Marier et épouser

Un lecteur de Wavre, M. Henri de Froidmont, m'envoie une série de remarques pertinentes à propos de notre belle langue. Certaines ont déjà été traitées dans notre rubrique quotidienne : "Battre son plein" peut bien entendu se dire au pluriel "Battre leur plein". "Il est huit heures passées de X minutes" est une erreur d'animateur ou de journaliste radio, etc. Par ailleurs, nous écrit notre lecteur, il y a souvent confusion entre marier et épouser. Marier, verbe transitif, c'est donner en mariage. On dira : "Le prêtre les a mariés." A la forme pronominale, avec un sujet au singulier, nous dit Joseph Hanse, on utilise "avec". On dira : "Jacques se marie avec Myriam." Mais en dehors de la forme pronominale, "marier" ne signifie plus "épouser" qu'en français populaire, dans certaines régions de France, en Belgique, en Suisse et au Québec. Georges Lebouc le considère bien comme un belgicisme et donne cet exemple tiré d'une des fables de Virgile "Le coffre-fort et le spoerpot" :

PAR JACQUES MERCIER

Un lecteur de Wavre, M. Henri de Froidmont, m'envoie une série de remarques pertinentes à propos de notre belle langue. Certaines ont déjà été traitées dans notre rubrique quotidienne : "Battre son plein" peut bien entendu se dire au pluriel "Battre leur plein". "Il est huit heures passées de X minutes" est une erreur d'animateur ou de journaliste radio, etc. Par ailleurs, nous écrit notre lecteur, il y a souvent confusion entre marier et épouser. Marier, verbe transitif, c'est donner en mariage. On dira : "Le prêtre les a mariés." A la forme pronominale, avec un sujet au singulier, nous dit Joseph Hanse, on utilise "avec". On dira : "Jacques se marie avec Myriam." Mais en dehors de la forme pronominale, "marier" ne signifie plus "épouser" qu'en français populaire, dans certaines régions de France, en Belgique, en Suisse et au Québec. Georges Lebouc le considère bien comme un belgicisme et donne cet exemple tiré d'une des fables de Virgile "Le coffre-fort et le spoerpot" : "Je pourrais marier une marquise ! Regardez tout ce keis (argent) qu'y a dans ma valise !" Aujourd'hui, je pense que la différence entre époux et mari, épouser ou se marier n'est plus tellement administrative, comme c'était le cas il y a encore quelques décennies. L'emploi de l'un ou l'autre terme est accepté. Une autre nuance était donnée dans le temps : épouser une jeune femme c'était la prendre pour femme, marier une jeune femme, c'était lui donner un mari. "C'est mon intention formelle, aussi bien que mon désir le plus vif, d'épouser mademoiselle votre nièce le plus tôt possible. Je crois savoir qu'elle partage mes sentiments et j'ai l'honneur de vous demander officiellement sa main." (Léon Bloy "La femme pauvre").