Caricatures de Mahomet: le site internet de Charlie Hebdo "a été piraté"

Le directeur du journal satirique français Charlie Hebdo, qui a publié mercredi des caricatures du prophète Mahomet, a annoncé mercredi que le site internet de l'hebdomadaire était "bloqué car il a été piraté".

Caricatures de Mahomet: le site internet de Charlie Hebdo "a été piraté"
©AFP
AFP

Le directeur du journal satirique français Charlie Hebdo, qui a publié mercredi des caricatures du prophète Mahomet, a annoncé mercredi que le site internet de l'hebdomadaire était "bloqué car il a été piraté".

"Le site est bloqué car il a été piraté. Apparemment, c'est une attaque encore plus massive qu'en 2011" quand Charlie Hebdo avait déjà publié des caricatures du prophète, a déclaré le dessinateur Charb à des journalistes au siège parisien de l'hebdomadaire.

Charlie Hebdo est depuis mercredi la cible de critiques de représentants des mondes religieux et politique.

Charb a appelé le Premier ministre français Jean-Marc Ayrault à "soutenir la liberté de la presse et la République, plutôt que d'être impressionné par une bande de clowns ridicules qui manifestent devant l'ambassade des Etats-Unis".

Il faisait ainsi allusion à une manifestation samedi dernier près ce bâtiment à Paris qui a donné lieu à quelques violences et à environ 150 interpellations.

Mercredi matin, le Premier ministre avait annoncé le refus du gouvernement d'autoriser une nouvelle manifestation samedi, en jugeant qu'au vu du "contexte", il était de la "responsabilité de ceux qui dirigent ce journal (Charlie Hebdo) de décider de faire ou ne pas faire".

"S'il faut tenir compte du contexte, le contexte mondial ne sera jamais favorable à rigoler de l'islam radical ou des religions en général, si on tient compte du contexte, on ne parle plus de rien, jamais, la presse satirique est condamnée et c'est foutu", a dit Charb.

Il a enfin précisé n'avoir pas reçu de menace "pour l'instant". "Ca fait un an qu'on est protégé par la police depuis l'incendie des locaux, si c'est la condition pour s'exprimer librement en France, on sera protégé par la police comme la police protège la liberté des Français", a-t-il affirmé, en indiquant bénéficier de deux fonctionnaires de police.