Une vengeance du "16 rue de la Loi" contre France 24 ? "Du délire"...

Unreportage, "La Belgique, un Etat défaillant ?", a fortement déplu à l’entourage du Premier ministre Charles Michel, lassé par le "Belgium Bashing" qui perdure. Certains font un parallèle entre le documentaire télévisé et une sanction possible de la part de l’opérateur télécoms dont l’actionnaire principal est l’Etat fédéral.

Rédaction
Une vengeance du "16 rue de la Loi" contre France 24 ? "Du délire"...
©print screen

France 24, la chaîne d’information en continu, pourrait payer cher un reportage à charge de la Belgique. Ce reportage, "La Belgique, un Etat défaillant ?", a fortement déplu à l’entourage du Premier ministre Charles Michel, lassé par le "Belgium Bashing" qui perdure. 

Or, justement, France 24 pourrait ne plus figurer dans le bouquet numérique offert par Proximus dès octobre. Certains font un parallèle entre le documentaire télévisé et une sanction possible de la part de l’opérateur télécoms dont l’actionnaire principal est l’Etat fédéral. 

Il est vrai que le porte-parole de Charles Michel, Frédéric Cauderlier, a vertement réagi auprès de la chaîne française à la suite de la diffusion du sujet démolissant la Belgique (grèves, coupes budgétaires, délabrement de la justice, des prisons, etc.). Mais ce dernier réfute qu’il y ait une volonté de vengeance. "C’est du délire de croire que le gouvernement pourrait exiger de Proximus qu’il supprime France 24 de son offre, s’étonne le porte-parole. Proximus est une entreprise publique autonome, nous n’avons rien à voir avec ses décisions commerciales."