Un petit écran aux couleurs féminines

Une fois par an au moins, le 8 mars, l’humanité se souvient qu’elle est composée d’hommes, mais aussi de femmes. Quoi qu’on pense d’une célébration un peu obligée et consensuelle comme celle de la Journée de la femme, reste qu’elle permettra, ce soir, de profiter de quelques rendez-vous qui s’annoncent plutôt intéressants.

Un petit écran aux couleurs féminines
©D.R.
H. H.

Une fois par an au moins, le 8 mars, l’humanité se souvient qu’elle est composée d’hommes, mais aussi de femmes. Quoi qu’on pense d’une célébration un peu obligée et consensuelle comme celle de la Journée de la femme, reste qu’elle permettra, ce soir, de profiter de quelques rendez-vous qui s’annoncent plutôt intéressants.

Côté documentaires tout d’abord, La Trois a choisi de consacrer toute sa soirée à cette Journée de la femme. Celle-ci début à 21h05 avec La Vague à l’âme d’Edith Van Hove (cf. ci-contre) et se poursuivra à 21h55 avec Femmes en colère de Philippe Delporte, qui retrace la lutte des ouvrières de la FN en 1966. A 22h25, Bonne à vendre de Dima Al-Joundi évoquera l’esclavage moderne des jeunes Sri-Lankaises au Moyen-Orient, tandis qu’à 23h20, Nathalie Borgers s’intéressera dans Femmes de sables aux femmes nomades du Niger.

Plus léger, quoique, Femmes au volant coupera les ailes, à 20h35 sur France 5, à quelques clichés tenaces. Brigitte Chevet y démontrera, en effet, que les femmes sont loin d’être plus dangereuses que les hommes au volant. Plus prudentes, elles commettent, en effet, moins d’infractions et provoquent des accidents moins graves que les hommes Du côté de TV5 Monde, 20 capsules de 4 minutes intitulées Que sera demain ? Etre femme rythmeront la journée, tandis qu’à 17h05, le documentaire Les elles de la science s’intéressera à cinq femmes qui ont voué leur vie à la recherche scientifique : Anne L’Huillier, Fayzah Al-Kharafi, Vivian Wing-Wah Yam, Silvia Torres-Peimbert et Jillian Banfield.

Née à Londres en 1855, Hope Bridges Adams a, elle aussi, choisi de se consacrer à la science, en entreprenant envers et contre tous des études de médecine. En 1880, elle devient ainsi la première femme médecin d’Allemagne mais elle devra attendre 1904 pour que son diplôme soit enfin reconnu ! Un parcours exemplaire que retrace le téléfilm de l’Allemand Martin Enlen Le combat d’une femme, ce soir et demain soir à 20h40 sur Arte.

A l’occasion de la Journée de la femme, France 2 a, elle, choisi de se livrer à une expérience à mi-chemin entre documentaire et téléréalité. Une semaine sans les femmes livre à 20h35 le portrait d’un petit village de l’Indre-et-Loire, Montrésor, dont les hommes doivent se débrouiller seuls pendant que leurs compagnes profitent du soleil de Marrakech (cf. "Momento" de samedi). Présenté par Véronique Mounier, venue de M6 tout comme la productrice Caroline Coldefy, ce magazine de société d’un nouveau genre observera donc comment les maris se débrouillent, seuls, pour gérer travail, enfants, cuisine et nettoyage. Dans la foulée, à 22h15, Stéphanie Antoine, Diane Ducret, Sonia Mabrouk et Natacha Polony proposeront Dans le cœur des femmes, émission spéciale qui mettra en valeur quelques personnalités féminines qui ont marqué l’année 2010 autour de quatre débats sur la place des femmes dans la société. Parmi les invités, Anne Lauvergeon, PDG d’Areva, Audrey Pulvar, journaliste à France Inter, ou encore Nathalie Rykiel, styliste.

Enfin, plusieurs émissions mettront à l’honneur les artistes féminines et plus particulièrement les chanteuses. Ainsi, à 20h35 sur France 4, Nagui propose un Taratata spécial Femmes. Il reçoit Avril Lavigne, le groupe Armistice (mené par la Québécoise Cœur de pirate), Zaz, la comédienne-chanteuse Claire Keim ou encore les Belges Axelle Red et Selah Sue. Dans le même esprit, mais avec une programmation disons moins rock’n’roll, TV5 rediffuse à 21h le Chabada spécial femmes dans lequel Daniela Lumbroso propose à Florence Foresti, Florence Aubenas, Liane Foly ou encore Tina Arena de revisiter quelques classiques de la chanson française.

Sur le même sujet