Coca, une addiction dangereuse ?

Pour le premier numéro de la collection documentaire "L’Emmerdeuse", Olivia Mokiejewski a enquêté six mois, notamment aux Etats-Unis et au Mexique, sur la formule secrète du Coca-Cola. Pas facile de briser l’omertà tant les enjeux économiques sont élevés pour le groupe américain.

Coca, une addiction dangereuse ?
©AP
Caroline Gourdin, Correspondante à Paris

Pour le premier numéro de la collection documentaire "L’Emmerdeuse", Olivia Mokiejewski a enquêté six mois, notamment aux Etats-Unis et au Mexique, sur la formule secrète du Coca-Cola. Pas facile de briser l’omertà tant les enjeux économiques sont élevés pour le groupe américain. En 2011, la Coca-Cola Company enregistrait 47 milliards de dollars de bénéfices ! Chaque jour, le groupe vend deux milliards de boissons, le Coca en tête.

Candide, la journaliste se met en scène dans Coca-Cola, la formule secrète (***), s’interroge sur sa propre consommation du breuvage le plus mystérieux et le plus répandu de la planète. Au Chiapas, les Mexicains en consomment plus que l’eau en bouteille, qui est plus chère. La "Cocacolonisation du Mexique" (selon le mot d’un rapporteur spécial de l’Onu) est telle que la Coca a même remplacé l’alcool local dans les cérémonies sacrées. Où l’on fait offrande de Coke pour purifier son âme et son esprit Le problème, c’est que là où Coca pompe l’eau destinée à fabriquer son précieux liquide, l’approvisionnement en eau potable baisse pour les habitants de la région, obligés de boire du Coca pour survivre. Cruel paradoxe. Voici un des loups que soulève ce documentaire à la réalisation et au montage inventifs, dont aucune copie DVD n’a été distribuée, par crainte d’un référé.

Mais le cœur de ce sujet rondement mené, c’est la composition du Coca, présenté par le service des consommateurs comme un mélange d’eau gazéifiée, de sucre et d’arômes naturels. La formule est gardée dans un coffre-fort, et alimente tous les fantasmes. Une mise en scène qui participe du spectacle et de la communication mais permet surtout à Coca-Cola de taire des secrets peut-être inavouables. Des chimistes ont bien tenté d’analyser la composition du Coca mais personne n’est jamais parvenu à trouver la totalité des ingrédients.

Pour démarrer son enquête, faute de pouvoir obtenir un interlocuteur chez Coca-Cola, Olivia Mokiejewski rend visite à un journaliste retraité de la banlieue chic d’Atlanta. L’an dernier, Charles Salter a mis la main sur ce qui pourrait être une vieille copie manuscrite de la formule originale du Coca. Cette liste, qui n’a jamais été reconnue par la firme, contient des ingrédients parfois surprenants : alcool, orange, citron vert, cannelle, coriandre, noix de muscade, caféine, acide citrique et extrait de feuilles de coca ! Créé en 1886 par John Pemberton, un pharmacien accro à la morphine (parmi d’autres substances), le Coca faisait à l’époque office de médicament. Officiellement, la cocaïne serait interdite dans le Coca depuis 1906 et ne serait plus utilisée que pour son arôme. En réalité, le Coca serait toujours fabriqué à partir d’extrait de feuille de coca, qui continue à être légalement importée par la Compagnie (et par l’industrie pharmaceutique) depuis la Bolivie ou le Pérou.

Autre point d’achoppement : la quantité de sucre contenue dans le Coca (dix cuillères à café par cannette de 33 cl !). Un pédiatre en colère contre l’industrie alimentaire de nous expliquer le principe de la dépendance au sucre, et les conséquences délétères pour la santé, notamment des plus jeunes. Les Etats-Unis connaissent la première génération d’enfants qui risquent de vivre moins vieux que leurs parents Il y a encore le problème du E 150 D, colorant caramel controversé. Il contiendrait un élément considéré comme cancérigène (le MI 4), dont le dosage a été fortement réduit en Californie, mais pas ailleurs

N’hésitant pas à s’attaquer à ce symbole de l’Amérique, quelques voix timides tentent de se faire entendre, comme le collectif "Killercoke.org". Mais que pèsent ces faibles lobbys contre la puissante machine de guerre de la Coca-Cola Company, qui dépense des milliards de dollars en publicité ? Et comment oublier un produit addictif, même quand on en connaît les effets nuisibles ?


Autre diffusion demain à 22h25 sur France 2.