Mélanie, reine de la `Star Academy´

A Forest National, Mélanie est sortie victorieuse de la `Star Academy´ belge. La grande soirée d'apothéose sonne aussi la fin d'une expérience osée pour RTL-TVI. Bilan avec son directeur général, Freddy Tacheny.

CÉDRIC PETIT
Mélanie, reine de la `Star Academy´
©RTL-TVI

COMPTE-RENDU

Grande soirée d'apothéose pour la "Star Academy Made in Belgium", dans une salle de Forest National pleine comme un oeuf. Les portes fermées à 19h30, les festivités pouvaient s'ouvrir une demi-heure plus tard. Et les élèves d'ouvrir le bal avec l'hymne de l'école "Star", qui a servi de fil rouge à l'émission.

Comme annoncé, cette ultime manche était surtout prétexte pour les élèves à faire montre de leurs capacités, en chant comme en danse, tantôt accompagnés de vedettes confirmées (Mario, Dany Brillant, Patrick Fiori), tantôt en solo. Il n'aura échappé à personne que stress et trac paralysaient quelque peu les enthousiasmes et plombaient les performances des Académiciens.

Premier grand moment de suspense: le lever de voile sur les votes des profs. Avec 33 pc des suffrages, Caroline prenait l'avance sur Mélanie et Leonardo, (25 pc), "Roxy" fermant la marche avec 17 pc des votes. Restait encore à déterminer le choix du public, déterminant puisque celui-ci pouvait s'exprimer autant par SMS que par téléphone. Pour l'anecdote, on notera que le public présent à Forest ce vendredi avait tout loisir de donner sa voix à l'un des candidats. Ce qui, vu de la salle, devait donner un joyeux spectacles d'un public rivé à son téléphone portable plutôt que sur la scène.

Fête populaire

Quelques rares temps forts vinrent ponctuer la soirée, dont un duo entre Mélanie, future gagnante de l'aventure, et Patrick Fiori. Côté émotion, RTL aura également mis tous ses oeufs dans le même panier pour faire de cette soirée une grande "fête populaire". Jusqu'à réserver à Mario, finaliste de la première édition française, une surprise de taille: les quelques 8000 personnes présentes entonnent ainsi un "Joyeux anniversaire" qui lui arrache quelques rapides larmes. De circonstance puisque l'Italo-Belge fête samedi son 26e anniversaire.

La tension monte encore d'un cran à l'annonce des votes par SMS qui consacre Mélanie (33 pc) au détriment de Caroline (19 pc) et permet à Leonardo de revenir dans la bataille (31 pc), alors que Roxane reste lanterne rouge (17 pc). Ce qui crédite Mélanie de quelques 29 pc de votes pondérés, avant la dernière ligne droite et le calcul des votes par téléphone.

Quoi de plus évident? La chaîne s'est plue à faire durer le suspense, à coups de reportages et de coups d'oeil rétrospectives sur ces deux mois d'aventure. "Que de chemin parcouru" insiste encore et encore Virginie Efira pour marquer le coup, avant que en guise d'ultime performance les élèves ne se lancent dans l'interprétation d'un titre d'Elvis Presley, revu et remixé. Le public apprécie évidemment la débauche d'efforts et savoure à bon escient ces dernières minutes en compagnie des apprentis-chanteurs.

Enfin, tension extrême sur le coup de 22h35. "L'heure est grave", mais elle est aussi aux premiers lauriers, les élèves se voyant remettre un disque d'or pour le single "Star", écoulé à 15.000 exemplaires. Avant, en ultime issue, que les résultats finaux soient dévoilés, qui consacrent l'étudiante en Sciences sociales, qui l'emporte avec 32 pc des votes. C'est donc elle qui remporte le grand jeu, et qui aura l'honneur d'un CD 12 titres réalisé en compagnie de professionnels de la musique, de deux clips et d'une tournée.

© La Libre Belgique 2002


DANS LA SALLE DES PROFS `Contrat rempli´ pour Bulté Bruno Bulté, le professeur d'expression scénique a quitté Waimes avec quelques jours d'avance sur les élèves. Assez en tout cas pour se rendre compte des difficultés du retour au réel que Giovanni et les autres connaîtront dès ce samedi. ` Il faut reprendre ses marques ´, confesse-t-il, ` ce que j'ai quelque difficulté à faire, alors que je n'ai vécu que quatre jours par semaine en huis clos, contrairement aux élèves´. Fanatique de la première heure de la `Star Academy´ française première version, le metteur en scène et acteur de théâtre dit ne rien regretter de cette expérience vécue à la télévision: ` Je n'ai pas vendu mon âme au diable parce que je participe à une émission de télévision, et je ne vois pas au nom de quoi on dirait aujourd'hui que mon enseignement n'a aucune valeur´. Plus loin même, Bruno Bulté se fait le pourfendeur des `anti´. ` Ce serait tourner le dos à l'avenir que de ne pas reconnaître dans la télé-réalité l'avenir de la télévision. Pourquoi jeter l'anathème sur un projet qui permet à dix jeunes gens de s'offrir une formation de pointe? Seule la télévision peut se payer ça au quotidien. Combien de jeunes ne rêvent pas de se payer des formations qui, à l'ordinaire, coûtent très chers?´ Professionnellement, la satisfaction est donc de mise, et les objectifs spécifiés dans son contrat avec Endemol remplis, à savoir que les notions d'évolution et de progrès y figuraient noir sur blanc. ` J'ai dû, se souvient-il, apporter la garantie que la méthode allait faire que les élèves évoluent et que cette évolution soit perceptible ´. Reste que les douze élèves sont à présent livrés à eux-mêmes dans la gestion de cet acquis. Ce qui, à ce stade de l'aventure, n'est plus du ressort de Bruno Bulté, dont la carrière doit aussi se poursuivre... (C.Pt.)

Sur le même sujet