Pascal Sevran est mort

L'animateur, parolier et écrivain Pascal Sevran s'est éteint vendredi matin à Limoges des suites d'un cancer du poumon, annonce France Télévisions qui cite sa famille. Le président Nicolas Sarkozy a fait part de son "immense tristesse" à l'annonce de la mort de "(son) ami". Regardez ses vidéos Les principales réactions

Belga
Pascal Sevran est mort
©FREDERIC SABLON

L'animateur de télévision français Pascal Sevran est décédé vendredi matin à l'âge de 62 ans des suites d'un cancer du poumon, a-t-on appris auprès de sa famille et de France Télévisions. "La famille de Monsieur Pascal Sevran a la profonde douleur d'annoncer son décès, survenu le vendredi 9 mai 2008 à 10 heures à Limoges (sud-ouest), des suites d'un cancer du poumon", indique le communiqué parvenu à l'AFP.

Un hommage lui sera rendu le mardi 13 mai en l'église Saint-Louis-en-l'Ile de Paris. Parolier, chanteur, écrivain, producteur et animateur de télévision, Pascal Sevran a défendu pendant 25 ans la chanson française d'antan sur le petit écran.

Il a écrit des chansons, dont le célèbre "Il venait d'avoir 18 ans" pour Dalida, qui devient l'une de ses grandes amies. C'est dans la loge de la chanteuse qu'il rencontra en 1977 François Mitterrand, pas encore président de la République, avec lequel il entretiendra jusqu'au bout une amitié indéfectible. En 1984, il anime l'émission qui le rendra célèbre: "La chance aux chansons", diffusée en semaine l'après-midi pendant 17 ans. En 2001, l'émission devient dominicale et change de nom ("Chanter la vie").

Passionné de littérature, Pascal Sevran était également écrivain. Il avait reçu le Prix Roger Nimier en 1979 pour "Le passé supplémentaire". Après la mort de son compagnon de longue date, en 1998, il a écrit son journal intime, dont certains tomes se sont vendus à près de 100.000 exemplaires.

Fin 2006, il avait provoqué un tollé en tenant des propos controversés sur la sexualité des Noirs, lors d'un entretien avec le journal régional Var Matin. Des personnalités, y compris de gauche, avaient pris sa défense en assurant que Pascal Sevran ne méritait pas l'étiquette de raciste, mais il avait reçu un sévère avertissement de son employeur, France 2.

Sa mort avait été annoncée prématurément le 21 avril sur les ondes de la radio française Europe 1. Son directeur, Jean-Pierre Elkabbach, avait obligé ses journalistes a diffuser l'information, sûr des sources dont il disposait. Cette information avait été ensuite reprise sur l'antenne de la chaîne France 2. Jean-Pierre Elkabbach avait déclaré "assumer personnellement une erreur collective", provoquant la colère de la Société des Rédacteurs d'Europe 1. Le Conseil Supérieur de l'Audiovisuel français a convoqué Jean-Pierre Elkabbach et le propriétaire de la station Europe 1, le groupe Lagardère, mardi dernier pour s'expliquer sur les manquements qui ont amené la radio à relayer la fausse information de la mort de Pascal Sevran.

Pascal Sevran nous parle de Brigitte Bardot

Sa mort annoncée en direct

Un extrait de la "Chance aux chansons"

Sur le même sujet