Rentrée: Arte, chaîne de prestige paneuropéenne

Arte, nouveau chantre de l’Europe des peuples pour ses dirigeants franco-allemands.

Virginie Roussel, Correspondante à Paris
Rentrée: Arte, chaîne de prestige paneuropéenne

"Le choc du Brexit doit nous faire réagir pour construire l’Europe des peuples", a déclaré Véronique Cayla, présidente d’Arte France, sur la scène de l’auditorium du Grand Palais, à Paris, lors de la conférence de presse de rentrée, ce mercredi. Un engagement pro-européen soutenu par l’Allemand Peter Boudgoust, président d’Arte GEIE (Groupement européen d’intérêt économique).

Pour ces deux dirigeants, la chaîne est même devenue "un repère sûr et solide pour les téléspectateurs" dans un monde fragilisé. Au cours de ces cinq dernières années, Arte a marqué une croissance de 30 % de part de marché en Allemagne et de 50 % en France. Et ce, malgré la forte concurrence due, notamment, "à la montée en puissance de géants audiovisuels qui ont un appétit féroce vis-à-vis du marché européen". Netflix en tête.

Dans l’espace-temps du Web

"La part de programmes inédits plafonne à 25 % de l’antenne. C’est peu…", a toutefois reconnu Véronique Cayla. Pour renforcer l’offre, elle préconise "l’irrigation entre le linéaire et le non-linéaire de façon permanente et systématique. Bientôt, les téléspectateurs ne sauront plus si les programmes sont conçus pour le Web ou pour la télévision".

Arte ose ainsi assouplir son rapport au temps. Au lieu de regarder "Arte Journal Junior" à 7h30 du matin, on pourra le visionner la veille, à 20h, sur Youtube et le site d’Arte. L’internaute pourra aussi intervertir les programmes des deux parties de soirée, selon ses goûts…

Une communauté d’artistes

"Arte, chaîne des prestiges avec sa communauté d’artistes, d’auteurs", s’est réjoui Bruno Patino, ancien directeur de France Culture, ex-numéro 2 de France Télévisions, nommé directeur éditorial d’Arte en novembre 2015.

Au panthéon d’Arte : Catherine Deneuve lisant les répliques piquantes des Fashion Weeks, Denis Podalydès dans le téléfilm "Le Passe-muraille", Isabelle Adjani en médecin du travail dans "Carole Matthieu", Raoul Peck réalisateur de "Je ne suis pas votre nègre"… et deux documentaires chaudement recommandés : "Sergueï Chtchoukine, le roman d’un collectionneur" et "Hergé à l’ombre de Tintin", diffusé le 16 octobre en marge d’une exposition qui lui est consacrée, au Grand Palais.

Amplifier l’offre

Arte promet plus d’investigations. Citons notamment "OGM, mensonges et vérités", en écho à la mobilisation de la société civile pour que Monsanto soit jugé pour crimes contre l’humanité, en octobre. "Molenbeek", "une immersion dans le quotidien du quartier", "Les Années Obama", une série documentaire qui a nécessité 4 ans de production et qui s’appuie notamment sur un entretien exclusif de 45 minutes avec le Président américain.

Dans la catégorie sciences, "Thomas Pesquet sur la route des étoiles", le plus jeune astronaute à partir en mission. Et le jeudi ? Un choix de nouvelles séries : venue du Danemark, "Coup de feu en cuisine" ("Bankerot"), une "comédie pince-sans-rire" . "Indian Summers", "un ‘Downton Abbey’ indien aux décors époustouflants - la production la plus coûteuse jamais développée par Channel 4". "Au-delà des murs", une minisérie fantastique signée Hervé Hadmar et Marc Herpoux ("Pigalle, la nuit", "Les Témoins").

Deux polars : un Danois, "Dans le secret des glaces" ("Norskov"), et un Français, "Cannabis". "Héroïnes", une minisérie française sur des ouvrières organisant un tournoi de catch féminin après la fermeture de leur usine. La Belgique est aussi représentée par "Beau Séjour", "une combinaison réussie de polar glaçant et de fantastique"… Sans oublier une belle programmation cinématographique.

"La culture est le lieu de la réconciliation", a martelé Véronique Cayla qui entend favoriser "la mixité, le métissage" au cœur de cette Europe des peuples. "Ne laissons pas le foot être le seul créateur de lien social."


Réalité virtuelle

Les vertiges de l’immersion

A l’issue de sa conférence de presse, Arte proposait une expérience immersive… A cet effet, elle avait mis à disposition des casques de réalité virtuelle. 

"Notes on Blindness" offre une balade au royaume des ombres, des mots, des bruits pour partager l’expérience d’un homme confronté à la cécité (arte.tv/notes-on-blindness).

"La Tentation de saint Antoine" , à partir du volet de la collection "Petits Secrets des grands tableaux" consacré au triptyque de Jérôme Bosch, est un court-métrage qui plonge, au sens propre, au cœur de l’œuvre (arte.tv/vrsaintantoine).

S.E.N.S. est un labyrinthe graphique avec, pour repères, des flèches, des portes dans le désert blanc d’une page immaculée. Une expérience narrative et onirique exaltante (arte.tv/sens).

A la maison, vous pouvez télécharger l’appli "Arte360" sur votre smartphone et votre tablette pour vous déplacer à l’intérieur des films en bougeant votre support ou en balayant l’écran du doigt. Pour une immersion totale, il vous faudra passer en mode "VR" et placer votre téléphone dans un casque de réalité virtuelle.