injectent ainsi impunément une lecture radicaliste et wahabiste de l'Islam sur le territoire belge ou français.


Maxime Prévot ministre wallon (CDH)

Un article qui annonce que l’ensemble de la classe politique le rejoint dans son combat contre les inégalités vécues par les familles monoparentales.


Jaak Raes, Administrateur général de la Sûreté de l'Etat
"De Bunker", première série de fiction belge sur la Sûreté de l'Etat, apparaîtra en 2015 sur VTM. Elle évoque le travail de la section anversoise du service. Et si un média francophone en parlait?


Raoul Collectif (Romain David, Jérôme De Falloise, David Murgia, Benoît Piret et Jean-Baptiste Szezot )

- sur ce que la récente victoire de Syriza puisse être porteuse d'un espoir dans les autres pays européens,

singulièrement là où le chômage des jeunes est le plus important ?

- un article historique sur la société du Mont Pèlerin. (fondation, et répercussion de leurs pensées aujourd’hui)

- Un article de sociologie sur ce qui fait groupe aujourd’hui. Quels sont les groupes dominants aujourd’hui? Qu’est qu’un groupe aujourd’hui. L’imaginaire du groupe?

- un article sur TAC (les mots du pouvoir / l’appel à signatures / relai de la parade du 29/03 à Bruxelles / …)


Jacques Revah ambassadeur d'Israël en Belgique

D’une seule nouvelle qui, aujourd’hui peut paraître utopique, mais n’empêche, certains rêves se réalisent…

Alors, pourquoi pas un titre à la une, annonçant à peu près cela : Enfin un espoir de paix réelle pour les peuples israélien et palestinien. A l’instar du Président égyptien Anouar el-Sadate il y a 38 ans, le Président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas s’adressera aujourd’hui à la Knesset à Jérusalem.


© Bureaux Régionaux


Didier Reynders vice-Premier ministre et Ministre des Affaires Étrangères

J’aimerais voir La Libre compiler un dossier sur les grands enjeux planétaires d'aujourd’hui et les conflits qui secouent le monde. Que ce soit notamment les défis qui attendent les pays d’Afrique Centrale cette année ou le conflit dans l’Est de l’Ukraine. Et la cerise sur le gâteau serait que La Libre en fasse un supplément détachable... Chiche !


Reza photojournaliste

J’entends encore cette phrase de Gandhi dont le message était « Chaque projet que vous commencez, pensez à l’être le plus vulnérable que vous avez rencontré, et demandez-vous si ce projet l’a aidé ». En passant ces trois dernières décennies dans des lieux tourmentés de la planète, l’idée m’est finalement venue que les êtres les plus vulnérables sont les réfugiés, ceux qui ont tout perdu, qui voient leurs rêves et leurs espoirs tomber dans l’oubli de leurs situations. Cela m’a donc amené à lancer le projet « Exil Voices » en partenariat avec l’UNHCR, qui s’étendra jusqu’en 2020.
Ce que j’aimerais lire dans la Libre cette année, c’est le récit de ces réfugiés. J’aimerais découvrir dans ce journal un petit encart qui présenterait la photo d’un réfugié, et sa vie. Non pas un article, mais 365, pour que chaque jour de l’année soit celui d’un réfugié, de cet être vulnérable qui doit retrouver l’espoir.


Gabriel Ringlet écrivain, poète et théologien

Je serais heureux de lire une grande interview, originale, du Dr Justin Welby, archevêque de Canterbury, qui veut accélérer les ordinations de femmes évêques dans l’Église anglicane. Il se donne même comme objectif annoncé publiquement d’avoir la moitié des sièges épiscopaux occupés par des femmes d’ici quinze ans ! Comme l’Église catholique est proche (sur de nombreux points) de l’Église anglicane, voilà une belle question pour l’avenir de l’œcuménisme.


Lorette Rousseau présidente de la fédération des notaires

L’optimisme des gens s’accroît et ils osent à nouveau s’engager pleinement dans des projets : la confiance des consommateurs et des entrepreneurs en hausse !


Nick Rodwell

“Any article written by Francis Matthys is always a pleasure to read. The text is always well-balanced and never aggressive! Best wishes”


Saule chanteur

Un article que j'aimerais bien trouver dans la Libre ou dans un autre journal, serait une étude comparative sur la notion "d'être heureux " entre la génération des jeunes d'aujourd'hui (entre 15 et 25 ans) et celle de ceux qui l'ont été (jeune) il y a 20 ans (donc qui en ont aujourd'hui 35-40)

Je pense que ça permettrait de voir comment la société évolue. A quoi la jeune génération d'aujourd'hui aspire et quelles sont les valeurs d'aujourd'hui comparativement à celle d'hier.


François Schuiten dessinateur de bande dessinée

Les journaux sont souvent coincés par la nécessité de répondre aux questions qui se posent aujourd'hui et ont donc peu de temps pour faire de la prospective. Je trouve qu'il y a aujourd'hui une difficulté à se projeter sur le long terme. Si il y a une chose qui m'intéresserait, c'est que La Libre fasse une enquête auprès des artistes, des philosophes, des industriels, des designer, des scientifiques, des gens qui regardent la société et sont capables de la sentir, pour leur demander comment ils voient Bruxelles dans 50 ans. Je suis moins intéressé parce ce que peuvent en dire les politiques. Actuellement, on trouve que mettre en piétonnier la place De Brouckère est un projet fou. Je pense que débarrasser les gens des problématiques de la gestion leur permet d'avancer des idées plus audacieuses et plus folles.


Joëlle Scoriels Animatrice et personnalité TV préférée des Belges en 2014

En 2015 j'aimerais bien lire un article qui annonce la mise en place d'un système fédéral d'allocations culturelles. Une somme mensuelle que chaque personne ou famille serait obligée de dépenser dans des salles de spectacles, des musées, des galeries ou librairies, des magasins de musique ou de fournitures d'art (à travers tout le pays).


Beverly Jo Scott chanteuse, musicienne + jurée de The voice Belgique

"J'aimerai lire davantage d'articles sur le droit des enfants. C'est mon coup de gueule pour le moment. J'aimerai lire plus d'articles qui explique aux enfants qu'ils ont des droits et que des gens sont là pour les défendre s'ils en ont besoin, dans tous les domaines : sociaux, médicaux, etc."


Isabelle Simonis ministre wallonne (CDH)

- En 2015, l’Egalité hommes-femmes est enfin devenue réalité

- Changement radical en Europe : l’austérité a fait son temps !

- Dernier baromètre jeunesse : 80% des jeunes ont confiance en l’avenir


© Reporters


Paul Smith Designer anglais avec de l'humour.

Je voudrais lire tout ce qui a à voir avec de la joie. les journaux sont remplis de mauvaises nouvelles. J'ai toujours rêvé d'une télé qui s'appellerait "Happy TV". A l'heure actuelle, j'aimerais célébrer les perce-neige dans mon jardin.


John Stargasm Chanteur de Ghinzu

L'article que j'ai envie de lire en 2015 est un article extrêmement long, disponible sur tablette et qui porte sur ma femme, sa beauté, son élégance, son humour et surtout, son intelligence.


Bruno Tobback président du SP.A.

"2015 doit devenir l'année du tax shift, un glissement vers plus de justice. Une contribution juste de tous - et pas seulement de ceux qui travaillent pour payer leur facture en fin de mois - est crucial pour rendre le travail à nouveau attrayant et pour créer des emplois."


Olivier Valentin Secrétaire national de la CGSLB

En plein débat sur l’allongement des carrières et la redéfinition des métiers lourds, j’aimerais que La Libre consacre un dossier aux raisons pour lesquelles les salariés arrêtent – volontairement et souvent contre leur volonté - de travailler avant l’âge légal de la pension. Et surtout sur les aménagements des conditions de travail qui pourraient inciter ceux qui le souhaitent à rester au boulot.


Dirk Van den Bulk commissaire général aux réfugiés et aux apatrides

L’aspect humain de la problématique de l’asile et en particulier sur le ressenti de ces hommes et femmes qui ont tout quitté afin de venir chercher une protection chez nous. Comment appréhendent-ils leur nouvelle vie entre espoir d’un futur meilleur et déracinement ? Plus qu’un article, c’est une série de portraits de réfugiés qu’il vous suggère.

En 2014, le CGRA a accordé une protection à 8 139 personnes venant de pays, comme la Syrie, en proie à la guerre. Comment ces gens vivent-ils leur exil forcé? Comment envisagent-ils leur futur ?


Koen Van Gerven CEO de bpost

Je souhaite lire des nouvelles porteuses d’espoir et inspirant le quotidien, qu’elles soient anecdotiques ou de grande ampleur. Comme celle d’un de nos facteurs qui par son sang-froid permit de sauver une famille de sa maison en flammes, l’an passé à Viroinval.

J'aspire aussi pouvoir lire qu’une entreprise d’avant plan de l’e-commerce, Alibaba par exemple, décide d’implanter en Belgique son centre de distribution européen.

J’espère que le prix Nobel de médecine soit attribué à un excellent chercheur belge tel que Peter Carmeliet.

Et bien entendu, j’aimerais aussi que bpost gagne l’appel de d’offres concernant la distribution des journaux. De sorte que tous les lecteurs de La Libre aient l’assurance que leur quotidien parvienne dès l’aube dans leur boite-aux-lettres, comme c’est le cas actuellement.


Felipe Van Keirsbilck Secrétaire général de la Centrale nationale des employés (CNE)

Le pitch pourrait être qqch comme « et entre les grèves, le syndicat continue » ou bien « que font des syndicalistes quand ils ne font pas la grève ? »

Le sujet d’un travail journalistique de fond, demandant un peu de temps, mais donc honorant les ambitions de presse de qualité de La libre, serait de voir comment une délégation syndicale construit sa légitimité peu à peu dans une entreprise, en dehors des moments de grands conflits. Je parle évidemment des situations (nombreuses – NDLR) où cette légitimité se construit effectivement. En quoi vivre et travailler dans une entreprise avec une représentation des travailleurs qui fonctionne est très différent de vivre et travailler sans cette représentation ? C’est quoi, le « métier » et le savoir faire d’un-e délégué-e au quotidien ? après tout, c’est quand même un engagement pris par près de 100.000 personnes en Belgique, c’est une engagement plus profond, plus quotidien et plus difficile que bénévole à Greenpeace ou à la croix-Rouge …. Ça fait quand même un gros sujet de société, non ?


Frédéric Van Leeuw procureur fédéral

La cour suprême des Etats-Unis ayant accepté récemment d’examiner la constitutionnalité de l’injection létale je vous proposerait ce petit article que j’aimerais tant pouvoir lire dans les mois à venir :

« Etats-Unis : la cour suprême déclare l’injection létale anticonstitutionnelle et, dans la foulée, que la peine de mort est un traitement inhumain et dégradant. Une avancée cruciale vers la disparition de la peine capitale sur terre. »


Johan Van Overveldt

Les chefs d'entreprise et le sport : la pratique régulière d'un sport présente des bénéfices incontestables sur le niveau de stress et les performances des indépendants et des chefs d'entreprise, moteurs de notre économie et créateurs d'emplois.


  Jean-Pascal van Ypersele (@JPvanYpersele) Vice-président du GIEC et candidat à sa présidence

J'aimerais lire un article, ou plutôt une série d'articles qui rendraient compte d'un dialogue entre deux femmes scientifiques de disciplines différentes: l'une originaire et travaillant dans un pays pauvre et l'autre originaire et travaillant dans un pays riche; l'une venant des sciences humaines, l'autre des sciences naturelles ou "exactes". Leur dialogue ou interview croisée porterait sur les solutions-clés qu'elles voudraient privilégier pour chacun des objectifs de développement durable actuellement négociés aux Nations unies (climat, eau, pauvreté, accès à l'énergie, emplois décents, égalité des genres, réduction des inégalités, ... voir la liste des 17 objectifs envisagés sur https://sustainabledevelopment.un.org/focussdgs.html).

Pourquoi ? Parce que 1) ces 17 enjeux sont essentiels pour le maintien de l'habitabilité de notre planète pour l'ensemble de l'humanité; 2) il est toujours intéressant de confronter les perspectives contrastées de spécialistes des domaines en question; 3) on n'entend pas assez, dans les médias du "Nord", la voix des scientifiques du "Sud"; 4) il y a bien assez d'experts masculins dans les médias: donner pour une fois l'exclusivité à des témoins féminins permettra d'entendre de nouvelles voix.


© Reporters


Stéphanie Van Vyve comédienne

1. 2015, notre rôle/responsabilité dans le respect de l'environnement? Chaque geste compte, comment joindre l'utile à l'agréable (j'adore parler vélo, tri déchet et objectif zéro déchet)

2. Faire des enfants, c'est bien, les éduquer, c'est mieux. Remettre l'éducation au centre de nos préoccupations. Parent ou non, que voulons-nous transmettre à nos enfants? La revalorisation de l'école passe par l'implication des parents

3. L'allocation universelle, utopie réaliste? Comment changer notre vision et notre utilisation de l'argent


Rodolphe Van Weyenbergh secrétaire général Brussels Hotels Association

Je souhaiterais lire un article, et pourquoi pas une « UNE » sur Bruxelles, capitale de l’Europe qui deviendrait capitale du tourisme européen avec la concrétisation d’une série de décisions phares : des grands boulevards réaménagés avec un piétonnier qui serait élu « Best New Travel Attraction 2015 » par Lonely Planet , une gare du Midi modernisée, un accord signé entre taxis de l’aéroport et taxis bruxellois, un Musée d’Art Moderne emblématique, un palais des congrès ouvert au Heyzel, et pourquoi pas des bateaux mouches, à l’instar de ceux de Paris, qui circuleraient sur le canal ! Des projets qui créeraient un lien fort entre Bruxelles, sa Métropole, ses touristes, ses habitants, ses commerçants ! VisitBrussels confirmerait que l’objectif des 10 millions de nuitées à Bruxelles sera atteint deux années plus tôt, c’est-à-dire, en 2018.


Edouard Vermeulen Couturier belge

J'ai été baigné depuis mon enfance avec "La Libre". il y avait la Libre chez mes parents et grands parents alors que nous sommes belges flamands d'origine. On des "Libre acquis" dans la famille. Ce que j'aime dans "La Libre", c'est la dernière page qui agit comme un résumé. Ce que j'aimerais lire dans "La Libre ? Un maximum de bonnes nouvelles. Moi qui est un métier d'art, de mode mais aussi un métier commercial qui doit emmener les gens à être enthousiastes, à aimer les belles choses, à s'entourer de bonnes énergies. on est influencé par ce qu'on lit dans la presse. C'est important de montrer qu'il y a des choses positives, même si les choses catastrophiques doivent être annoncées. Qui ne doivent pas forcément faire la Une mais faire le quotidien des gens. Bon, ça fait un peu peace and love de dire cela mais notre vie est influencée par ce qui se passe dans le monde. Mais je trouve que vous avez la valeur des arts, des finances, de l'info… une page découvertes peut être une diversion, et ça vous le faites…

Il faut de infos qui ont l'éthique et qui apportent la dynamique. Je trouve que les jeunes sont un peu empreints de morosité, il faut penser à cette nouvelle génération. Notre évolution à nous était mesurée, mais depuis la crise de 2008, il y a une effervescence, le temps s'accélère. De quoi sera fait demain ? De quoi sera fait la libre de demain aussi ? Car trop d'informations tue l'information. Quelle sera l'information dans 10 ans pour cette nouvelle génération ?


Rudi Vervoort ministre-président bruxellois

« J’aimerais lire dans la Libre que le fédéral débloque les moyens nécessaires que nous réclamons pour le développement d’un véritable réseau RER en Région bruxelloise. Nous avons les rails, les stations, nous souhaitons que des trains roulent, jusqu’à 4 par heure en heure de pointe. Les Bruxellois et les navetteurs pourraient l’emprunter massivement ce qui améliorerait la mobilité et la qualité de vie à Bruxelles. »


Alex Vizorek humoriste

Les trois religions monothéistes parlent d'une seule voix: "Dieu n'existe pas"

Face au triste constat d'échec de leur invention: Dieu, censé représenter l'amour et la paix, les trois religions monothéistes ont décidé ensemble, main dans la main, de révéler la vérité.

Ainsi, le premier janvier 2016 sera considéré comme le nouveau départ commun, l'"an zéro absolu". Dans un communiqué, les leaders théologiques ont déclaré: "Nous nous rendons bien compte que l'humanité trouvera encore de nombreuses bonnes raisons de se foutre sur la gueule (sic), mais nous nous sentons soulagé que cela ne se déroule plus au nom de nos Dieux respectifs."


Alexandre von Sivers acteur

Pourquoi y a-t-il des conflits ? Pourquoi ne peut-on s'entendre au niveau planétaire ? Pourquoi l'Ukraine ? Pourquoi le djihad ? Etc.


Jérôme Walmag président de la fédération Les Scouts:

Cette année, j’aimerais lire un article qui montre la force et le potentiel du bénévolat dans l’éducation à la citoyenneté, notamment dans le scoutisme. Depuis plus de 100 ans (nous aussi), le mouvement ne cesse de croître et les animateurs qui s’y engagent gratuitement contribuent — simplement mais efficacement – à développer la fraternité entre les jeunes de cultures, de milieux sociaux ou de convictions très diverses. Je pense que les compétences relationnelles acquises dans les mouvements de jeunesse aideront à réaliser harmonieusement le « vivre ensemble » dans notre société.


Marie Warnant, chanteuse

"L'éloge de la lenteur". Dans une société de consommation où tout doit aller toujours plus vite (temps consacré à table, productivité au travail, façon de consommer la musique, façon de rencontrer quelqu'un, etc.), reprendre le temps de prendre le temps...

Deux livres références : Éloge de la lenteur et La Lenteur de Kundera

Daniel Weekers administrateur délégué de Be TV et directeur de la stratégie de VOO

"J'aimerais que La Libre m'annonce que les télédistributeurs et les chaînes de télés belges lancent une offre de vidéos à la demande par abonnement (SVOD)"


Isabelle Wéri comédienne, metteure en scène, romancière, Lauréate du Prix de la Littérature de l'Union européenne 2013

1) Un article/interview sur Steven Laureys, neurologue et directeur du Coma Science Group au CHU de Liège, autour de son dernier ouvrage Un si brillant cerveau, Les états limites de conscience.

2) Un article/interview sur le peintre belge Marcel Berlanger à l'occasion de ses diverses prochaines expositions en Belgique (Galerie Rodolphe Janssen/Bxl, Ikob/Eupen, BPS22/Charleroi...).

3) Un article/interview de Caroline Lamarche autour du mot "autrice".


Charlie Winston chanteur

Euuuuuuuuuuuhhhh. Today. Je voudrais. Oh. Mmh. Cette question est terrible. Je pense que c'est quelque chose d'universelle. J'aimerais lire quelques chose sur l'astrologie. J'adorerais lire des choses excitantes sur les planètes ou sur des traces de vie dans l'univers et donc des possibilités (possibilities, je ne traduis peut-être pas bien) de vie.


© Reporters


Bernard Yerlès acteur et metteur en scène

Alors voilà. J'aimerais lire un article sur Nassim Haramein, sorte d'Einstein des temps modernes, ou sur ses théories, de plus en plus avalisées, sur l'origine de la vie et de l'univers. Elles unifient les équations du monde quantique et de la relativité générale (le graal des scientifiques) et démontrent que tout est un, que la vie est fractale à l'infini, que le vide n'est pas vide, que les implications sur les énergies propres sont immense! Etc... Il pose les fondements d'une nouvelle science, pleine d'espoir et de découverte, celle de demain!


Bernard Yslaire dessinateur

Dans la nuit du 30 juin au 1er juillet, il va falloir rajouter une seconde intercalaire à notre temps, car la rotation de la Terre se ralentit. Ce qui risque de perturber certaines données numériques notamment, comme certains systèmes GPS notamment, (et ainsi mettre en danger par exemple le traffic aérien) Une seconde, ça a l’air de rien, mais une seconde c’est le temps d’un battement de coeur, et à l’échelle de notre planète, quelques milliards d’arrêts du coeur, soit une gigantesque crise cardiaque. Ou un coup de foudre amoureux planétaire… Que va-t-il se passer cette nuit-là?


Arnaud Zacharie secrétaire général du CNCD 11.11.11

Alors je propose un article publié en décembre 2015 et faisant un bilan (très) positif des sommets mondiaux qui s'annoncent en juillet, septembre puis décembre sur le développement et le climat. Voici quelques lignes comme demandé :

"Le sommet de Paris sur le climat, qui était présenté comme le sommet de la dernière chance, s'est terminé sous les applaudissements des participants et des nombreuses ONG présentes, qui ont salué l'accord historique forgé in extremis par les négociateurs. En s'accordant sur un objectif de 30% de réduction des émissions de gaz à effet de serre d'ici 2020 et en définissant un plan d'action concret pour une réduction de 95% en 2050, les gouvernements ont enfin pris les mesures nécessaires pour éviter un réchauffement global de plus de 2°C au 21ème siècle et jeter les bases d'une économie "bas carbone". Dans la foulée de la décision tout aussi inattendue qu'historique prise en juillet dernier, lors du sommet mondial d'Addis-Abeba sur le financement du développement, d'instaurer une taxe mondiale de 0,1% sur les transactions financières, les gouvernements ont également décidé à Paris d'allouer une partie des recettes de cette taxe pour financer - à hauteur de 100 milliards de dollars par an à partir de 2020 - le Fonds vert pour l'adaptation aux changements climatiques dans les pays pauvres. Ces décisions s'ajoutent à celles prises en septembre à New York, où l'Assemblée générale des Nations unies a adopté d'ambitieux Objectifs de développement durable qui, selon nombre d'observateurs, permettent de répondre de manière intégrée aux défis économiques, sociaux et environnementaux de notre temps".