Poutine, un monstre? "Ridicule", selon François Fillon (VIDEO)

Rédaction en ligne

François Fillon est-il proche, osons dire fan du président russe? Il a en tout cas laissé plâner le doute après être intervenu, ce matin, au micro de France Inter, lors de l'émission "Questions politiques" animée par Sébastien Paour. 


La discussion s'attarde sur la politique internationale. Après avoir brièvement traité de l'élection américaine, se demandait si Hillary Clinton serait la présidente "de la Guerre froide", François Fillon revient sur sa propre candidature. 

"En tout cas, ce que moi je sais, c'est que si je deviens président de la République, je défendrai...
-Votre ami Poutine, coupe la chroniqueuse chargée de le cuisiner.
-C'est pas une question d'amitié, s'énerve Fillon. Je n'ai aucune relation personnelle avec Poutine. (...) La Russie, c'est le plus grand pays du monde par sa superficie. C'est un pays dangeureux car c'est un pays instable, qui n'a jamais connu la démocratie. (...) Traiter ce pays comme si c'était le Luxembourg ou le Panama, c'est juste une énorme bêtise."

Fillon rassure en disant qu'il aura la "même position", quel que soit le chef d'Etat qui gouvernera la Russie après Poutine, et ce pour des intérêts économiques, l'Asie ayant de plus en plus de poids. "Il n'y a jamais eu de démocrate à la tête de la Russie. Vouloir faire de Poutine un monstre aux mains pleines de sang, c'est juste ridicule par rapport à l'histoire de la Russie."  

Les chroniqueurs autour de la table rappellent, toutefois, l'implication du président dans les bombardements à Alep, le régime russe protégeant le régime syrien. "Si on n'avait pas laissé faire, on ne serait pas dans cette situation", rétorque Fillon.