Avec "Autopsie" sur La Première, mettez-vous à l’écoute des récits longs formats

Tous les vendredis de l'été à 12h sur La Première, Arnaud Ruyssen explore notre passé récent.

Au.M.
Avec "Autopsie" sur La Première, mettez-vous à l’écoute des récits longs formats
©D.R.

Depuis 2013, la RTBF récompense ses meilleures émissions à travers un "Trophée radio". Objectif ? Stimuler la créativité des équipes. L’année dernière, le service public a toutefois "inversé la logique", indique Arnaud Ruyssen. Désormais, le soutien à la création radiophonique est apporté avant la diffusion sur antenne. "Une trentaine de propositions a été déposée", poursuit le journaliste. C’est finalement son projet, "Autopsie", qui a remporté le fameux Trophée, en février 2016 (ainsi que les budgets nécessaires à sa conception).

Débats en studio

"J’écoute très régulièrement ‘Affaires sensibles’de France Inter. J’adore ce que fait Fabrice Drouelle. Travailler sur le récit, c’est quelque chose qu’on ne fait plus tellement en radio. Mais je voulais apporter une touche personnelle. Fabrice Drouelle va revenir sur des événements historiques, connus, ou il n’y a plus vraiment de débats. Moi, je voulais explorer des terres connues mais pas tout à fait explorées, évoquer des événements plus récents et y ajouter une enquête pour comprendre ce qu’il s’était passé à travers les coulisses et le vécu des acteurs directs."

Développé avec Patrice Hardy (à qui l’on doit déjà "Histoires de cabines") et Nicolas Poloczek, le magazine est aussi décliné sur le Web à travers une interface inspirée - entre autres - des séries télévisées "Cold Case" (référence aux "affaires non classées") et "Dexter" (pour la musique).

Le Fortisgate, les frères Borlée, la crise politique de 2011, l’abdication du Roi, le photovoltaïque et la crise grecque sont autant de sujets abordés par l’équipe d’ "Autopsie". "Sur le format, on est un peu dans la même approche que Fabrice Drouelle sur France Inter dans la mesure où on a un récit long, d’une trentaine de minutes avec des interviews, des archives, etc.", ajoute Arnaud Ruyssen.

Le magazine long format sera par ailleurs suivi d’un débat en studio pour "faire le pont entre l’événement passé et l’actualité". En plein Brexit, un an après la crise, la Grèce se porte-t-elle vraiment mieux ? La zone Euro a-t-elle tiré les leçons nécessaires ? A présent, est-elle vraiment plus solide ?

Signature sonore

"Aujourd’hui on passe très vite d’une actualité à une autre. On a tous une vague idée de ce qu’il s’est passé autour de la Grèce, de Fortis, etc. Mais il est aussi nécessaire de reconstruire l’événement dans sa globalité : remettre en perspective, à travers un voyage, un récit, une histoire dont on déroule petit à petit le fil."

L’ambiance sonore du magazine a également bénéficié d’une attention particulière grâce à l’oreille - fine - de Patrice Hardy. "Je reconstruis ainsi des lieux, explique le technicien son. On va par exemple sur place quand on peut, on enregistre le bruit de la rue, de l’intérieur des maisons, etc. Pour tous les événements étrangers ou passés, on reconstitue."

Deux mois ont été nécessaires pour réaliser cette série de sept numéros. Elle sera diffusée cet été, tous les samedis, dès le 9 juillet à 12h sur La Première. Pour mieux revenir à la rentrée ? "Je ne sais pas", reprend Arnaud Ruyssen. "Je ne laisse pas du tout tomber ma tranche info du soir que je reprends dès le mois de septembre."