Raël : "Sexe, arnaque et soucoupes..."

Cela commence de façon bien sympathique, presque bon enfant. Raël est accueilli en star dans une salle bondée. Le "prophète" va-t-il entretenir le public de son sujet préféré, la venue des extraterrestres sur Terre ? Nenni. Il pousse la chansonnette ! Pas mal, d’ailleurs, et comme il le faisait déjà jeune homme, sous le pseudonyme de Claude Celler.

Roland Planchar
Raël : "Sexe, arnaque et soucoupes..."
©Reporters

Cela commence de façon bien sympathique, presque bon enfant. Raël est accueilli en star dans une salle bondée. Le "prophète" va-t-il entretenir le public de son sujet préféré, la venue des extraterrestres sur Terre ? Nenni. Il pousse la chansonnette ! Pas mal, d’ailleurs, et comme il le faisait déjà jeune homme, sous le pseudonyme de Claude Celler. Une carrière de chanteur avortée

Mais précisément, Raël, c’est aussi un alias. L’homme, âgé de 63 ans, se nomme en fait Claude Vorilhon. Et en recomposant son passé ainsi que celui de ses adeptes, Devoir d’enquête H H dresse le portrait de quelque chose qui n’a plus rien de bon enfant.

Ex-chanteur, Vorilhon devient ensuite pilote de rallye et participe à un magazine sportif. Sans succès. Mais il va rencontrer la réussite plus tard. Quand, comme le dit sa propagande, il ressent le besoin de se rendre sur un volcan d’Auvergne, le 13 décembre 1973. Il y rencontre un extraterrestre humanoïde qui lui enseigne, dit-il toujours, être un Elohim, que son peuple est le créateur des êtres humains et lui inculque un genre de philosophie.

Devenu Raël, Vorilhon tire de ces conversations le contenu d’un livre, puis d’un autre et d’un autre La fable des Elohims se vend bien. Les médias marchent.

Mais pour certains qui l’ont connu, Raël n’est qu’un mégalomane, non dénué de charisme et bien entouré, scientifiques compris, qui puise des adeptes dans la "bof generation". Ils seraient aujourd’hui quelque 55 000 dans 84 pays. Cette réussite peut pourtant ne pas plaire.

Faut-il le croire quand il écrit être le fruit d’une Terrienne et d’un Elohim, de même d’ailleurs que Jésus et Mahomet dont il est rien moins que le demi-frère ? Quand il assure le dernier des prophètes ? Que les Elohims reviendront sur Terre en 2035 ? Qu’il faut donc leur construire une ambassade ?

2035 Dans l’intervalle, Raël touche ses droits d’auteur; vend des "stages" de "méditation sensuelle" à 500 dollars l’unité; perçoit les dons de ses adeptes (3 à 11 % du salaire), destinés soi-disant à la construction de ladite ambassade. Douze millions de dollars américains, déjà, appartiennent au "Mouvement raélien international". Que préside bien sûr Raël. Et il lui en faut le double, annonce-t-on. Le pactole est en tout cas soigneusement dissimulé dans des paradis fiscaux

En attendant, Raël vit en prince. Il a même fondé une écurie de course. Avec l’argent des autres. "Devoir d’enquête", qui assaisonne son reportage de dubitatifs et délicieux commentaires, montre aussi les appartements canadiens ou suisses du "prophète", ses voyages incessants. Ainsi que la face cachée du gourou et de la secte. C’est l’"Ordre des Anges", composé de jeunes et jolies femmes qui forment son harem. C’est aussi la condamnation de Raéliens pour viols de mineurs. Raël les condamne, mais sa position sur la liberté sexuelle reste très ambigüe. D’ailleurs, Les Elohims ne se posent pas ce "problème" Un drame, pourtant, dans certaines familles où le père devient raélien. Masturbation avec un enfant de 4 ans au programme

Il y a aussi les bobards, comiques comme les cheveux-antennes téléphatiques. Ou moins drôles, comme les pompes à fric des programmes "Clonaid" (200 000 dollars à verser aux Bahamas, par tentative de clonage humain - pourtant du bidon !) et "Clitoraid", une fumisterie visant l’excision.

Allez, un "Devoir d’enquête" qui va au fond des choses, c’est bon à voir !