Le gratuit du Monde fait sa première sortie

Avec plusieurs mois de retard sur le calendrier initial, le Monde et le groupe Bolloré ont lancé mardi MatinPlus, un troisième quotidien gratuit du matin en région parisienne, qui ambitionne, en s'associant au réseau Ville Plus, de rivaliser avec Metro et 20 Minutes.

BELGA

Avec plusieurs mois de retard sur le calendrier initial, le Monde et le groupe Bolloré ont lancé mardi MatinPlus, un troisième quotidien gratuit du matin en région parisienne, qui ambitionne, en s'associant au réseau Ville Plus, de rivaliser avec Metro et 20 Minutes.

Accompagné de petits gâteaux bretons, le premier numéro de MatinPlus a mis à la Une une photo du chef de l'Etat, l'air soucieux, avec pour titre "Chirac l'heure des choix".

D'un format demi-berlinois, le quotidien est dominé par le rouge, rappelant le code couleur de la chaîne de télévision du groupe Bolloré, Direct 8, et de son quotidien gratuit du soir, Direct Soir.

Comme ce dernier, MatinPlus fait une large place au visuel. Mais alors que Direct Soir accorde de nombreuses pages au people et aux loisirs, MatinPlus se positionne comme un quotidien "d'information, généraliste et non engagé".

Ses 28 pages, qui font largement appel aux dépêches d'agence, sont divisées en plusieurs séquences: Paris Ile-de-France, France, Monde, Sports, Culture-Télé, Programmes Télé et Détente.

Sur ce total, quatre pages au moins seront composées chaque jour d'articles de fond signés par les rédactions du Monde et de Courrier International.

Diffusé à 350.000 exemplaires, MatinPlus est la tête de pont en Ile-de-France de Ville Plus, le réseau de gratuits lancé par des quotidiens régionaux pour contrer Metro et 20 Minutes.

La création d'une branche parisienne était essentielle pour attirer les annonceurs nationaux. Avec MatinPlus, Ville Plus - présent à Lyon, Marseille, Lille, Montpellier et Bordeaux - aura désormais une distribution nationale de 600.000 exemplaires.

Les autres quotidiens de Ville Plus vont adopter progressivement la maquette de MatinPlus et intégrer plusieurs de ces pages d'information générales.

D'autres éditions locales de MatinPlus, lancées dans les prochains mois, viendront compléter le réseau, ont annoncé mardi le Monde et Bolloré.

Doté d'un budget de 22 millions d'euros, MatinPlus ambitionne d'atteindre l'équilibre en six ans. Sa régie publicitaire sera assurée par Bolloré (actionnaire à 70% "dans un premier temps") et son impression par Le Monde (30%).

Sa gestation ne s'est pas déroulée sans peine. Initialement annoncée pour le 6 novembre 2006 par Vincent Bolloré, sa sortie a dû être repoussée à plusieurs reprises en raison de tiraillements entre les deux actionnaires. Au départ, le Monde devait être en charge de la ligne éditoriale du titre. Mais, Bolloré a peu à peu pris les commandes.

Le quotidien est dirigé par deux hommes de Bolloré, Christian Studer (directeur général et directeur de la publication) et Serge Nedjar (rédacteur en chef). Pascal Galinier, chef de la rubrique médias du Monde, occupe le poste de "rédacteur en chef chargé des relations avec le Monde".

MatinPlus a également soulevé des inquiétudes au sein de la rédaction du Monde, certains journalistes se montrant réticents à voir le vénérable quotidien s'associer avec un homme issu de la publicité.

Son lancement constitue un revirement pour Jean-Marie Colombani, qui avait vertement critiqué les gratuits lors de leur arrivée en 2002.

"Le Monde perd de l'argent et l'impression du gratuit va nous aider à améliorer la rentabilité de notre imprimerie. On essaie de mesurer le risque d'égratigner notre image d'un côté, et les gains économiques de l'autre", expliquait début janvier le directeur de la rédaction du Monde, Eric Fottorino.