Trullemans: "Je ne visais qu'une petite minorité"

RTL et Bel RTL se passent provisoirement de ses services  : Luc Trullemans s’explique. Le Monsieur Météo de la chaine privée affirme ne pas avoir tenu de propos racistes.

Trullemans: "Je ne visais qu'une petite minorité"
©Reporters
D.Ha.

Sale temps pour Luc Trullemans. Suspendu jusqu’à nouvel ordre pour avoir “tenu sur sa page Facebook des propos racistes, inadmissibles pour RTL”, le célèbre météorologue s’est confié à La DH.

Vous comprenez votre sanction  ?

“C’est assez impressionnant ce qui s’est passé vendredi soir parce que j’ai reçu, vers 22 h, un coup de fil du grand patron, Philippe Delusinne, qui m’a dit très calmement  : “Écoute Luc, il faudrait que tu enlèves tes posts sur Facebook, ce n’est pas bon pour la façade de la boîte – ce que j’avais déjà fait par ailleurs – et tu nous fais un mot d’excuses”. Ce que j’ai également fait. Je regrette tout ce qui s’est passé. Je ne pensais pas que cela allait prendre une telle ampleur.”

Vous n’avez pas pour autant admis avoir tenu des propos racistes

“Je n’ai pas tenu de propos racistes. J’ai simplement craché mon venin sur certaines personnes qui m’exaspèrent et que, manifestement, beaucoup de gens connaissent également. Ce samedi, c’était assez sympa parce que mon ex-copine, avec qui j’ai vécu cinq ans en Suisse et qui est Algérienne, a publié un post sur mon mur pour dire que je n’étais vraiment pas raciste. J’ai jamais eu de problème avec ces gens-là, sauf ce vendredi-là parce que cela m’a vraiment exaspéré. Je n’avais rien fait de mal. J’avais simplement attiré leur attention sur le fait qu’ils roulaient dangereusement, mais ils sont chez eux. Ils font ce qu’ils veulent. C’est ce qu’ils m’ont dit   !”

Pour votre employeur, vos propos sont “racistes” et “inadmissibles”

“Je me demande où ils ont été chercher cela. Je sais que Sudpresse a publié un article assez méchant sur moi vendredi soir où l’on disait que j’avais tenu des propos racistes et je crois que c’est sur base de cet article-là que la direction a pris sa décision.”

Vous pensez avoir dit tout haut ce que nombreux pensent tout bas…

“Oui. Quand je vois les témoignages si nombreux sur internet de gens qui ont eu les mêmes problèmes que moi… Ce n’est pas facile d’être médiatisé et de dire ce que l’on pense alors que 98  % des gens pensent comme moi. Moi, c’est parce que je suis médiatisé que cela fait le buzz…”

Pourquoi avoir relayé des propos ciblant les musulmans  ?

“C’est un cachet que je leur ai donné. Mes agresseurs étaient habillés comme et ils étaient barbus. J’avais un cliché devant moi. Ce n’était pas le Marocain, le Tunisien commun bien habillé qu’on croise dans la rue. C’étaient des gens qui cherchaient la misère parce que j’avais une voiture et parce que je les avais fait chier cent mètres sur la route.”

Vous n’avez pas l’impression d’avoir stigmatisé une communauté  ?

“Non. J’ai juste visé quatre personnes qui représentent une minorité de cette communauté et qui, en général, se font remarquer par ce genre d’incidents. Je ne visais qu’une petite minorité qui fout le bordel.”

Quid de votre avenir  ?

“L’avenir, cela dépendra un peu de la direction de RTL. Je vais avoir 62 ans cette année-ci. J’ai encore trois ans à tirer. S’ils veulent encore de moi, je retourne chez eux, sinon je prends mon bâton de météorologue et je retourne à l’Institut Royal Météorologique.”

Vous accepteriez une médiation avec des musulmans  ?

“Je l’accepterais certainement, mais là, je suis pris de court puisque je repars à l’étranger.”

Sur le même sujet