L'adieu au zap': voici le tout dernier "Zapping" de l'histoire de Canal+ (vidéo)

C'est un des monuments de l'histoire de Canal+ qui a tiré sa révérence. La chaîne diffusait ce samedi 2 juillet son tout dernier "Zapping" après presque 30 ans d'existence.

Am.C.

C'est un des monuments de l'histoire de Canal+ qui a tiré sa révérence. La chaîne diffusait ce samedi 2 juillet son tout dernier "Zapping" après presque 30 ans d'existence. Le principe de cette séquence de quelque 6 minutes: reprendre les extraits les plus marquants des émissions diffusées la veille. Mais ce rendez-vous piloté par Patrick Menais et ses équipes de zappeurs faisait plus que ça. En juxtaposant les séquences, le Zapping diffusait souvent un message politique, voire polémique, et proposait un regard incisif sur la société du spectacle.


Dans la vidéo ci-dessus, outre les buts d'un pays de Galles - Belgique de sinistre mémoire, on retrouve de nombreux extraits d'émissions où des animateurs font leurs adieux en cette fin de saison très chamboulée. Comme un ultime clin d’œil.

Officiellement, le Zapping a été supprimé parce que, selon Gérald-Brice Viret, directeur général des antennes du groupe Canal, il n'y avait "pas de sens de faire la promotion des chaînes gratuites sur une chaine cryptée". Par ailleurs, à l'heure d'internet et des réseaux sociaux, n'importe quel site ou internaute a les moyens de produire sa propre sélection des programmes qu'il ne fallait pas rater.

Le "Zapping" avait joué avec le feu ces derniers mois en reprenant des séquences de reportages et de documentaires explorant les ramifications des entreprises dirigées par Vincent Bolloré, le nouveau patron de Canal+. Autre cible favorite de l'émission: les programmes produits ou présentés par Cyril Hanouna.

Un programme... qui ne coûte rien

Le Figaro rappelle que c'est Alain de Greef, directeur des programmes de Canal+ à la fin des années 80, qui avait lancé le concept du "Zapping". Patrick Menais en était le rédacteur en chef depuis le début.

Michel Denisot, figure emblématique de la chaîne, a lui aussi revendiqué la paternité du programme dans "Les enfants de la télé" en février 2015. "Tout a démarré un lundi, je faisais une émission à la mi-journée, à l’époque, sur Canal+. Et toutes les équipes discutaient: ‘T’as vu ci? T’as vu ça? - Ah non! J’ai pas vu...’ On s’est dit qu’on allait faire un montage. C’est devenu le Zapping. [C'est] la plus belle arnaque de la télé, parce que ça marche, ça fait de l’audience, ça coûte rien au nom du droit à l’information..."

Notons que Patrick Menais a récemment déposé les marques "Le Zapping" et "L'année du zapping" à l'Institut national de la propriété intellectuelle. Pour mieux revenir sous une autre forme?