Les arts de la scène, à l’honneur sur La Trois

La RTBF, critiquée l’an dernier, offre une soirée mensuelle au spectacle vivant.

Aurélie Moreau
Les arts de la scène, à l’honneur sur La Trois

En cette rentrée 2016, celle de La Trois réconcilie pleinement télévision, plaisir et connaissance. Face à une avalanche de divertissements, de docu-réalités, de talk-shows populistes et d’infotainment "feel good", la consolation est maigre mais tout à fait jouissive.

S’offrir du temps

Sur La trois, l’approche du classique se veut dynamique, audacieuse, au point d’investir les boîtes de nuit et les kermesses. Les films documentaires risquent la singularité des écritures. Les dernières saisons de "House of Cards", "Mad Men" et "Boardwalk Empire" se dégustent en version originale.

Les courts et longs métrages d’origine belge révèlent des talents promis à un bel avenir. Le cinéma de Ken Loach, Lola Bessis, Ruben Amar, Taylan Barman et Vincent Lannoo se programme en début de soirée. Les magazines offrent de véritables agoras ouvertes sur l’Autre, le monde, l’actualité européenne, l’Art, la culture et la philosophie.

"Le temps est un luxe qu’on aime s’offrir", ose d’emblée la journaliste Caroline Veyt, visage de la chaîne depuis trois ans.

Du spectacle vivant

Critiquée pour sa couverture des arts de la scène - limitée à des captations occasionnelles du théâtre folklorique wallon - la RTBF propose finalement une soirée spéciale consacrée aux artistes de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Chaque premier lundi du mois, un spectacle filmé sera suivi de "Jour de relâche, le mag". L’émission (d’environ 20 à 26 minutes) partagera les coups de cœur d’un comité de rédaction à travers des entretiens, des portraits, des coulisses, un agenda.

"Rumeur et petits jours", le spectacle du Raoul Collectif filmé en juillet à Avignon dans le magnifique cloître des Carmes (programmé au Théâtre national du 27 septembre au 2 octobre) sera à l’honneur de cette première soirée. Livraison prévue le lundi 3 octobre, à 21h.

S’ensuivront "Tristesses" de Anne-Cécile Vandalem et "Liebman renégat" de Riton Liebman. "J’entends beaucoup de clichés sur le théâtre mais la scène, en Belgique, est vivante, indique le comédien Jean-Benoît Ugeux. Le théâtre se pose bien d’autres questions que de savoir s’il faut marier Mademoiselle Beulemans."

La Trois - qui produit ou coproduit un tiers des courts métrages en Belgique francophone - poursuivra par ailleurs sa collaboration avec la Sonuma. "Elle numérise nos archives depuis plus de cinq ans maintenant, poursuit Caroline Veyt. Et nous permet régulièrement d’exhumer quelques perles."

Nouvelle approche du classique

Musique royale de Haendel au château de Chambord, "Paris est une fête" avec la crème des artistes lyriques sous la tour Eiffel, voyage dans la Vienne impériale à l’Orangerie de Schönbrunn, mais aussi le concert "Debout Citoyen" à Liège et "Les Clés de l’orchestre" avec Jean-François Zygel,… Sans oublier le passionnant Patrick Leterme, "le classique sera également de plus en plus présent sur la chaîne", souligne Laetitia Huberti, directrice de Musiq’3.

La RTBF, qui tente de développer une approche "pédago-ludique" du classique depuis deux ans, souhaite non seulement soutenir de jeunes musiciens belges mais aussi proposer davantage de concerts et d’opéras (dont des captations du Metropolitan). Objectif ? Privilégier le filtre des émotions à celui de la connaissance.

La Trois se veut également lieu de débat, de réflexion. "Noms de dieux", entretien philosophique de 55 minutes mené par Edmond Blattchen, cédera sa place à l’émission "Les sentinelles", désormais présentée par Caroline Veyt.

Dommage, toutefois, que cette programmation riche et rusée, qui entre souvent en résonance avec l’actualité, soit réservée à une chaîne dont l’audience n’a pas dépassé 1,3 % de parts de marché en 2014.