Affaire Guéant: le politicien Devedjian piégé par Dahan

L'humoriste n'en est pas à son coup d'essai. Il avait déjà piégé Nadine Morano et Ségolène Royal notamment. Cette fois-ci, c'est Patrick Devedjian, ancien ministre sous l'ère Chirac, qui s'est fait avoir.

Cl.D.
Affaire Guéant: le politicien Devedjian piégé par Dahan
©Reporters

Les canulars téléphoniques sont devenus la spécialité de Gérald Dahan, un humoriste et imitateur bien connu des Français. Cette fois-ci, l'homme s'en est pris à Patrick Devedjian, ancien ministre sous l'ère Chirac et actuel président UMP du conseil général des Hauts-de-Seine.

Pour ce faire, Gérald Dahan s'est fait passer pour le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls. Il a questionné l'homme politique sur le scandale qui touche Claude Géant. Un virement de 500.000 euros a été découvert sur le compte en banque de l'ancien ministre de l'Intérieur de Nicolas Sarkozy. L'argent proviendrait de la vente de deux tableaux à l'un de ses confrères avocat. Une explication qui suscite toujours de nombreuses interrogations.

L'humoriste, se faisant passer pour Manuel Valls, a donc fait croire à Patrick Devedjian qu'il souhaitait venir en aide à Claude Guéant, son prédécesseur.

Il commence en affirmant avoir des informations sur le sujet: "J'ai certaines informations qui me sont remontées dans le dossier Guéant. J'en ai informé François Hollande et il est évidemment hors de question qu'une nouvelle affaire éclabousse la classe politique. L'argent ne vient pas du tout des tableaux?"

"Non, ça c'est sûr", répond l'homme politique. Et d'enchainer: "Qu'est-ce que vous allez faire? Tu veux faire quoi avec lui?"

Le faux Valls explique alors ne pas savoir, "tu essaies de l'appeler et tu me rappelles? Il faut qu'on trouve une solution pour effacer les preuves."

"Ok", répond alors Patrick Devedjian.

Mais pour le piégé, la conversation n'a pas été diffusée dans son entièreté. Il met en cause le montage. Du côté du piégeur, on parle d'"un enregistrement un peu long", qui "a été raccourci". Gérald Dahan assure que "le sens de la conversation est respecté".

L'humoriste avait également tenté de piéger Claude Guéant, mais l'appel lui a semblé louche. Il a dès lors décidé de ne pas répondre aux questions de son interlocuteur.

Gérald Dahan n'en est donc pas à son premier piège. Outre Jean-Pierre Raffarin, Zinedine Zidane ou encore Dove Attia, l'imitateur a également piégé Nadine Morano.

En juin 2012, il s'est fait passer pour le vice-président du Front National, Louis Aliot. Il avait réussi à faire déclarer à la membre de l'UMP: "Marine Le Pen a du talent". Une blague qui est loin d'avoir faire rire Nadine Morano puisque cette dernière avait porté plainte contre l'imitateur dénonçant une "manipulation politique".

Même scénario avec Ségolène Royal. En 2007, il prétendait être le Premier ministre québécois. L'ex-compagne de François Hollande avait déclaré que les Français ne seraient pas opposés à l'indépendance de la Corse. Pour Ségolène Royal, il s'agissait là d'une manipulation en faveur de Nicolas Sarkozy, son adversaire lors de la présidentielle de 2007.

En février 2012, c'est le canular de trop pour la radio française Rire et Chansons qui le licencie. Motif: il avait piégé l'homme politique français Nicolas Dupont-Aignan. Ce dernier avait vivement critiqué Nicolas Sarkozy.


Sur le même sujet