Audrey Pulvar rebondit

La journaliste avait remis sa démission à la tête des Inrockuptibles quelques mois après son arrivée. En ce début d'année, elle a retrouvé du boulot.

Audrey Pulvar rebondit
©AFP
Rédaction en ligne

Ces derniers mois ont quelque peu été chahutés pour l'ancienne chroniqueuse de Laurent Ruquier. Après avoir quitté "On n'est pas couché" sur France 2, la journaliste avait atterri comme rédactrice en chef des Inrockuptibles. En décembre, après seulement quelques mois à la tête de l'hebdomadaire, Audrey Pulvar démissionne. Dans le même temps, on apprend que sa relation avec le ministre français du Redressement productif, Arnaud Montebourg, est terminée. Difficile fin d'année. Heureusement pour elle, 2013 démarre bien. RTL France vient d'annoncer que la journaliste rejoignait l'équipe de chroniqueurs de l'émission "On refait le monde", animée par Marc-Olivier Fogiel. C'est mercredi 9 janvier qu'Audrey Pulvar se remettra au travail.

Côté rémunération, RTL n'a pas trop dû mettre la main au portefeuille. Selon un salarié de la radio, le cachet de la nouvelle chroniqueuse ne sera pas plus important que celui des autres membres de l'équipe. "Elle doit être rémunérée comme les autres chroniqueurs de l'émission de Marc-Olivier Fogiel, à savoir entre 150 et 200 euros pour une participation de 45 minutes", estime-t-il. Du côté de RTL, c'est "no comment". Le groupe a fait comprendre qu'elle n'avait pas accepté pour l'argent. Le jackpot, c'est surtout sur D8 qu'Audrey le gagne. Selon plusieurs médias, à chacune de ses prestations dans l'émission quotidienne de Laurence Ferrari "Le Grand 8", Miss Pulvar toucherait 1000 euros.

RTL viendrait-il au secours des déchus de la télé? En 2008, la radio avait accueilli Patrick Poivre d'Arvor. Ce dernier venait de se faire remercier par TF1. Il était également devenu chroniqueur dans "On refait le monde" alors animée par Nicolas Poincaré. En 2011, c'était au tour de Nicolas Beytout de rejoindre la radio dans le Débat RTL du mardi. le journaliste avait été viré de sa place à la tête des Echos.

Sur le même sujet