Un petit tour chez Maupassant

Pièces sombres, couloirs interminables. Lumière tamisée. C'est dans l'atmosphère étouffante de cet appartement parisien qu'Eddy Mitchell achevait il y a peu, en costume marron foncé, le tournage de "L'héritage". Dans cette adaptation d'une nouvelle de Guy de Maupassant, il incarne César Cachelin, un commis de ministère qui offre sa fille en mariage à son supérieur.

CAROLINE GOURDIN

Correspondante à PARIS

Pièces sombres, couloirs interminables. Lumière tamisée. C'est dans l'atmosphère étouffante de cet appartement parisien qu'Eddy Mitchell achevait il y a peu, en costume marron foncé, le tournage de "L'héritage". Dans cette adaptation d'une nouvelle de Guy de Maupassant, il incarne César Cachelin, un commis de ministère qui offre sa fille en mariage à son supérieur. Cette dernière doit hériter de sa tante fortunée. À une condition : qu'elle donne naissance à un enfant dans les trois ans. Hélas, le mari s'avère stérile. Peu scrupuleux, Cachelin décide de pousser sa fille dans les bras d'un autre collègue...

"Je suis gâté. C'est un rôle ambigu, méchant, noir et cynique, un personnage qui pourrait sévir aujourd'hui, dans le monde de la finance par exemple. Il est tout le temps sous tension parce qu'il court après le pognon" confie Eddy Mitchell.

Torreton, Putzulu, Marchal

Au travers de la société JM Productions, qu'il dirige avec Gérard Jourd'hui, le comédien/chanteur est également le coproducteur de ce téléfilm de 60 minutes, et de l'ensemble de la collection consacrée par France 2 à Maupassant. Ce ne sont pas moins de quatre soirées (4x90 minutes), nourries de quatre contes de 30 minutes et de quatre nouvelles de 60 minutes, qui seront diffusées prochainement. Budget total : 9,2 millions d'euros. "Maupassant fait partie des incontournables de la littérature mondiale, et c'est vraiment passionnant de se retrouver dans cette aventure de qualité, rare à la télévision, qui réunit Chabrol, Rochefort, Cécile de France...", justifie Eddy Mitchell.

Le casting, impressionnant, rassemble la comédienne Cécile de France et le réalisateur Claude Chabrol sur "La parure", conte qui devait être montré, avec "Toine" de Jacques Santamaria, à la presse ce mardi soir. Philippe Torreton a tourné aux côtés de Bruno Putzulu et Hélène de Saint-Pierre dans "Deux amis", mis en scène par Gérard Jourd'hui. On retrouvera Jean Rochefort, Jean-Louis Foulquier et François Morel dans "Hautot père et fils", réalisé par Marc Rivière, ou encore Olivier Marchal dans "Histoire d'une fille de ferme", mise en images par Denis Malleval.

Plusieurs auteurs se sont attelés à ces adaptations, sous la direction artistique de Jacques Santamaria et Gérard Jourd'hui : Jean-Charles Tacchella, Dominique Garnier, Jean Cosmos... ou Laurent Heynemann, coauteur et réalisateur de "L'héritage".

"La seule contrainte était d'être le plus proche possible de Maupassant, précise ce dernier, qui s'est inspiré des tableaux de Caillebot pour l'image. L'héritage est une nouvelle extrêmement cynique, cruelle. Nous ne sommes pas dans le Maupassant fantastique, ni dans celui qui observe avec légèreté les moeurs de la bourgeoisie. C'est le Maupassant noir, qui a un regard un peu amer sur la vie, les rapports sociaux et professionnels."

Par souci de cohérence, une seule équipe technique et artistique a oeuvré sur tous les tournages, à Paris et en Normandie. Marc Barbault, directeur de production, assure que "la collection est fidèle à Maupassant dans l'intention, les lieux, les costumes. Elle respecte sa vision extrêmement noire de la société, avec énormément d'humour et de cynisme, dans la lignée d'Alphonse Daudet et avant Georges Simenon". Une deuxième collection est déjà en écriture.