NBC, la chaîne qui veut dicter sa loi au CIO

La chaîne américaine retransmet les Olympiades à grands frais.

Am. C.
United States' Michael Phelps holds on a lane marker during a training session prior to the 2016 Summer Olympics in Rio de Janeiro, Brazil, Tuesday, Aug. 2, 2016. (AP Photo/Matt Slocum)
United States' Michael Phelps holds on a lane marker during a training session prior to the 2016 Summer Olympics in Rio de Janeiro, Brazil, Tuesday, Aug. 2, 2016. (AP Photo/Matt Slocum) ©AP

Pas moins de 7,75 milliards de dollars. C’est la somme que le conglomérat américain NBCUniversal s’est engagé à débourser pour acquérir les droits des JO aux Etats-Unis jusqu’en 2032. L’édition 2016 à elle seule lui coûtera 1,28 milliard de dollars. Entre 1992 et 2016, le coût des droits de retransmission a quasiment triplé. NBC y a presque toujours perdu de l’argent… sauf lors des Jeux de Londres en 2012 et ceux de Sotchi en 2014.

Fort de son titre de plus gros contributeur du CIO, le diffuseur nord-américain tente parfois d’imposer ses conditions. Mission réussie en 2008 : les dernières épreuves de natation des JO de Pékin avaient été programmées en matinée en Chine pour convenir aux habitudes nocturnes des téléspectateurs américains. A l’époque, la décision avait suscité la colère de certains athlètes peu habitués à commencer leur journée à 5h du matin.

Cette année encore, NBC a dicté son calendrier. Les finales de natation, le sport du champion américain Michael Phelps, auront lieu en fin de journée à Rio, quand l’audience est la plus forte aux Etats-Unis.

Cérémonie d’ouverture

Par contre, le comité d’organisation des Jeux de Rio n’a pas plié face à une demande audacieuse. NBC souhaitait que, lors de la cérémonie d’ouverture, les pays défilent selon l’ordre alphabétique anglais plutôt que portugais. De cette façon, les "United States" seraient arrivés vers la fin de la soirée. "Le cahier des charges du CIO dit que c’est selon l’ordre alphabétique de la langue locale, donc il n’y aura pas de changement", a objecté Mario Andrada, directeur de la communication de Rio 2016. Les "Estados Unidos" entreront donc en scène dans les premiers et NBC diffusera le spectacle en différé.

Quant à savoir si cette édition 2016 sera rentable, rien n’est garanti. La chaîne américaine peut malgré tout compter sur plusieurs facteurs encourageants. A commencer par un bon démarrage de ses ventes d’espaces publicitaires. Autre avantage : le faible décalage horaire entre les Etats-Unis et le Brésil (une heure seulement), ce qui permettra de proposer plusieurs disciplines majeures à des heures de grande écoute. Les téléspectateurs américains auront aussi les yeux braqués sur leurs - très - nombreux athlètes. Les Etats-Unis envoient cette année à Rio la plus grosse délégation de leur histoire : 555 sportifs présents dans 244 épreuves.

Snapchat et réalité virtuelle

NBC veut s’assurer que personne ne soit épargné par la folie olympique. Pas même les jeunes qui abandonnent toujours davantage la télévision linéaire en direct au profit d’Internet. La chaîne a signé un partenariat avec le réseau social Snapchat. Celui-ci mettra en ligne des photos et des vidéos à destination des "millenials", ces 15-30 ans perpétuellement penchés sur leur smartphone.

Une innovation en entraîne une autre. Ces Jeux de Rio seront les premiers de l’histoire à être filmés à 360°. Les Américains qui possèdent un casque de réalité virtuelle pourront plonger dans l’action, comme s’ils y étaient. NBC diffusera notamment la boxe, l’athétisme ou encore le plongeon acrobatique de cette manière.